Message 15/05/2018

Seigneur, enseigne-nous à prier

Intro :

La Bible dit dans Zacharie 12 :10 que le Saint-Esprit sera déversé comme « un esprit de grâce et de supplication ».

 

Cela nous parle de 2 caractéristiques principales de la vie nouvelle que le Saint-Esprit produit dans le cœur de tous ceux qui l’ont reçu :

 

  • Un Esprit de grâce:

La grâce a de nombreuses facettes : Dieu nous a fait grâce en Jésus-Christ pour que nous sachions que nous sommes aimés de Dieu et que nos péchés sont pardonnés. En retour, l’Esprit de grâce nous est aussi donné pour que nous puissions nous aussi aimer les autres et leur pardonner leurs offenses envers nous (voir parabole du méchant serviteur à qui on avait remis la dette dans Matthieu 18 :21-35 et 1 Jean 4 :8 : « Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour »).

Mais le livre de Tite nous dit aussi que la grâce nous est donnée comme une puissance sur le péché, pour nous rendre capable de mener une vie sobre et sainte. “Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée. Elle nous enseigne à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété, en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ” (Tite 2 :11-13).

 

  • Mais aussi un Esprit de supplication: et c’est sur ce 2ème point que j’aimerais m’attarder ce soir, à l’occasion de cette réunion de prière :

 

La prière fait en effet partie du ministère du St-Esprit : quand on lit les évangiles, on voit que Jésus passait beaucoup de temps à prier. Quand on reçoit le St-Esprit de Christ et qu’Il forme en nous l’homme nouveau, dirigé non plus par la chair mais par l’Esprit, alors Il forme naturellement aussi en nous ce besoin de prier.

 

Paul écrivait : « Priez sans cesse » (1 Thess. 5:17)

 

Mais comment et pour quoi prier ?

C’est une question légitime ; car nous devons en effet apprendre à prier, comme les disciples l’ont demandé au Seigneur (voir Luc 11 :1 : « Seigneur, enseigne-nous à prier »).

 

De par mon expérience personnelle, certains « trucs » peuvent être utiles : lorsque j’étais ado, au début de ma vie chrétienne, j’avais un peu l’impression de stagner dans ma relation avec le Seigneur. Un frère m’a donné un conseil à ce moment-là et m’a dit : « je n’en fais pas une doctrine, mais cela a été vrai pour moi : tu verras, fixe-toi pour objectif de prier pendant 20 minutes le soir ou le matin et ta vie spirituelle va changer ».

C’est ce que j’ai fait : maintenant, 20 minutes passent très vite, mais à l’époque cela me paraissait interminable ! En 5 minutes, j’avais fini de dire merci à Dieu et de lui demander ce que mon cœur désirait. Je regardais mon réveil et je me disais : « bon, encore 15 minutes » … et j’ai ainsi appris à rester dans la présence de Dieu. C’est comme ça que j’ai compris que prier ne s’arrête pas à seulement remercier et demander, même si c’est essentiel, mais c’est aussi simplement passer du temps dans la présence de Dieu pour le louer, l’adorer, le contempler, apprendre à l’aimer pour ce qu’Il est, le chercher et l’écouter. Et effectivement ma vie spirituelle a changé parce que j’avais une relation différente, plus profonde avec Dieu, et j’ai pu expérimenter que Dieu peut nous parler, nous diriger et produire en nous la foi dans certaines situations, car la foi vient de ce que l’on entend de la Parole de Dieu, que le Saint-Esprit peut appliquer à nos cœurs lorsque l’on est en communion avec lui, et le temps de prière et un moyen privilégié pour cela.

 

=> Mais au-delà de cet aspect du temps que nous consacrons à la prière (et dont la Bible parle aussi), que dit la Bible à propos de comment et pour quoi nous devons prier ?

 

 

1) Comment prier ?

 

1-1) Avec un cœur pur et un esprit bien disposé (voir Psaume 51 :11-12)

1 Timothée 2 :8 : « Je veux donc que les hommes prient en tout lieu, en élevant des mains pures, sans colère ni mauvaises pensées ».

Jacques 4/2-3 : « vous ne possédez pas, parce que vous ne demandez pas. Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions. »

1 Pierre 3/8-12 : « Enfin, soyez tous animés des mêmes pensées et des mêmes sentiments, pleins d’amour fraternel, de compassion, d’humilité.

Ne rendez point mal pour mal, ou injure pour injure ; bénissez, au contraire, car c’est à cela que vous avez été appelés, afin d’hériter la bénédiction.

Si quelqu’un, en effet, veut aimer la vie et voir des jours heureux, qu’il préserve sa langue du mal et ses lèvres des paroles trompeuses,

Qu’il s’éloigne du mal et fasse le bien, qu’il recherche la paix et la poursuive ;

Car les yeux du Seigneur sont sur les justes et ses oreilles sont attentives à leur prière, mais la face du Seigneur est contre ceux qui font le mal. »

 

Et nous en avons tous fait l’expérience : si nous prenons des voies détournées, notre cœur nous reprend et nous ne sommes pas à l’aise pour prier. Comme Adam, nous avons au contraire tendance à nous cacher de la face de Dieu plutôt que de venir dans Sa présence. Et si nous voulons le faire quand même, Dieu nous résistera parce que nous Lui résistons…

1 Tim 1 :19 : « Cette bonne conscience, quelques-uns l’ont perdu, et ils ont fait naufrage par rapport à la foi ».

2 Tim 2 :19 : « Quiconque prononce le nom de Seigneur, qu’il s’éloigne de l’iniquité »

Mais :

1 Jean 1 :9 : « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous pardonner, et nous purifier de toute iniquité ».

 

Ce qui est important pour Dieu, ce n’est pas les belles phrases que nous pouvons faire, mais la disposition de notre cœur. Quand notre enfant apprend à parler, on ne lui en veut pas parce qu’il n’utilise pas les bons mots ou qu’il ne sait pas bien construire ses phrases. De la même manière, Dieu est un Père qui aime le balbutiement de ses enfants, et Il écoute avec tendresse les phrases maladroites de ses fils et de ses filles.

 

Alors, réjouissons-nous au contraire d’apporter notre prière, même maladroite, à Dieu, car Il y prend plaisir.

Proverbes 15.8 : « La requête des hommes droits lui est agréable. »

C’est à la fois un fait et une promesse : Dieu prend plaisir à la prière des hommes droits et Il se réjouit de nos demandes.

 

 

1-2) avec foi :

Car : « sans la foi, il est impossible de lui être agréable ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu, croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent ». (Hébreux 11 :6)

 

Jacques 1/6-8 : « qu’il la demande avec foi, sans douter ; car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d’autre. Qu’un tel homme ne s’imagine pas qu’il recevra quelque chose du Seigneur : c’est un homme irrésolu, inconstant dans toutes ses voies ».

 

Matthieu 17/20 : « C’est à cause de votre incrédulité, leur dit Jésus. Je vous le dis en vérité, si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne : transporte-toi d’ici là, et elle se transporterait ; rien ne vous serait impossible. »

 

=> Souvenons-nous simplement que « à Dieu, toutes choses sont possibles » (Matthieu 19 :26) et que « Dieu donne à tous avec libéralité et sans reproche » (Jacques 1 :5-v. Darby). « Car lui-même prend soin de vous » (1 Pierre 5 :7)

 

1-3) avec persévérance :

On entend parfois que nous marchons dans l’incrédulité si nous demandons plusieurs fois la même chose à Dieu. Ceux qui affirment cela s’appuient sur l’enseignement de Jésus aux disciples concernant la prière dans Matthieu 6 :7-8 : « Or quand vous priez, n’usez point de vaines redites, comme font les Païens ; car ils s’imaginent d’être exaucés en parlant beaucoup. Ne leur ressemblez donc point ; car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le lui demandiez. »

 

Mais ce n’est pas ce que dit ici Jésus : au v.7, Il dit simplement que nos prières ne doivent pas être longue ou répétitives, mais courtes et directes (comme d’ailleurs la plupart des prières de Jésus qui nous sont rapportées dans les évangiles), et au v.8, Il nous demande de prier avec confiance et foi en « notre Père qui sait de quoi nous avons besoin… ». Le but n’est pas de convaincre Dieu de nous bénir, mais de nous décharger sur Lui de nos fardeaux parce que nous savons qu’il nous bénira. Et nous devons prier jusqu’à ce que nos fardeaux aient disparu, parce que Dieu aura agi en réponse à notre prière.

 

En effet, quand on regarde l’enseignement de la Parole de Dieu, Dieu nous a au contraire ordonné de demander, de chercher, de jeûner – de crier à Lui dans une supplication sincère et persévérante

Matthieu 7 :7-8 : « Demandez, et l’on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe. »

 

Comme Eric le disait dimanche, la traduction du grec signifie « demandez, et continuez de demander, et on vous ouvrira, cherchez et continuez à chercher, et vous trouverez, frappez et continuez à frapper, et on vous ouvrira ».

 

Dans Luc 11 :5-13, Jésus va illustrer cette vérité par la « parabole de l’ami importun », concernant un homme qui cherchait du pain chez son ami à minuit. Cet homme n’avait pas de pain lui-même, mais il savait que son ami avait tout le pain dont il avait besoin. Alors, il n’a cessé de frapper à la porte jusqu’à ce que son ami finisse par se lever, ouvre la porte et lui donne du pain.

 

Dans Luc 18 :1-8, Jésus va encore l’illustrer par la parabole du juge inique que nous connaissons tous, « pour nous montrer qu’il faut toujours prier, et ne pas se lasser » (v.1)

 

Dans toute l’Écriture, l’importance de la persévérance dans la prière nous est rappelée. Même lorsque Dieu nous a fait des promesses, Dieu attend que nous priions pour qu’elles s’accomplissent :

  • Dans les évangiles, on voit Jésus constamment en prière pour que la volonté de Dieu soit faite sur la Terre, pourtant Jésus savait que Son Père lui avait promis toutes choses dès avant la fondation du monde.
  • Dans l’Ancien Testament, Ézéchiel a reçu de grandes prophéties sur la restauration d’Israël, qui annonçaient que les ruines de la nation deviendraient semblables au Jardin d’Éden. Mais Dieu va dire : « Voici encore sur quoi je me laisserai fléchir par la maison d’Israël » (Ézéchiel 36 :37). Cela signifie qu’Il attendait que Son peuple Le cherche et Le prie pour que cela arrive.
  • Daniel a lu la promesse que Dieu avait faite à Jérémie qu’Israël serait restauré après soixante-dix ans de captivité à Babylone. Mais quand il a vu que le moment approchait, il n’a pas seulement attendu patiemment que Dieu tienne Sa promesse. Il est tombé à genoux et il a prié pour que le Seigneur agisse (Daniel 9 :1-3).

 

1-4) avec un cœur reconnaissant :

Paul dira dans Colossiens 4 :2-3 : « Persévérez dans la prière, veillez-y avec actions de grâces ».

 

 

2) Pour quoi prier ?

 

2-1) Pour nos propres besoins matériels et physiques :

Philippiens 4 :6 : « Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces ».

 

2-2) Pour avoir de la sagesse dans nos paroles et notre conduite :

Jacques 1 :5 : « Si quelqu’un de vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous avec libéralité et sans reproche, et elle lui sera donnée ».

 

2-3) Pour être fortifiés :

Paul a appris ce secret de la force au moment de sa conversion. Après avoir été rendu aveugle sur la route de Damas, il a passé trois jours à prier et à jeûner, déterminé à expérimenter la présence de ce Seigneur qui s’était révélé à lui.

C’est à ce moment-là que le Seigneur a conduit un croyant nommé Ananias à aller auprès de Paul : « car il prie » (Actes 9 :11). L’Écriture dit ensuite de Paul : « [Il] se fortifiait de plus en plus » (9 :22).

 

Et cela nous est nécessaire, car seul l’Esprit de Dieu peut faire mourir en nous le vieil homme charnel et donner vie à l’homme nouveau qui marche non selon la chair, mais selon l’esprit (voir Romains 8 :4) :

Matthieu 26/41 : « Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation ; l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible ».

=> Si nous voulons marcher selon l’esprit, il nous faut entretenir notre vie spirituelle en priant.

 

2-4) Prier pour être conduits :

Nous devons demander Sa direction au Seigneur à chaque fois que nous avons un choix à faire qui a de l’importance pour nous : je ne parle pas du choix du menu du soir, mais si quelque chose a de l’importance pour nous, cela en a pour le Seigneur.

Il y a des choix essentiels pour nos vies : le choix d’une épouse, d’une filière d’étude, d’un endroit pour travailler, d’une maison pour habiter… etc., mais cela peut aussi être des choses moins essentielles mais qui ont leur importance : le choix d’une tondeuse à gazon, d’une voiture d’occasion… etc. (c’est si facile de se faire rouler de nos jours…)

 

Notre intelligence et notre expérience sont importantes pour faire nos choix, mais j’ai appris qu’elles ne sont jamais suffisantes à elles seules, car contrairement à Dieu, nous ne savons pas tout…

De par mon propre vécu, le Seigneur peut nous donner un avertissement sur un piège qui nous est tendu ou une consigne claire lorsque nous ne savons pas comment répondre à une proposition qui nous est faite, ou encore nous révéler un verset particulier pour une mise en application personnelle.

Et parfois, le Seigneur peut nous donner une direction, nous pousser à faire quelque chose sans que nous comprenions pourquoi, et Il attend simplement que nous le fassions, sans chercher à comprendre.

 

En tous cela, Dieu désire toujours nous parler, pourvu que nous, nous désirions L’écouter…

 

Jean 3 :8 : « Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit ; mais tu ne sais d’où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l’Esprit ».

Esaïe 30 :21 : « Tes oreilles entendront derrière toi la voix qui dira : Voici le chemin, marchez-y ! »

 

 

2-5) Prier pour les autres :

Car si la prière est la condition de notre croissance spirituelle, nous faisons preuve d’égoïsme si nous n’allons au pied du trône que pour notre édification personnelle et nos propres besoins.

La Bible nous donne de nombreux exemple du nécessaire soutien de la prière de l’Église, notamment pour le ministère des apôtres :

 

2 Corinthiens 1 :9-11 :« nous regardions comme certain notre arrêt de mort, afin de ne pas placer notre confiance en nous-mêmes, mais de la placer en Dieu, qui ressuscite les morts. C’est lui qui nous a délivrés et qui nous délivrera d’une telle mort, lui de qui nous espérons qu’il nous délivrera encore, vous-mêmes aussi nous assistant de vos prières, afin que la grâce obtenue pour nous par plusieurs soit pour plusieurs une occasion de rendre grâces à notre sujet ».

 

Actes 12/1-17 : récit de la délivrance miraculeuse de Pierre de sa prison alors que « l’Eglise ne cessait d’adresser pour lui des prières à Dieu. » (v.5)

 

L’auteur de l’épître aux Hébreux écrira : « Priez pour nous ; car nous nous assurons que nous avons une bonne conscience, désirant de nous conduire honnêtement parmi tous. Et je vous prie encore plus instamment de le faire, afin que je vous sois rendu plus tôt. » (Hébreux 13 :18-19)

 

Eric nous a rappelé dimanche le témoignage du salut de St-Augustin en réponse à la prière de sa mère.

 

Je crois que chaque personne engagée dans un service quelconque dans l’Eglise a besoin du soutien de la prière, que ce soit un pasteur, un prédicateur, un conducteur de chants, une personne engagée dans l’évangélisation, dans les visites de maison, dans le ménage de la salle, dans l’enseignement des enfants… etc.

 

Jacques a dit : « priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficacité ». (Jacques 5 :16)

 

Et si Paul demandait le soutien dans la prière, il montrait lui aussi l’exemple en étant lui-même un soutien. Il a écrit aux Philippiens : « A tous les saints…, aux évêques et aux diacres… Je rends grâces à mon Dieu de tout le souvenir que je garde de vous, ne cessant, dans toutes mes prières pour vous tous, de manifester ma joie… parce que je vous porte dans mon cœur » (Philippiens 1 :1,3-4,7).

 

De la même façon, aux Romains : « Dieu… m’est témoin que je fais sans cesse mention de vous… dans mes prières » (Romains 1 :9-10).

 

Et Jésus Lui-même prie pour nous ! (Voir Romains 8 :34 : « Christ est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous ! »)

 

=> sommes-nous des intercesseurs ?

Parfois l’on dit : “je vais prier pour toi,” et nous prions une fois ou deux, puis on oublie rapidement les besoins de l’autre n’est-ce pas ?

Mais si nous voulons être un véritable soutien dans la prière, il nous faut prier sans cesse, pas longtemps, mais avec persévérance, jour après jour et avec foi, en faisant confiance à Dieu pour entendre et répondre aux besoins de notre bien-aimé. Et le faire jusqu’à ce que l’on voie la main de Dieu à l’œuvre.

 

=> n’hésitons pas dans ce domaine à faire une liste de prière pour n’oublier personne.

 

Nota bene : Parmi les personnes pour lesquelles nous prions, Paul nous demande spécifiquement de prier pour nos patrons et responsables politiques qui ont un pouvoir de décision sur nos vies :

1 Timothée 2/4 : « J’exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté. Cela est bon et agréable devant Dieu notre Sauveur, qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité ».

 

 

2-6) Prier pour faire la volonté de Dieu :

La prière que Dieu agrée, ce n’est pas seulement demander à Dieu de faire ce que nous voulons. Ce n’est pas plaider avec Lui pour qu’Il nous assiste dans nos plans. Ce que Dieu veut premièrement, c’est une relation d’intimité avec nous, une communion d’où naîtra la connaissance de Dieu et ainsi la confiance et la foi.

C’est dans cette relation de confiance et d’amour envers un Dieu que nous connaissons, que nous pourrons avec joie Lui abandonner notre vie, notre volonté et nos voies et désirer faire Sa volonté.

 

C’est l’exemple de la vie de Paul qui a cherché Dieu pendant 2 ans avant de recevoir une révélation particulière du Seigneur et de devenir l’apôtre qui a répandu l’évangile plus que tous les autres dans tout le monde connu de l’époque.

Il écrira aux Philippiens : « Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l’excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur, pour lequel j’ai renoncé à tout ». Philippiens 3 :8).

Et « J’ai été crucifié avec Christ ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi ; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi. » (Galates 2 :20)

 

C’est aussi toute la vie de Jésus qui était basée sur cet abandon à la volonté du Père :

Hébreux 10 :7 : « alors j’ai dit : voici je viens -dans le rouleau du livre, il est question de moi- pour faire, ô Dieu, ta volonté ».

Matthieu 26 :39 : « Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. »

 

C’est d’ailleurs la première chose que Jésus va enseigner aux disciples qui lui demandaient de leur enseigner à prier : « Notre Père qui est aux cieux, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la Terre comme au Ciel » (Matthieu 6 :9-10).

 

 

CONCLUSION :

Finalement, lorsque nous prions, lorsque nous passons du temps avec Dieu, nous devrions en passer un peu à lui présenter nos requêtes, nos besoins et nos bien-aimés, croyant avec foi qu’Il en prendra soin, mais en passer davantage à simplement être dans Sa présence et à L’écouter nous parler.

Quelqu’un a dit un jour : “Qu’est-ce qui est le plus important : présenter nos requêtes à Dieu, qu’Il connaît déjà avant que nous les Lui présentions, ou écouter Sa voix, pour entendre ce qui est sur Son cœur ?”

 

Toute l’histoire de la croissance de l’Église au cours des siècles est faite d’hommes et de femmes, apôtres, pasteurs et missionnaires, qui ont été puissamment utilisés par Dieu parce qu’ils ont passés du temps avec le Seigneur et que dans cette communion, ils ont entendu un appel particulier de Dieu pour accomplir Sa volonté.

 

Et même si nous ne sommes pas tous appelés à accomplir de grandes choses qui marqueront l’histoire de l’Eglise, Dieu désire parler à chacun d’entre nous pour nous donner une direction et se servir de nous dans de petites choses qui seront utiles à Son Royaume et à Son Eglise qu’Il bâtit. La seule chose qu’Il nous demande, c’est un cœur bien disposé pour L’écouter et obéir à Sa volonté.

 

Suivons l’exemple de ces 2 versets de l’Ecriture :

Zacharie 10 :1 : « Demandez à l’Éternel la pluie, la pluie du printemps ! L’Éternel produira des éclairs, et il vous enverra une abondante pluie, Il donnera à chacun de l’herbe dans son champ »

 

Esaïe 50 :4 : « Le Seigneur, l’Éternel, m’a donné une langue exercée, pour que je sache soutenir par la parole celui qui est abattu ; Il éveille, chaque matin, il éveille mon oreille, pour que j’écoute comme écoutent des disciples »