TU AS BESOIN DE DIEU !

 

 

Je voudrais consacrer ces quelques lignes à toutes ces personnes qui ne veulent pas encore reconnaître leur besoin de Dieu ou toutes ces personnes qui, un jour, ont expérimenté quelque chose venant de Dieu mais qui, pour diverses raisons, se sont éloignées de Lui.

 

Peut-être avez-vous des questions, des questionnements, peut-être ce qui vous préoccupe est la manière dont les choses ont eu lieu dans votre vie. Vous avez lutté pour aller de l’avant, vous avez donné tout de vous, vous avez cherché la manière d’être heureux et de trouver du repos mais pour autant, tout ce que vous avez réussi à faire ne vous empêche pas de ressentir un vide, un besoin que vous ne pouvez combler.

 

Vous tentez de le dissimuler et souvent vous avez proclamé que vous n’aviez pas besoin de Dieu, sans doute parce que vous avez éprouvé du ressentiment du fait qu’Il n’a peut-être pas agi de la façon dont vous l’espériez ou parce qu’un jour, vous lui avez demandé quelque chose et vous n’avez pas vu le résultat ou enfin, il est possible aussi que vous refusiez simplement son existence ou le fait qu’il puisse vous aider.

 

Votre droit à la libre décision (le libre arbitre) vous a conduit à vous éloigner de celui qui, un jour, vous a créé, vous avez décidé de marcher sans lui, vous avez travaillé en donnant toute votre énergie pour aller de l’avant dans cette vie. Parfois, vous avez réussi à conquérir ce qui vous paraissait impossible de conquérir ; d’autres fois, à force de volonté et d’efforts, vous avez atteint vos objectifs et on ne peut nier que chacun ait une capacité à être déterminé et à atteindre ses objectifs mais même quand nous atteignons nos objectifs, nous voulons pus et encore plus et nous restons insatisfaits au fond de nous.

 

La Bible, prophétiquement, dans le livre d’Esaïe, fait ce constat à propos du peuple d’Israël, mais cela s’applique à l’humanité sans Dieu :  » Tu es devenue lasse à force de marcher, sans jamais avouer : “Tout cela, c’est désespéré !” Tu retrouves des forces, aussi n’es-tu pas abattue. » (Esaïe 57/10).

 

Il y a un besoin en vous qui est irréfutable et même si vous tentez de le dissimuler, il existe en vous et même si vous tentez de remplir ce vide, ce besoin spirituel en comblant d’autre supposés besoins, le vide persiste à être là. Un vide creux en forme de triangle ne peut être rempli par un carré ou un rectangle ni même avec un cercle, le vide creux en forme de triangle ne peut être rempli que par un triangle.

Le constat fait par Dieu continue :  » Et qui donc craignais-tu, de qui avais-tu peur, pour que tu m’aies trompé, pour que tu ne te sois plus souvenue de moi, et que tu m’aies chassé de tes pensées ? Serait-ce parce que, depuis longtemps, j’ai gardé le silence ? Serait-ce pour cela que tu ne me respectes plus ?  Mais je vais exposer ce que vaut ta “justice.” Et toutes tes actions ne te seront d’aucun profit ! Qu’ils te délivrent donc, tous tes nombreux faux dieux, quand tu crieras vers eux, mais le vent les balaiera tous, une rafale les emportera ! » (Esaïe 57/11-13)

Je sais que vous avez passé sans nul doute beaucoup de temps à croire que vous n’aviez pas besoin de Dieu mais il vient un moment où plus on tente de refuser cette évidence et plus on ne peut nier le besoin avec lequel on a été créé car nous avons été créés avec un besoin spirituel, qui ne peut être rempli que par notre Créateur, Dieu lui-même.

La Bible dit :  » Dieu fait toute chose belle en son temps. Il a implanté au tréfonds de l’être humain le sens de l’éternité. Et pourtant, l’homme est incapable de saisir l’œuvre que Dieu accomplit du commencement à la fin. » (Ecclésiaste 3/11)

Le philosophe, mathématicien, physicien, inventeur et moraliste Pascal a dit :  » Tous les hommes recherchent le bonheur. Cela est sans exception, quelques différents moyens qu’ils y emploient. Ils tendent tous à ce but […]. La volonté ne fait jamais la moindre démarche que vers cet objet. C’est le motif de toutes les actions de tous les hommes, jusqu’à ceux qui vont se pendre[1] »

Mais il poursuit son argument avec une de ses idées les plus connues. C’est aussi l’argument qu’on résume parfois de manière très approximative. Souvent nous nous contentons de parler du  » trou en forme de

« Qu’est-ce donc que nous crie cette avidité et cette impuissance, sinon qu’il y a eu autrefois dans l’homme un véritable bonheur, dont il ne lui reste maintenant que la marque et la trace toute vie, et qu’il essaie inutilement de remplir de tout ce qui l’environne, recherchant des choses absentes le secours qu’il n’obtient pas des présentes, mais qui en sont toutes incapables, parce que ce gouffre infini ne peut être rempli que par un objet infini et immuable, c’est-à-dire que par Dieu même« [2]

Dieu veut vous rencontrer. Pourquoi ne pas lui en donner l’occasion ? Que perdez-vous à essayer Dieu ¿ Que perdez-vous en tentant de remplir ce besoin spirituel qu’il y a en vous ?

Aujourd’hui, Dieu veut que vous sachiez qu’il veut vous rencontrer dans votre besoin, qu’il a un pan parfait pour votre vie, que vous n’avez pas besoin de chercher davantage ailleurs, que vous n’avez pas besoin de tenter de remplir ce besoin spirituel que vous avez avec d’autres méthodes ou pseudo-besoins qui ne soient pas Lui.

Pourquoi ne laissez-vous pas de côté votre orgueil ? La seule chose qu’a provoqué cet orgueil est d’avoir fait de vous une personne froide et dure, qui utilise cette facette comme une carapace pour vous protéger des autres. Dieu vous connaît bien dans votre intimité car Il vous a créé. Devant Lui, nul besoin de jouer les gros bras ou de revendiquer votre indépendance car nous sommes TOUS dépendants de Dieu et non indépendants.

Le roi David, dans la Bible, dit :  » Eternel, tu me sondes et tu me connais. Quand je suis assis et quand je me lève, tu le sais. De loin, tu discernes tout ce que je pense. Tu sais quand je marche et quand je me couche, et tous mes chemins te sont familiers. Bien avant qu’un mot vienne sur mes lèvres, Eternel, tu sais déjà tout ce que je vais dire. Tu es devant moi et derrière moi : tu m’entoures ; ta main est sur moi. Merveilleux savoir hors de ma portée, savoir trop sublime pour que je l’atteigne.  Où pourrais-je aller loin de ton Esprit ? Où pourrais-je fuir hors de ta présence ? Si je monte au ciel tu es là, et si je descends au séjour des morts, t’y voilà ! Et si j’empruntais les ailes de l’aube pour me réfugier aux confins des mers, là aussi ta main me dirigerait, ton bras droit me tiendrait. Et si je me dis : « Du moins les ténèbres m’envelopperont », alors la nuit même se change en lumière tout autour de moi. Pour toi, les ténèbres deviennent lumière et la nuit est claire comme le plein jour : lumière ou ténèbres pour toi sont pareilles. Tu m’as fait ce que je suis, et tu m’as tissé dans le ventre de ma mère. Merci d’avoir fait de moi une créature aussi merveilleuse : tu fais des merveilles, et je le reconnais bien.  Mon corps n’était pas caché à tes yeux quand, dans le secret, je fus façonné et tissé comme dans les profondeurs de la terre. Je n’étais encore qu’une masse informe, mais tu me voyais et, dans ton registre, se trouvaient déjà inscrits tous les jours que tu m’avais destinés alors qu’aucun d’eux n’existait encore. Combien tes desseins, ô Dieu, sont, pour moi, impénétrables, et comme ils sont innombrables ! » (Psaume 139/1-17)

Dieu vous connaît, il a sondé et examiné votre cœur et sait comment vous allez, tout ce qui se passe mal chez vous. Peut-être que vos proches et votre entourage ne remarquent pas que vous n’êtes pas heureux, vous avez l’apparence du bonheur mais vous savez très bien qu’il n’existe pas dans votre vie. Vous avez projeté une image fausse de ce qu’il y a réellement dans votre cœur et vous le savez très bien et Dieu, qui vous connaît parfaitement le sait aussi. C’est pour cette raison qu’aujourd’hui, Dieu veut changer votre vie, veut satisfaire le besoin spirituel qu’il y a en vous, il veut donner son vrai sens à votre vie et vous montrer qu’avec Lui, les choses sont plus faciles.

Pour terminer son constat prophétique, Dieu a fait une promesse à son peuple :  » Mais celui qui s’appuie sur moi recevra le pays et entrera en possession de ma montagne sainte.  Et l’on dira : « Frayez la route, oui, frayez-la, ouvrez la voie ! Enlevez tout obstacle du chemin de mon peuple. »  Car voici ce que dit le Dieu très élevé qui demeure éternellement, qui s’appelle le Saint : « J’habite dans un lieu qui est très haut et saint, mais je demeure aussi avec l’homme accablé, à l’esprit abattu, pour ranimer la vie de qui a l’esprit abattu et vivifier le cœur des hommes accablés. Car ce n’est pas toujours que j’intenterai un procès, ni éternellement que je m’irriterai, car sinon, devant moi, le souffle de la vie s’évanouirait, les êtres que j’ai faits dépériraient. L’avidité coupable du peuple d’Israël m’avait mis en colère. Alors je l’ai frappé et je me suis caché dans mon irritation. Mais lui, rebelle, il a suivi la voie où l’inclinait son cœur. J’ai bien vu sa conduite, mais je le guérirai et je le conduirai, je le consolerai, lui et ses affligés. Je créerai sur leurs lèvres des hymnes de louange. Paix, paix à qui est loin comme à ceux qui sont près, déclare l’Eternel. Oui, je le guérirai.  » (Esaïe 57/13-19).

Le moment est venu, c’est le jour, c’est l’heure indiquée que Dieu a posée sur son agenda pour votre rencontre avec Lui, ne continuez pas à refuser ce qui est évident. VOUS AVEZ BESOIN DE DIEU, ne remettez plus à plus tard cette rencontre, aujourd’hui est le jour propice que vous attendiez au plus profond de votre cœur.

Dieu veut toucher votre cœur et il le fait déjà, il y a quelque chose de différent en vous, au plus profond de vous-même vous reconnaissez que vous avez besoin de Lui. Il suffit donc de mettre de côté votre orgueil et vos préjugés et de permettre que Dieu prenne la place qui lui correspond dans votre vie. Si vous êtes capable de reconnaître votre besoin de Dieu et de ne pas laisser cette occasion que Dieu vous a donnée aujourd’hui, je vous invite à faire cette déclaration là où vous vous trouvez et à permettre que Jésus ente dans votre cœur :

« Mon Dieu, je reconnais que j’ai failli, je reconnais que je suis pécheur et que j’ai vécu une vie loin de toi mais en même temps, je reconnais qu’il existe un besoin profond de toi dans ma vie. Aujourd’hui, je veux te demander pardon pour tous mes péchés, te demander pardon pour tous mes modèles de pensée qui m’ont conduit à m’éloigner de toi, aujourd’hui, je reconnais que j’ai besoin de toi, je veux que tu pardonnes mes péchés et que tu entres dans mon cœur, que tu gouvernes ma vie et que tu fasses de-moi ton enfant, je veux vivre près de toi, je veux t’expérimenter, je veux que tu rassasies mon énorme besoin de toi. Aujourd’hui, je te reconnais comme mon seul et unique Sauveur et seigneur. Accepte-moi, Seigneur, au nom puissant de Jésus, Amen. »

Je suis certain que si vous avez fait cette déclaration de prière avec un coeur sincère, Dieu commencera à œuvrer en vous d’une manière différente, commencera à rassasier votre besoin spirituel et surtout, vous commencerez à voir et à remarquer des choses qu’avant, vous ne perceviez pas, mais que maintenant, Dieu va vous montrer car les choses spirituelles se discernent spirituellement.

Que Dieu vous bénisse abondamment !

Il n’y a pas de doute, Dieu va commencer à transformer votre vie !

 

“Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé.  Car c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut » (Romains 10/9-10)

 

 

[1] PASCAL, Blaise, Pensées (pensée n°181 dans l’édition de Sellier ou 425 ou 148 ou 138 selon les autres éditeurs).

[2] Ibid.