Nous utilisons des expressions dans nos églises, qu’il convient parfois d’expliquer car à force de les dire, on ne les comprend plus.

L’une d’entre elles : entrer dans la présence de Dieu ou s’approcher de Dieu.

Rappelons qu’il y a un préalable dans notre vie chrétienne : la préparation spirituelle.

Elle était nécessaire dans l’Ancien Testament, elle l’est dans la Nouvelle Alliance, sans quoi on vient au culte uniquement pour se prémunir des vertus du Sang de Jésus parce qu’il va couvrir nos immondices de la semaine de façon provisoire.

Or, pour adorer Dieu, il convient de se préparer aussi durant la semaine, en priant, en renforçant notre communion avec Dieu, dans la repentance, dans l’adoration, la méditation, etc. En priant pour les réunions car au lieu d’attendre le bénéfice de ce temps investi, on sera prêt à y participer et contribuer à ce que ce soit un culte glorieux pour le Seigneur.

On ne vient pas adorer Dieu pour se reposer de la semaine mais pour lui apporter. L’attitude correcte de la part du peuple de Dieu : ” Célébrez l’Eternel et son nom glorieux ! Apportez vos offrandes, entrez dans ses parvis, et, là, prosternez-vous. Adorez l’Eternel dans l’éclat de sa sainteté ! ” Ps 96/8-9

Si le Seigneur n’est pas ta priorité, tu auras du mal ou bien tu feras du spectacle.

Matthieu 6/21 ” là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur “.

OU EST TON CŒUR ALORS QUE NOUS RENDONS UN CULTE AU SEIGNEUR ?

Au cœur d’un culte rendu au Seigneur, il convient d’avoir une motivation spécifique pour la louange et l’adoration.

Le véritable adorateur loue Dieu en toute occasion qui se présente, il n’a pas besoin de se forcer ou d’attendre un signal ou bien l’autorisation du conducteur pour louer. De même, on attend de ceux qui conduisent qu’ils soient d’exemple à ce titre : ne pas louer seulement sur l’estrade et faire « la gueule » en dehors de l’estrade ou être silencieux. Ne pas attendre de louer quand il y a du bruit et être silencieux quand les temps sont plus calmes.

En gros, où se trouve notre motivation ?

Le Seigneur attend de nous la simplicité de cœur, la simplicité de l’évangile, un cœur qui spontanément le loue parce qu’il sait ce qu’il lui doit, point final.

2 Corinthiens 11:3 ” mais j’ai peur que-comme le serpent séduisit Eve par sa ruse-vos pensées ne se corrompent loin de la simplicité due au Christ .”

La qualité de votre louange ne dépend pas de la qualité du jeu du pianiste ou du guitariste, ni si le conducteur s’emmêle dans les notes, ni même du fait qu’il vous fasse une rumba au lieu d’un tango mais elle dépend de vous. La louange et l’adoration sont la responsabilité du croyant envers Dieu. Si vous êtes venus chercher Dieu, vous le trouverez.

I – DOIT-ON ENTRER DANS LA PRESENCE DE DIEU ?

Il y a 2 sortes de présences de Dieu :

-  Son omniprésence : ” Où irais-je loin de ton Esprit Et où fuirais-je loin de ta face ?

Nous ne sommes pas toujours conscients de sa présence mais il est là selon sa promesse.

-  La présence manifeste de Dieu : c’est celle qui se recherche, elle n’est pas acquis ni zutomatiquee. C’est celle qu’on trouve sur la montagne.

C’est celle qui attirait Moïse, c’est celle qui nous fait quitter les soucis de notre vie pour nous transporter dans la dimension de Dieu, de sa pensée, de sa volonté, là où je ne viens plus satisfaire mon besoin personnel d’être béni ou de vouloir briller auprès des autres ou pour moi-même mais où je viens satisfaire le besoin de Dieu, cette faim que Dieu a de nous voir communier réellement avec nous, de la même qualité de communion que celle qu’il avait avec Jésus et qui nous est enseignée dans Jean 17, une communion organique avec Lui.

Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui qui m’aime. Celui qui m’aime sera aimé de mon Père, moi aussi je l’aimerai et je me manifesterai à lui .” Jean 14/21

C’est dans cette présence manifeste qu’on reçoit compréhension des Ecritures, révélation sur Christ, sur notre vie, sur le plan de Dieu…

Si la présence de Dieu se trouvait automatiquement, l’expression entrer dans sa présence serait idiote. Or, Dieu a dit «  cherchez-moi et vous vivrez  ». Si c’était automatique, il n’y aurait pas besoin de le chercher.

Il y a des enseignements un peu légers dans certaines églises sur ce sujet et on sait vers quelles dérives cela mène. Le fait de chercher Dieu nous humilie car nous sommes orgueilleux même spirituellement. Chercher signifie qu’il nous faut trouver. Chercher suppose un certain effort, une faim, une soif de Dieu.

Chercher Dieu suppose de ne pas aimer Dieu uniquement pour les manifestations qui déclenchent les émotions fortes mais pour Lui-même, ce qui est le propre de l’adoration.

Chercher Dieu suppose qu’on prenne le temps pour cette démarche.

Le témoignage de ceux qui cherchent Dieu est d’un niveau qui dépasse les témoignages de gens vivant d’émotions éphémères, de superficialité.

Je languis et je Soupire, Eternel, après tes parvis, mon être entier crie sa joie vers le Dieu vivant. 3 Le moineau découvre un gîte, l’hirondelle trouve un nid où déposer ses petits, près de tes Autels, Eternel, seigneur des armées célestes, mon Roi et mon Dieu ! Bienheureux ceux qui habitent ta maison, car ils pourront te louer toujours. Bienheureux les hommes dont tu es la force : dans leur cœur, ils trouvent des chemins tracés. Car lorsqu’ils traversent la vallée des Larmes, ils en font une oasis, et la pluie d’automne vient la recouvrir de bénédictions. D’étape en étape, leur vigueur s’accroît et ils se présentent à Dieu en Sion .” Psaume 84/1-7

II – Entrer dans la présence de Dieu entraîne le respect

Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous. Purifiez vos mains, pécheurs, et nettoyez vos cœurs, âmes partagées. Reconnaissez votre misère, menez deuil, pleurez ; que votre rire se change en deuil, et votre joie en tristesse. Humiliez-vous devant le Seigneur, et il vous élèvera ” Jacques 4/8-10

Si nous étions dans cette attitude de nous approcher de Dieu, nous vivrions cette expérience.

S’approcher de Dieu, entrer dans sa présence manifeste entraîne souvent la repentance, la purification, ce fut le cas d’Esaïe, de Daniel, de Pierre, Jacques et Jean, de Paul. Face à Dieu, on est terrassé car Dieu est redoutable dansa sainteté.

Dieu veut qu’on s’approche de Lui car il veut nous rendre saint comme lui est saint.

Ce qu’il ne veut pas : une approche superficielle purement religieuse : Esaïe 29/13
Le Seigneur dit : Ainsi quand ce peuple s’approche (de moi), Il me glorifie de la bouche et des lèvres ; Mais son cœur est éloigné de moi, Et la crainte qu’il a de moi N’est qu’un commandement de tradition humaine .”

C’est la motivation de ton cœur qui importe, elle est centrale, on ne trompe pas Dieu. Si le cœur est touché, il cherche Dieu et connaît la crainte de Dieu. Croire qu’on peut s’approcher de Dieu n’importe comment, c’est courir le risque d’offrir à Dieu un feu étranger comme Nadab et Abihu : feu religieux, feu mal motivé (orgueil, adoration sur la base de nos propres raisonnements…). On adore sur une seule base : l’autel du sacrifice, la CROIX où Jésus est mort pour chacun de nous.

Deutéronome 5:29 “ Oh ! s’ils avaient toujours ce même cœur pour me craindre et pour observer tous mes commandements, afin qu’ils soient heureux à jamais, eux et leurs fils !

III – ENTRONS DANS SA PRESENCE

A. AVEC LA LOUANGE

Psaume 95/1-2 «  Allons acclamer l’Éternel ! Lançons une (joyeuse) clameur vers le rocher de notre salut. 2 Allons au-devant de lui pour le célébrer, Avec des psaumes lançons vers lui une (joyeuse) clameur.  »

«  Approchons-nous de lui pour le remercier, chantons pour lui avec nos instruments de musique.  » PDV

Hébreu qadam = venir au devant de, aller à sa rencontre, s’approcher de lui.

Une fois encore, c’est un exercice spirituel qui suppose un certain effort. Il n’est pas automatique et suppose une détermination de la volonté à laquelle personne ne peut s’opposer. Paul et Silas ont loué Dieu en prison sans instruments en dépit de l’hostilité ambiante.

Servez le SEIGNEUR avec joie, entrez en sa présence avec des cris de joie ! Sachez que le SEIGNEUR (YHWH) est Dieu : c’est lui qui nous a faits, et nous lui appartenons ; nous sommes son peuple, le troupeau qu’il fait paître. Entrez par ses portes avec reconnaissance, entrez dans les cours de son temple avec des louanges ! Célébrez-le, bénissez son nom ! Car le SEIGNEUR est bon : sa fidélité est pour toujours, sa constance de génération en génération .”

B. Dieu exauce nos prières

«  Fais de l’Eternel tes délices, Et il te donnera ce que ton cœur désire.  » Ps 37/4

Faire ses délices signifie expérimenter un grand plaisir et se réjouir de la présence de quelqu’un. Cela n’arrive que lorsque nous connaissons très bien cette personne. Par conséquent, pour nous réjouir dans le Seigneur, nous devons le connaître, sans connaître DIEU, il sera difficile d’entrer dans sa présence. Ce n’est qu’en le connaissant que nous pourrons jouir de sa présence et la connaissance de son grand amour pour nous nous procurera la joie.

Rappelons-nous qu’Eden signifie délices.

Conclusion :

La louange véhicule la présence de Dieu. Dieu vient trôner, siéger dans la louange qui vient de cœurs purs.

Vivre dans la présence de Dieu, s’approcher de Lui, c’est une culture qu’il convient d’adopter.

Ephésiens 5/19 «  entretenez-vous par des psaumes, des hymnes et des cantiques spirituels ; chantez et célébrez le Seigneur de tout votre cœur  »

Si cette culture est la tienne, tu vas venir dans la présence de Dieu avec un cœur débordant, tu feras profiter l’église, corps de Christ, du fruit de ta vie spirituelle.

Enfin, là où on s’approche de Dieu, où on le cherche, Dieu manifeste sa puissance.