Rencontrer Jésus est une expérience personnelle que vous serez probablement amené à faire. Si vous aspirez à trouver la vérité et rencontrer le seul vrai Dieu, cela arrivera. “Vous me chercherez, et vous me trouverez, si vous me cherchez de tout votre coeur. Je me laisserai trouver par vous, dit l’Eternel” (Jérémie 29:13-14).

Cette rencontre vous mènera à faire un choix tout aussi personnel. Dieu souhaite être réconcilié avec vous, et cela ne dépend alors plus que de vous.

La Bible explique clairement le choix auquel vous serez confronté : “Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent.” (Matthieu 7:13-14)

Jésus a dit : “Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux.” (Matthieu 18:3). Votre choix aura des conséquences éternelles et certaines.

Pour que 2 personnes soient réconciliées, chacune des 2 personnes a une part à faire. L’un demande pardon, l’autre pardonne. L’un s’excuse, l’autre accepte ces excuses. L’un répare son tort, l’autre accepte la réparation.

Dans ce cas précis de la réconciliation entre l’homme est Dieu, le fonctionnement est le même, à quelques précisions près :

– C’est l’homme – vous, moi – qui est le seul responsable de la séparation qui est né entre lui et Dieu, à cause des péchés qu’il a commis personnellement (Esaïe 59:2).
– C’est Jésus qui a payé entièrement et sûrement le prix de la réparation, en mourant à la place de l’homme sur la croix. En effet, il aurait été juste que l’homme meure pour ses propres péchés, car c’est la justice de Dieu : “Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur.” (Romains 6:23). Jésus a pris, et de très loin, la plus grosse part

Jésus attend de vous que vous fassiez votre part. Il attend que vous aussi, vous vouliez retrouver une relation intime, une relation d’amour avec Lui. “Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi.” (Apocalypse 3:20). Il attend patiemment, jusqu’au jour où il sera trop tard. Il attend sans forcer votre volonté. “Oh ! si vous pouviez écouter aujourd’hui sa voix ! N’endurcissez pas votre coeur” (Psaumes 95:7c-8a )

Quand Paul rencontra Jésus, ce fut pour lui un vrai choc, car cela a remis en cause toute sa vie, et tout ce à quoi il avait travaillé. Sa conversion est racontée dans le livre des Actes des Apôtres, au chapitre 9, dans les versets 1 à 22. Il raconte à un autre moment combien cette rencontre a bousculé ses raisonnements, tout ce qui avait dirigé sa vie jusque là : “moi aussi, cependant, j’aurais sujet de mettre ma confiance en la chair. Si quelque autre croit pouvoir se confier en la chair, je le puis bien davantage, moi, circoncis le huitième jour, de la race d’Israël, de la tribu de Benjamin, Hébreu né d’Hébreux ; quant à la loi, pharisien ; quant au zèle, persécuteur de l’Eglise ; irréprochable, à l’égard de la justice de la loi. Mais ces choses qui étaient pour moi des gains, je les ai regardées comme une perte, à cause de Christ. Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l’excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur, pour lequel j’ai renoncé à tout, et je les regarde comme de la boue, afin de gagner Christ” (Philippiens 3:4-8). Ce qui faisait sa fierté s’est écroulé en un instant, parce qu’aux yeux de Dieu, ce n’était qu’un “vêtement souillé” (Esaïe 64:5).

D’autres conversions sont racontées dans la Bible, par exemple celle d’un geôlier (Actes 16:25-34). Il est dit qu'”il se réjouit avec toute sa famille de ce qu’il avait cru en Dieu”. Vous pourrez aussi voir par exemple la conversion de Zachée (Luc 9:1-10), ou d’une femme samaritaine (Jean 4:5-42).

La Bible nous relate d’autre rencontres. Par exemple celle-ci, ou Jésus rencontre un homme qui ne fera finalement pas le bon choix : “Comme Jésus se mettait en chemin, un homme accourut, et se jetant à genoux devant Lui : bon maître, Lui demanda-t-il, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? Jésus lui dit : pourquoi M’appelles-tu bon ? Il n’y a de bon que Dieu seul. Tu connais les commandements : tu ne commettras point d’adultère ; tu ne tueras point ; tu ne déroberas point ; tu ne diras point de faux témoignage ; tu ne feras tort à personne ; honore ton père et ta mère. Il Lui répondit : maître, j’ai observé toutes ces choses dès ma jeunesse. Jésus, l’ayant regardé, l’aima, et lui dit : il te manque une chose ; va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-Moi. Mais, affligé de cette parole, cet homme s’en alla tout triste ; car il avait de grands biens.” (Marc 10:17-22)

Cet homme était riche, mais il n’avait pas l’essentiel. Il n’avait pas la vie éternelle ; il n’était pas réconcilié avec Dieu ; il n’était pas sûr de son salut ! L’argent avait une place trop importante dans sa vie. C’était sa fierté, c’était son but ! Chacun a ses propres richesses, ses propres talents, sa propre fierté. Mais ces richesses peuvent nous boucher la vue, et nous empêcher de voir que le bonheur est tout proche ! Elles peuvent nous empêcher de voir la réalité des choses, et nous détourner de l’essentiel. La richesse de Paul, c’était son CV : une belle carrière de chef religieux en vue, une droiture exemplaire, etc… Mais il a su finalement faire le bon choix.

La démarche pour devenir chrétien est vraiment simple :

– la repentance : réalisant combien nous avons offensé Dieu par nos péchés, il faut les Lui avouer, et Lui demander pardon. Il pardonnera, parce que Jésus en a payé le prix, par Son sacrifice. Dieu est proche : là où vous êtes, vous pouvez Lui parler. Vous n’avez pas besoin d’intermédiaire ni d’un rite quelconque.
– la conversion : il ne s’agit pas de confesser nos péchés, puis de s’en aller pécher encore plus, pour revenir encore demander la grâce de Dieu, et ainsi de suite… Une repentance sincère est suivie d’une volonté réelle de ne pas recommencer. La conversion marque le début d’une vie nouvelle, durant laquelle le Saint-Esprit nous donnera la force de ne plus pécher.
– le baptême : cet acte d’obéissance marque, aux yeux de Dieu et des hommes, le début de votre nouvelle vie et de votre nouvelle relation avec Dieu.

C’est formidable de devenir chrétien, et d’être enfin réconcilié avec Dieu ! Mais il faut le rester ! Le diable cherchera à détruire tout ce que vous viendrez de vivre : “Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera.” (1 Pierre 5:8).

Après cette démarche, vous aurez alors tout intérêt à vous joindre à une église, où vous pourrez vous épanouir dans votre nouvelle foi. Au milieu des croyants, vous serez fortifié dans votre foi, et vous apprendrez à connaître Dieu de mieux en mieux.

Quelle espérance ! Quelle simplicité !