Nous évoquons souvent l’évènement que constitue l’Enlèvement de l’Eglise mais à la suite de l’Enlèvement, il y a un autre évènement : le Tribunal de Christ. On ne fait souvent qu’effleurer le sujet mais il est bon aussi de pouvoir traiter cela de façon plus précise et approfondie.

Le Tribunal de Christ ne concerne pas le salut des croyants, qui, lui, a été acquis sur la base du sacrifice accompli par Christ. Ce sacrifice a permis que nos péchés soient effacés et que nous recevions le pardon de Dieu, la réconciliation avec lui et une Vie Nouvelle implantée en nous par la Parole régénératrice de Dieu, dynamisée par la puissance de son Esprit.

L’Enlèvement des croyants doit être suivi de leur comparution devant le Tribunal de Christ, le Juste Juge. Il ne s’agit donc pas d’une remise en cause du salut puisque les croyants qui vont comparaître se trouvent alors au Ciel. Il s’agit de l’attribution ou non de récompenses aux croyants, pour les œuvres accomplies lorsqu’ils étaient dans leurs corps.

Ephésiens 2:10 «  Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions.  »
Ephésiens 4:1 «  Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d’une manière digne de la vocation qui vous a été adressée  »

Marcher en nouveauté de vie, voilà ce à quoi nous sommes appelés, dès que nous nous donnons au Seigneur, dès que nous sommes convertis, que notre vie a été transformée par lui et qu’il a la primauté dans notre vie, c’est-à-dire le souverain, le Seigneur, nous sommes appelés à entrer dans le service de Dieu et, ainsi, à accomplir les oeuvres qu’il a préparées pour que nous les pratiquions.
Il conduit chaque croyant et l’Eglise tout entière par son Esprit pour que son plan à ce sujet s’accomplisse.

En quoi consiste le Tribunal de Christ ?

Il consistera à juger si le croyant est entré dans ces œuvres et avec quelle motivation il les a accomplies :

1Corinthiens 3:9-10 «  Car nous sommes ouvriers avec Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, l’édifice de Dieu. Selon la grâce qui m’a été donnée, j’ai posé le fondement comme un sage architecte, et un autre bâtit dessus. Mais que chacun prenne garde à la manière dont il bâtit dessus.  »

Quand Paul parlait à l’église de Corinthe, il y avait des ouvriers qui prêchaient un autre évangile ou qui n’avaient pas de bonnes motivations. Or, chaque serviteur, chaque ouvrier de Dieu, chaque responsable d’activité est responsable devant le Seigneur et devra rendre compte au Seigneur. Au verset 12, Paul insiste sur le fait que le fondement, la pierre d’angle de l’édifice qu’est l’Eglise, c’est Jésus et rien d’autre. Notre prédication doit donc concerner Christ crucifié, Christ ressuscité et Christ qui revient.

1Corinthiens 3:12-13 «  Or, si quelqu’un bâtit sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l’œuvre de chacun sera manifestée ; car le jour la fera connaître, parce qu’elle se révèlera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu’est l’œuvre de chacun.  » C’est sur le fondement doctrinal bâti par les apôtres que les croyants sont appelés à travailler et à bâtir. Les moyens et la manière voire la matière utilisés seront éprouvés par le feu.
Les 3 premiers éléments (or, argent, pierres précieuses), incombustibles, parlent de choses qui ont une valeur solide, éternelle tandis que les 3 autres éléments nous parlent de choses moins solides, pas durables et qui se consument par le feu. Il peut s’agir des ambitions humaines, de mauvaises motivations charnelles, du fruit de notre propre volonté et de nos efforts humains…

On peut dire que celui qui utilise les 3 premiers matériaux est un connaisseur, le deuxième un imprudent et un destructeur.

Tous ces matériaux nous parlent des motifs louables et des motifs moins dignes.
Jésus jugera la qualité de nos œuvres et non leur quantité. «  Si l’Eternel ne bâtit la maison, ceux qui la bâtissent travaillent en vain  » (Psaume 127:1).
1Corinthiens 3:14 «  Si l’œuvre bâtie par quelqu’un sur le fondement subsiste, il recevra une récompense  »
1Corinthiens 4:5 «  C’est pourquoi ne jugez de rien avant le temps, jusqu’à ce que vienne le Seigneur, qui mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres et qui manifestera les desseins des cœurs. Alors chacun recevra de Dieu la louange qui lui sera due.  » La louange, le compliment de la part de Jésus sera partie intégrante des récompenses.

Le Tribunal de Christ concerne tous les croyants

« 2Corinthiens 5:10 «  Car il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il aura fait, étant dans son corps.  »

Dans notre profession, on est parfois évalué, il en est de même de notre service chrétien.

Luc 19:17 «  c’est bien, bon et fidèle serviteur, entre dans la joie de ton maître  » c’était là le désir de Paulque d’aller auprès du Seigneur.

Le mal dont 2 Corinthiens 5/10 parle est évoqué avec la racine grecque phaulon = vain. Le mal, dans ce ca sprécis, est ce qui est fait en vain ou ce qui est inutile et s’évanouit.

«  Si l’œuvre de quelqu’un est consumée, il perdra sa récompense ; pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu.  » (1Corinthiens 3:15)

«  Car celui qui agit injustement recevra selon son injustice, et il n’y a point de favoritisme  » (Colossiens 3:25).

La perspective du Tribunal de Christ aidait Paul à tenir dans les difficultés et le motivait pour l’accomplissement de son ministère.

Philippiens 2:12 «  Ainsi, mes bien-aimés, comme vous avez toujours obéi, travaillez à votre salut avec crainte et tremblement  » Ce texte est à relier à ce que Paul dit juste avant, à savoir la nécessité d’imiter Christ en se dépouillant pour les autres, en revêtant l’humilité… Ce sont les sentiments qui étaient en Jésus-Christ, qui a obéi jusqu’à la mort de la croix.
Dans le contexte, les péchés visés étaient l’orgueil et la division. Or, travailler à son salut consiste ici à «  regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes, de considérer les intérêts des autres avant vos propres intérêts  » (Philippiens 2:3-4).
C’est source de délivrance pour une assemblée.

Quelle est la nature des récompenses ?

  • la louange de Jésus,
    la couronne de gloire (1Pierre 5:4),
    la couronne incorruptible (1Corinthiens 9:25-27), c’était la couronne remise au vainqueur mais pour l’éternité,
    la couronne de justice (2Timothée 4:8), pour avoir pratiqué la justice selon Dieu.

Conclusion : Des récompenses seront réservées aux croyants qui auront passé l’épreuve du feu de leurs œuvres si celles-ci ne sont pas consumées.
Pour les autres, ils perdront leur récompense et, de ce fait, seront sauvés, comme au travers du feu et n’auront rien à offrir au Seigneur Jésus leur Sauveur tandis que les autres jetteront des couronnes à ses pieds (Apocalypse 4:10 : «  les 24 vieillards adorent et jettent leurs couronnes devant le trône  »