Prier et ne pas se relâcher

14/02/2017

Psaumes 72:12 : “Car il délivrera le pauvre qui crie, Et le malheureux qui n’a pas d’aide”.

 

Quand on prie, Dieu nous le rend :

Matthieu 6 :6 : « Quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. »

Hébreux 11 :6 : « Or sans la foi il est impossible de lui être agréable ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie […] qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent ».

 

Nous ne devons pas craindre de nous approcher de Dieu dans la prière et de lui faire connaître les désirs de notre cœur « car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe » (Matthieu 7 :8).

 

C’est un thème récurrent de l’enseignement de Jésus et des apôtres que nous devons venir à Dieu dans la prière pour Lui demander de bonnes choses, car Il désir nous les donner :

Voir notamment la parabole du juge inique que « Jésus adressa à ses disciples, pour montrer qu’il faut toujours prier, et ne pas se relâcher ». Jésus va leur dire : « Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient à lui jour et nuit, et tardera-t-il à leur égard ? Je vous le dis, il leur fera promptement justice. Mais, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Voir Luc18 :1-8).

 

Mais aussi de nombreux autres passages :

Matthieu 7 :10-11 : « Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent ».

 

Philippiens 4 :6 : « en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces ».

 

1 Tim 2 :1-3 : « Je recommande en tout premier lieu que l’on adresse à dieu des demandes, des prières, des supplications et des remerciements pour tous les hommes. […] voilà ce qui est bien devant Dieu, notre Sauveur, ce qu’il approuve ». v.8 : « Je veux donc que les hommes prient en tout lieu, en élevant des mains pures, sans colère ni mauvaises pensées ».

 

Jacques 1/5-6 : « Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée. Mais qu’il la demande avec foi, sans douter »

 

Jacques 5 :16 : « « Quand un juste prie, sa prière a une grande efficacité ».

 

=> Il ne faut pas, frères et sœurs, que nous soyons comme ceux à qui Jacques va dire : « vous n’avez pas, parce que vous ne demandez pas » (Jacques 4 :2 v. Darby).

 

J’ouvre juste une petite parenthèse que je refermerai rapidement : notez que Jacques va aussi dire au verset suivant : « Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos convoitises ». De tous les passages que nous venons de lire, il en ressort que pour qu’une prière soit efficace il faut 3 choses :

– que la prière soit juste (= pas en désaccord avec la Parole de Dieu),

– qu’elle soit faite avec foi,

– que celui qui prie soit juste lui aussi (= justifié et sanctifié par Jésus-Christ, sans idole ni péché accepté dans son cœur, sachant que le péché peut aussi être de fermer son cœur pour ne pas faire ce que Dieu voudrait que l’on fasse : voir Jacques 4 :17 : « Celui donc qui sait faire ce qui est bien, et qui ne le fait pas, commet un péché »).

 

=> Si nous sommes convaincus par la Parole de Dieu et par le Saint-Esprit que « Dieu est le rémunérateur de ceux qui Le cherchent », alors nous devons attendre plus de Dieu, et demander plus à Dieu, afin de recevoir de Lui et de Le voir à l’œuvre dans tous nos besoins. Sachant qu’Il est « Celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons » (Ephésiens 3 :20).

 

 

2) Mais non seulement la prière est nécessaire pour faire nos demandes à Dieu afin qu’Il nous donne ce que nous voulons, mais elle est aussi nécessaire pour nous protéger et nous préparer à ce que nous ne voulons pas.

Le verset : « Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation » (Matthieu 26 :41) peut aussi bien se traduire par « Veillez et priez, afin que vous soyez vainqueurs dans l’épreuve » (le mot grec « πειρασμος » signifie aussi bien épreuve que tentation).

 

Nous sommes allés chez une sœur cette semaine et elle nous disait qu’avant de partir au travail, elle prend un temps tous les matins pour prier et louer Dieu une fois que le reste de sa famille est partie, car si elle ne le fait pas, elle fait difficilement face aux difficultés quotidiennes de sa vie et de son travail.

 

C’est exactement çà : quelqu’un a dit que « la prière est la respiration de l’âme, le canal de toutes les bénédictions ».

Nous ne pouvons pas « suivre Jésus de loin » sans risquer, comme Pierre, de tomber (voir Matthieu 26 :58). Et c’est d’autant plus vrai que les temps sont mauvais et que les occasions de chutes sont aujourd’hui nombreuses. Il nous faut suivre Jésus de près, rester près de Lui, ce qui n’est possible que par un vrai temps de communion avec Dieu mis à part au quotidien.

 

Jésus-Christ Lui-même, lorsqu’Il était sur Terre, passait chaque jour du temps dans la prière, même lorsque la journée avait été longue et fatigante. Il cherchait la présence du Père, sur la montagne ou dans le désert, et c’est alors qu’Il pouvait accomplir chaque jour les œuvres de Dieu, que Son cœur restait bien disposé et plein de l’amour et des compassions du Père pour les hommes pécheurs qui n’avaient pas de bergers, qu’Il était prêt à affronter les épreuves et les tentations dans la paix et la joie du Saint-Esprit.

 

Ce n’est pas pour rien que Paul écrivait : « Soyez toujours joyeux, priez sans cesse » (1 Thess. 1 :16-17). On ne peut rester joyeux et en paix dans l’épreuve que si l’on est en communion avec Dieu.

Nous ne sommes pas plus grands que notre Maître. Si Jésus avait chaque jour besoin de prier et de rechercher la présence du Père, nous aussi nous en avons besoin. Nous devons d’ailleurs être les « imitateurs de Christ » (voir Ephésiens 5 :1 et 1 Corinthiens 11 :1).

 

3) Et quand nous méditons la parole de Dieu et que nous sommes en communion avec Lui dans la prière et l’adoration, alors nous devenons de plus en plus comme Jésus.

C’est ce que dit Paul aux Corinthiens :

2 Co 3 :18 : « Nous tous qui, le visage découvert, contemplons, comme dans un miroir, la gloire du seigneur, nous sommes transformés en son image dans une gloire dont l’éclat ne cesse de grandir. C’est là l’œuvre du seigneur, c’est-à-dire de l’Esprit. »

 

Nous pouvons contempler la gloire du Seigneur en lisant la Bible pour connaître Dieu (qui Se révèle dans Sa Parole qu’Il nous a laissé) et en étant en communion avec Lui par la prière. Alors, nous sommes transformés par le Saint-Esprit qui fait Son œuvre en nous, et le monde qui nous entoure le verra.

C’était le cas pour Abraham : la présence de Dieu était tellement évidente dans sa vie que même les païens autour de lui reconnaissaient la différence entre leur vie et la sienne : « Abimélec… parla ainsi à Abraham : Dieu est avec toi dans tout ce que tu fais » (Genèse 21 :22). Ce roi païen disait : “Il y a quelque chose de différent chez toi, Abraham. Dieu est avec toi où que tu ailles et quoi que tu fasses.”

 

=> Qu’il en soit de même pour nous : que le monde reconnaisse que nous sommes « étrangers et voyageurs sur la Terre » (voir Hébreux 11 :13 et 1 Pierre 2 :11) et que « notre cité à nous est dans le Ciel » (Philippiens 3 :20) en voyant que Dieu est vivant et concret dans notre vie quotidienne.

 

Et ils le verront parce que nous pourrons vivre les promesses que Dieu a fait à tous ceux qui Lui appartiennent :

Psaume 32/6-7 : « Qu’ainsi tout homme pieux te prie au temps convenable ! Si de grandes eaux débordent, elles ne l’atteindront nullement. Tu es un asile pour moi, tu me garantis de la détresse, Tu m’entoures de chants de délivrance »

 

Esaïe 43 :1-5 : « Ne crains rien, car je te rachète, Je t’appelle par ton nom : tu es à moi ! Si tu traverses les eaux, je serai avec toi ; Et les fleuves, ils ne te submergeront point ; Si tu marches dans le feu, tu ne te brûleras pas, Et la flamme ne t’embrasera pas. Car je suis l’Éternel, ton Dieu… et que je t’aime… Ne crains rien, car je suis avec toi ».

 

Esaïe 46/3-4 : « Ecoutez-moi, maison de Jacob […] Jusqu’à votre vieillesse je serai le même, Jusqu’à votre vieillesse je vous soutiendrai ; Je l’ai fait, et je veux encore vous porter, Vous soutenir et vous sauver. »

 

 

CONCLUSION :

 

Entretenons notre relation avec Dieu avec persévérance : aimons Sa présence, lisons Sa Parole et remplissons notre cœur de Ses promesses, prions pour obtenir Son aide et être secourus dans nos besoins, pour connaître la direction que nous devons prendre, pour Le louer et L’adorer en nous souvenant de Sa grâce, de Sa bonté et de Ses réponses à nos prières.

 

Jésus disait : « Veillez donc et priez en tout temps » (Luc 21 :36). Approchons-nous donc chaque jour avec foi du trône de la grâce pour faire connaître à Dieu ce que notre cœur désire, en croyant qu’Il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent et qu’Il veut nous donner plus.

Alors non seulement « Celui qui peut faire infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons » « pourvoira à tous nos besoins selon sa richesse, avec gloire, en Jésus-Christ » (voir Ephésiens 3:20 et Philippiens 4:19), mais Il nous transformera aussi par cette relation pour nous préparer et nous protéger dans les tentations et les épreuves de la vie, et nous rendre ainsi plus que vainqueurs par Celui qui nous a aimé (Romains 8:37) et qui, parce qu’il nous aime, désire avoir ce temps d’intimité avec nous.

 

=> Que notre cœur soupire chaque jour comme le dit un vieux cantique :

Seul avec Dieu dans le lieu secret

            Là, dans Sa présence, je contemple Sa face,

            Il renouvelle mes forces pour courir dans la course,

            Il me tarde de me retrouver seul avec Dieu !