Paroles pour ceux qui sont éprouvés

 

La dernière semaine a été un peu difficile : difficultés au travail, dans ma famille et une vilaine grippe qui m’a abattu physiquement (et quand on est physiquement fatigué, le moral s’en ressent généralement aussi…).

Du coup, cela m’a amené à réfléchir aux temps que nous vivons aujourd’hui : le diable a toujours été en guerre contre le peuple de Dieu. Tout au long des siècles, les chrétiens ont été sévèrement éprouvés et le sang des martyrs a été versé. Mais dans les temps que nous vivons, il me semble que le diable redouble d’efforts, un peu comme pour un « baroud d’honneur » avant que le Seigneur ne revienne.

La méchanceté abonde aujourd’hui dans le monde entier : le déclin moral est tel qu’il est source de tristesse même aux yeux des non-convertis. Même en essayant de garder une conscience pure, notre esprit est saturé d’informations qui relatent les choses mauvaises qui se produisent tous les jours. Et c’est certainement encore plus difficile pour ceux qui travaillent dans le domaine social. Certaines choses sont si viles qu’elles en deviennent incompréhensibles…

Au sein de l’Église de Dieu, nos frères et sœurs partout dans le monde et nous-même nous traversons plus de maladies, d’afflictions et d’épreuves que jamais. Et cela sans que nous ayons vraiment de répit : lorsqu’un problème est résolu, une autre difficulté ou une maladie survient immédiatement.

=> Tout cela est fatiguant et fait que notre force et notre foi peuvent parfois vaciller, d’autant que le père des mensonges vient alors planter toutes sortes de petites pensées : “ Dieu t’a abandonné, regarde toutes tes difficultés, ta souffrance et tes besoins qui ne cessent d’augmenter. Si Dieu a promis de préparer une issue de secours pour toi, alors où est-elle ? (parce qu’avec l’épreuve, Il prépare en effet le moyen d’en sortir, afin que nous puissions la supporter : voir 1 Corinthiens 10:13). Tu doutes et tu n’es pas comme tu le devrais, alors Dieu est irrité contre toi…”

Mais que dit la Parole de Dieu lorsque nous sommes fatigués dans les temps difficiles que nous vivons ?

1) Elle nous dit de ne pas douter de l’amour et de la bonté de Dieu, notre Père, dont nous faisons la joie malgré nos imperfections !

 

Psaumes 34:18 : « L’Eternel est près de ceux qui ont le cœur brisé, Et il sauve ceux qui ont l’esprit dans l’abattement. »

Esaïe 66:2 : « Voici sur qui je porterai mes regards : Sur celui qui souffre et qui a l’esprit abattu, Sur celui qui craint ma parole. »

Job va même jusqu’à dire (Job 6:14) : « Celui qui souffre a droit à la compassion de son ami, Même quand il abandonnerait la crainte du Tout-Puissant. »

Lorsque nous sommes ébranlés parce qu’éprouvés et passés au crible, même si nous doutons, Dieu n’est pas irrité contre nous. Certes, nos doutes attristent le Seigneur, mais Il ne nous accuse pas (voir l’histoire d’Elie dans 1 Rois 19/4 à 18). Bien au contraire, Il prie pour nous !

Luc 22:31-32 : « Le Seigneur dit: Simon, Simon, Satan vous [NDLR : c’est à dire les disciples, ceux qui étaient proches de Jésus] a réclamés, pour vous cribler comme le froment. Mais j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point; et toi, quand tu seras revenu à moi, affermis tes frères. »

=> le Seigneur nous dit que dans nos temps d’épreuve, Il prie pour nous, afin que notre foi ne défaille pas. Il prie pour que nous soyons relevés, encouragés, fortifiés. Et, lorsque notre foi aura en effet été fortifiée, Il nous demande d’encourager et de fortifier à notre tour nos frères et sœurs qui endurent les mêmes épreuves que nous.

Sommes-nous faibles et défaillants ? Oui, peut-être, mais Christ est mort pour les pécheurs que nous sommes, Il nous fait grâce en Jésus-Christ et c’est Lui qui affermira nos pas ! « C’est par grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. » (Éphésiens 2:8-9)

1 Corinthiens 1/27 : « Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes »

Nous ne sommes pas suffisants pour ces choses ? Non, en effet, mais « Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu » (Luc 18:27). Et Dieu le Saint-Esprit est en nous ! C’est là ce qui fait toute la différence entre être chrétien et avoir une religion, quelle qu’elle soit !

C’est la seule chose qui comptait dans l’Église primitive : il ne s’agissait pas d’appartenir à un mouvement quelconque, mais d’avoir l’Esprit de Christ (Rom 8/9 : « Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. »). Soit nous sommes des temples, soit nous ne le sommes pas. Et si nous le sommes, alors Dieu nous tient dans Sa main et même les cheveux de notre tête sont tous comptés !

1 Corinthiens 3:16 : « Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? »

Ephésiens 2/19-22 : « Ainsi donc, vous n’êtes plus des étrangers, ni des gens du dehors ; mais vous êtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu.

Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire.

En lui tout l’édifice, bien coordonné, s’élève pour être un temple saint dans le Seigneur.

En lui vous êtes aussi édifiés pour être une habitation de Dieu en Esprit. »

Jean 14:23 : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera ; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui ».

Les responsables religieux juifs connaissaient la sainteté de Dieu, mais ils ne voyaient pas Sa tendresse. Ils étaient outrés quand Jésus appelait Dieu Son Père, ils voyaient cela comme un blasphème et ils voulaient Le faire mourir pour cela.

Ne soyons donc pas religieux, mais croyons au contraire que notre Père céleste se soucie de nous, et plus encore : Il fait Sa demeure en nous et se réjouit de notre communion avec Lui !

C’est toute la grâce et la beauté de notre Dieu : Il est saint, pur, parfait et Tout-Puissant ; nous sommes défaillants, faibles et imparfaits, mais si nous sommes en Jésus-Christ, Il vit en nous et prend soin de nous tous les jours ! Il nous donne la paix, Il nous laisse Sa paix (voir Jean 14/27). C’est un Dieu digne de notre confiance en tout temps et en toutes circonstances !

2) La Parole de Dieu nous dit de répandre nos cœurs dans Sa présence pour être renouvelés :

Psaumes 62:8 : « En tout temps, peuples, confiez-vous en lui, Répandez vos cœurs en sa présence ! Dieu est notre refuge »

Parce que pour connaître Dieu, il faut passer du temps avec Lui, avec un cœur bien disposé pour être en communion avec le Père. Alors notre communion engendrera naturellement la confiance.

Si quelqu’un nous aborde dans la rue et nous demande de lui prêter notre voiture avec nos clés et nos papiers. Il ne nous viendrait pas à l’idée de les lui donner, parce que nous ne le connaissons pas et nous ne savons pas si nous pouvons lui faire confiance. Mais si c’est quelqu’un que nous côtoyons tous les jours, que nous avons appris à connaître, dont nous avons pu apprécier la compagnie et expérimenter le sérieux, alors nous lui ferons confiance. Il en est de même pour le Seigneur : c’est dans la communion que naît la confiance.

=> C’est en répandant « en tout temps » nos soucis devant le Père que nous pourrons repartir avec Son repos et Son assurance. Si nous voulons faire confiance à Dieu en tout temps, y compris dans les temps les plus sombres, alors nous devons sans cesse répandre notre cœur devant Lui.

David avait appris à faire appel au Seigneur  à chaque moment de sa vie. Quand il était jeune berger contre le lion et l’ours, puis contre Goliath (voir 1 Samuel 17:34-36) et dans son quotidien pour diriger et défendre le peuple d’Israël.

Encore et encore, cet homme de Dieu a couru vers son lieu secret, répendant toutes ses craintes devant le Seigneur : « Dans ma détresse, j’ai invoqué l’Éternel, J’ai invoqué mon Dieu ; De son palais, il a entendu ma voix, Et mon cri est parvenu à ses oreilles […] Il étendit sa main d’en haut, il me saisit, Il me retira des grandes eaux ; Il me délivra de mon adversaire puissant, De mes ennemis qui étaient plus forts que moi. » (2 Samuel 22:7, et 17-18).

Et quand le Seigneur nous demande de venir dans Sa présence pour y déverser nos cœurs, Il ne s’agit pas d’un commandement à accomplir avec légalisme, mais de l’amour et de la bonté de Dieu qui connait chacun des jours qui nous est réservé (voir Psaumes 139:16 : « Quand je n’étais qu’une masse informe, tes yeux me voyaient; Et sur ton livre étaient tous inscrits les jours qui m’étaient destinés, avant qu’aucun d’eux existât ») et qui sait que nous avons besoin des ressources du Ciel qui se renouvellent quotidiennement, comme la manne qui tombait chaque matin et l’eau qui sortait chaque jour du rocher dans le désert.

Jérémie 31:25 : « Car je rafraîchirai l’âme altérée, Et je rassasierai toute âme languissante ».

=> « Quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. » (Matthieu 6:6).

3)  La Parole de Dieu nous dit qu’Il vient bientôt pour nous prendre avec Lui et essuyer toutes larmes de nos yeux :

 

Quand je préparais ce message, le Seigneur m’a parlé par ce verset :

Esaïe 35/3-4 :

« Fortifiez les mains défaillantes, affermissez les genoux chancelants.

A ceux qui sont troublés dites: prenez courage, n’ayez aucune crainte, votre Dieu va venir pour la rétribution et pour régler ses comptes. il viendra lui-même et vous sauvera ».

1 Thess 4/16-18 : « Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement.

Ensuite, nous les vivants, qui serons restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur.

Encouragez-vous donc mutuellement par ces paroles. »

Le Seigneur vient bientôt nous chercher, et Il viendra un jour ordinaire, un jour comme tous les autres, à un moment où nous n’y penserons pas (voir Matthieu 24/28-39 : manger, boire, se marier et marier ses enfants : Jésus décrit ici une vie normale)

Et s’Il n’est pas encore venu, « ce n’est pas que le Seigneur tarde dans l’accomplissement de la promesse, comme quelques-uns le croient ; mais il use de patience […], ne voulant pas qu’aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance » (2 Pierre 3:9)

=> Appliquons-nous donc « à être trouvés par lui sans tache et irrépréhensibles dans la paix », veillant sur notre conduite et notre piété pour être prêt à aller à Sa rencontre (voir 2 Pierre 3:11-14).

Apocalypse 22:12 et 17 : « Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu’est son œuvre […] Que celui qui a soif vienne ; que celui qui veut, prenne de l’eau de la vie, gratuitement ».