Luc 8/1 -2 : “ ensuite, Jésus allait de ville en ville et de village en village ; il prêchait et annonçait la bonne nouvelle du royaume de Dieu. 2 Les douze étaient avec lui, et quelques femmes qui avaient été guéries d’esprits mauvais et de maladies : Marie, appelée Madeleine, de qui étaient sortis sept démons …”

Matthieu 28/1-15 “ Après le sabbat, à l’aube du premier jour de la semaine, Marie-Madeleine et l’autre Marie allèrent voir le sépulcre. 2 Et voici qu’il y eut un grand tremblement de terre ; car un ange du Seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre et s’assit dessus. 3 Son aspect était comme l’éclair et son vêtement blanc comme la neige. 4 Les gardes tremblèrent de peur, et devinrent comme morts. 5 Mais l’ange prit la parole et dit aux femmes : Pour vous, n’ayez pas peur, car je sais que vous cherchez Jésus, le crucifié. 6 Il n’est pas ici ; en effet il est ressuscité, comme il l’avait dit. Venez, voyez l’endroit où il était couché, 7 et allez promptement dire à ses disciples qu’il est ressuscité des morts. Il vous précède en Galilée ; c’est là que vous le verrez. Voici : je vous l’ai dit. 8 Elles s’éloignèrent promptement du tombeau, avec crainte et avec une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle aux disciples. 9 Et voici que Jésus vint à leur rencontre et dit : Je vous salue. Elles s’approchèrent pour saisir ses pieds et elles l’adorèrent. 10 Alors Jésus leur dit : Soyez sans crainte ; allez dire à mes frères de se rendre en Galilée : C’est là qu’ils me verront. 11 Pendant qu’elles étaient en chemin, quelques hommes de la garde entrèrent dans la ville et annoncèrent aux principaux sacrificateurs tout ce qui était arrivé. 12 Ceux-ci, après s’être assemblés avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une assez forte somme d’argent, 13 en ajoutant : Dites : Ses disciples sont venus de nuit le dérober, pendant que nous dormions. 14 Et si le gouverneur l’apprend, nous userons de persuasion et nous vous tirerons d’ennui. 15 Les soldats prirent l’argent et ils exécutèrent les instructions qui leur avaient été données. Et ce bruit s’est colporté parmi les Juifs, jusqu’à ce jour.

Marie de Magdala est l’équivalent féminin de Pierre dans le cercle qui suivait Jésus. Tous deux étaient caractérisés par leur zèle et leur ferveur, ferveur qui était parfois excessive et devait être réprimandée.

Magdala, la ville natale de Marie, se trouvait à trois milles de Capernaüm. Il n’est donc pas étranger qu’elle ait vite entendu parler de Jésus et se soit mise en contact direct avec Lui. Marie était un personnage connu à Magdala.

Elle était relativement riche et était sujette à l’influence des démons. Certains disent qu’elle était adultère, mais il n’est pas juste de le dire sans aucune donnée à ce sujet. Elle n’avait rien à voir avec la femme pécheresse qui lava les pieds de Jésus. Nous pouvons supposer, à cause de sa possession par des démons, qu’elle était de nature passionnée et impétueuse. Mais Marie s’était libérée de ces influences. Jésus a expulsé sept démons et à partir de ce moment-là, Maie de Magdala a consacré sa ferveur passionnée à servir Jésus.

Elle est demeurée avec les femmes qui suivaient Jésus et ses disciples et qui les servaient selon leurs besoins et qui prenaient soin d’eux. Ils avaient besoin d’argent, de nourriture et de vêtement. L’argent était pourvu par ces femmes, selon Luc 8/3.

Or, ce service matériel n’était pas la seule preuve de loyauté de Marie-Madeleine envers son Sauveur. Quand Jésus est parti à Jérusalem pour souffrir et être crucifié, Marie de Magdala l’accompagnait. A la croix, tous les disciples sauf Jean, avaient fui dans la période de difficultés. Or, Marie de Magdala est restée et a été témoin de la mort de Jésus (Marc 15/40-41 “ Il y avait aussi des femmes qui regardaient de loin. Parmi elles étaient Marie-Madeleine, Marie mère de Jacques le Mineur et de Joses, et Salomé, 41 qui le suivaient et le servaient lorsqu’il était en Galilée, et plusieurs autres qui étaient montées avec lui à Jérusalem “.

Et après les évènements de Golgotha, elle a participé aux préparatifs de son ensevelissement ; Elle était aussi l’une des femmes qui s’est dirigée vers le sépulcre pour répandre des aromates sur le tombeau. Et quand elles eurent trouvé que le corps n’était plus là, ce fut Marie qui s’en fut à Jérusalem et trouva Pierre pour lui communiquer la nouvelle qu’on avait dérobé son corps.

Or, cela ne fut pas suffisant. Elle repartit immédiatement au tombeau, probablement avant que les apôtres n’y parviennent. Nous savons qu’elle a fait une rencontre avec Jésus et qu’elle ne l’a pas reconnu mais elle fut sans doute la première femme à le voir. Il fut nécessaire que Jésus l’appelle par son nom avant que ses yeux ne s’ouvrent.

Alors elle le reconnut et tomba à genoux. Ensuite, elle montre son zèle et tente de s’approcher de Jésus mais le Seigneur lui pardonne de ne pas le toucher. Dans sa ferveur, consumée pour lui, comme dans toute sa vie, Jésus a dû freiner Marie. Quelle différence, par exemple, avec Marie de Nazareth ou Salomé ou encore Marthe, la sœur de Lazare.

Or, cette ferveur, cette impétuosité, bien canalisée, peut porter beaucoup de fruit. L’Eglise ne doit pas mépriser les Marie de Magdala !