L’ESPRIT DE DIEU : SA PERSONNE ET SES OEUVRES

Une introduction à la pneumatologie

 

Non, je ne suis pas devenu pneumologue, je ne compte pas étudier vos poumons mais la pneumatologie, dans le vocabulaire théologique, fait référence à l’étude du Saint-Esprit, de Sa Personne et de Ses œuvres.

Le vent (pneuma) souffle où il veut, et tu en entends le bruit ; mais tu ne sais d’où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l’Esprit.” (Jean 3/8)

Le terme pneumatologie vient du même mot traduit par “vent”. Cela ne doit pas nous être étranger puisqu’aujourd’hui, on utilise des marteau-piqueurs pneumatiques (qui fonctionnent avec l’air (pneuma) ou bien des pneumatiques d’une voiture (tubes en caoutchouc sur les jantes qui se gonflent et contiennent de l’air) et de la pneumonie (maladie qui affecte les poumons et la respiration).

Ainsi, ne soyons pas intimidés par le terme théologique qui désigne l’étude de la Personne du Saint-Esprit et de Ses œuvres.

Nous avons vu en étudiant la Trinité qu’il existe un seul Dieu en Trois Personnes bien distinctes : Père, Fils et Saint-Esprit.

Nous voulons donc répondre à 2 questions générales : Qui est le Saint-Esprit (Sa Personne) ? Que fait le Saint-Esprit (Ses œuvres) ?

I – La Personne du Saint-Esprit – qui est le Saint-Esprit ?

En premier lieu, le Saint-Esprit est une Personne. Beaucoup aujourd’hui veulent dire que le Saint-Esprit est simplement une influence dans le monde, c’est-à-dire la puissance de Dieu exerçant une influence sur les gens.

Souvent, ceux qui affirment une telle chose sont les mêmes qui combattent la doctrine de la Trinité. Or, la Bible se réfère de façon particulière au Saint-Esprit, elle fait allusion à Lui en tant que Personne. Il a une personnalité.

L’Esprit est le Consolateur (il nous console) et Christ parle de Lui comme une Personne. ” Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de moi ” (Jean 15/26)

Il rendra témoignage car seule une Personne peut communiquer. Si l’Esprit-Saint n’était qu’une influence ou une puissance, sans doute pourrait-il consoler (faire en sorte qu’ion se sente bien) mais jamais il ne pourrait communiquer avec nous ;

A nouveau, nous voyons que Jésus fait allusion à l’Esprit comme une Personne en disant qu’il a pour rôle de convaincre les pécheurs de leur condition devant Dieu. ” Cependant je vous dis la vérité: il vous est avantageux que je m’en aille, car si je ne m’en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous ; mais, si je m’en vais, je vous l’enverrai. Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement: en ce qui concerne le péché, parce qu’ils ne croient pas en moi ; la justice, parce que je vais au Père, et que vous ne me verrez plus ; le jugement, parce que le prince de ce monde est jugé.” (Jean 16/7-11)

Une Personne peut convaincre, pas une influence impersonnelle. Pour convaincre quelqu’un, il faut savoir qui il est (pour choisir les arguments qui vont le convaincre) et ensuite opérer dans sa vie en prenant des décisions sur la base de cette connaissance.

Seule une Personne peut faire cela (quelqu’un ayant une personnalité – intellect, connaissance, volonté et capacité de raisonner et évaluer).

L’Esprit-Saint nous conduit, nous parle et nous enseigne. Ce sont les caractéristiques d’une Personne. Tout ce que le Christ dit dans ce texte  forme un ensemble de caractéristiques d’une personnalité. ” Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité ; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. Il me glorifiera, parce qu’il prendra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera. Tout ce que le Père a est à moi ; c’est pourquoi j’ai dit qu’il prend de ce qui est à moi, et qu’il vous l’annoncera.” (Jean 16/13-15)

Le Saint-Esprit est une Personne égale au Père et au Fils. Il n’est pas une simple influence – il est une Personne car il a une personnalité.

En second lieu, l’Esprit-Saint est Dieu. Il y a deux éléments à bien comprendre.

L’Esprit-Saint est Dieu. Dieu est l’Esprit-Saint. Tout ce que Dieu est, l’Esprit l’est. Il n’est pas moins divin que le Père ni que le Fils. Il y a un seul Dieu et l’Esprit-Saint est Dieu.

Actes 5/3-4 dit que mentir au Saint-Esprit (v 3), c’est mentir à Dieu lui-même (v 4), l’Esprit de Dieu.

Pierre lui dit : Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton cœur, au point que tu mentes au Saint-Esprit, et que tu aies retenu une partie du prix du champ ? S’il n’eût pas été vendu, ne te restait-il pas ? Et, après qu’il a été vendu, le prix n’était-il pas à ta disposition ? Comment as-tu pu mettre en ton cœur un pareil dessein ? Ce n’est pas à des hommes que tu as menti, mais à Dieu.” (Actes 5/3-4)

Le deuxième élément que nous avons besoin de comprendre concernant la divinité du Saint-Esprit est qu’Il est immuable. C’est très important afin d’éviter certaines hérésies qui ont existé dès les premiers siècles. Certains disent que l’Esprit procède du Père dans le sens que le Père l’a sorti de Lui-même dans l’éternité passée (ce qui implique qu’il y a eu un temps dans l’éternité passée où le Saint-Esprit n’existait pas et qu’ensuite il a “procédé” du père. ” Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de moi ” (Jean 15/26)

S’il en était ainsi, l’Esprit ne serait pas Dieu car Dieu est immuable (car il est éternel et infini) – c’est-à-dire que Dieu ne change jamais de toute éternité (il est le même toujours).

En Jean 15/26, la Parole dit que l’Esprit procède, pas qu’il a procédé. Il procède du Père dans le sens qu’il a (est) envoyé par le Père. Cela signifie que l’Esprit, dans son rôle et sa fonction, fait la volonté du Père.

Cette distinction (de rôle et de fonction) est quelque chose qu’il nous faut comprendre au sujet de la Trinité.

Nous parlons toujours des 3 Personnes dans cet ordre : Père, Fils et Saint-Esprit (et c’est ce qui apparaît dans l’Ecriture). Il nous faut comprendre que l’ordre est une indication de rôle et de fonction au sein de la Trinité et non des “degrés de divinité”. Les trois sont Dieu mais chacun a un rôle différent dans l’œuvre de Dieu et donc ils mettent en œuvre différentes fonctions dans celle-ci.

Christ se soumet à la volonté du Père et fait toujours ce qui est agréable au Père. Ainsi, son rôle et sa fonction sont comme celles d’un Fils (d’où son titre de Fils de Dieu). Ce n’est pas que le Père ait engendré le Fils au cours de l’éternité passée (comme le credo de Nicée semble le dire). Le Fils de Dieu est et a toujours été Dieu, mais en rôle et fonction, il se soumet au Père. A cause de cela, il porte le titre de Fils de Dieu (et c’est un titre, pas une description de Son origine car il n’en a pas, il est Dieu). En rôle et fonction, il agit en tant que Fils.

Le Saint-Esprit procède du Père et aussi du Fils, nous voyons donc Son rôle en tant qu’Esprit de Dieu, du Père ou de Christ – il vient de leur part car il a été envoyé par Eux pour faire leur volonté (celle du Père et du Fils).

Le Saint-Esprit est pleinement Dieu, mais en rôle et fonction, il met en œuvre ce que le Père et le Fils veulent. Que fait-il donc, par le Père et le Fils ? C’est ce que nous allons considérer.

II – Les œuvres de l’Esprit – Que fait le Saint-Esprit ?

  1. Les œuvres du Saint-Esprit chez les inconvertis

Alors l’Eternel dit : Mon esprit ne restera pas à toujours dans l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans.” (Gen 6/3)

Dès l’époque des premiers pécheurs sur la terre, l’Esprit de Dieu a discuté, débattu avec eux. Si tel n’avait pas été le cas, ce monde serait mille fois pire que ce qu’il est actuellement.

L’Esprit de Dieu freine  la méchanceté de l’homme en le convainquant de certaines choses…

Après la croix, l’œuvre de l’Esprit parmi les inconvertis est encore plus nette et définie ; sa discussion avec le pécheur est désormais de le convaincre particulièrement. “ Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement: en ce qui concerne le péché, parce qu’ils ne croient pas en moi ; la justice, parce que je vais au Père, et que vous ne me verrez plus ; le jugement, parce que le prince de ce monde est jugé.” (Jean 16/8-11)

Il convainc le pécheur de son péché (une œuvre qui débute dans la conscience, mais qui prend vraiment toute sa forcé quand le pécheur entend la prédication de la Loi et de l’évangile). Il le convainc de la justice de Dieu (le pécheur sait qu’il est coupable à cause du témoignage de l’Esprit dans sa conscience concernant le péché et il sait aussi que Dieu, son Créateur, est saint – Sa justice est parfaite). Il le convainc du jugement à venir : chaque pécheur sait qu’il doit rendre des comptes à Dieu, le Juste Juge, à la fin de sa vie. A cause de cela, l’homme craint la mort (car il sait).

D’où vient toute cette connaissance innée ? Elle vient de l’Esprit de Dieu.

Hélas, la majorité des pécheurs résiste à cette œuvre de l’Esprit. ” Hommes au cou raide, incirconcis de cœur et d’oreilles ! Vous vous opposez toujours au Saint-Esprit. Ce que vos pères ont été, vous l’êtes aussi.  Lequel des prophètes vos pères n’ont-ils pas persécuté ? Ils ont tué ceux qui annonçaient d’avance la venue du Juste, que vous avez livré maintenant, et dont vous avez été les meurtriers, vous qui avez reçu la loi d’après des commandements d’anges, et qui ne l’avez point gardée ! …” (Actes 7/51-53)

Mais pour ceux qui réagissent dans la repentance et la foi, l’œuvre du Saint-Esprit dans leur vie change…

  1. L’œuvre du Saint-Esprit chez les chrétiens

L’œuvre de l’esprit-Saint dans la vie d’un chrétien consiste à le transformer.  ” Or, le Seigneur c’est l’Esprit ; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté. Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit.” (2 Cor 3/17-18)

Cette transformation est l’accomplissement de la volonté de Dieu chez le chrétien car c’est l’œuvre de Dieu perfectionnant le croyant, le conformant à l’image du Fils de Dieu. ” Je suis persuadé que celui qui a commencé en vous cette bonne œuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ.” (Phil 1/6)

Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein.” (Rom 8/28)

mais à présent que vous avez connu Dieu, ou plutôt que vous avez été connus de Dieu, comment retournez-vous à ces faibles et pauvres rudiments, auxquels de nouveau vous voulez vous asservir encore ?” (Gal 4/9)

Aussi, l’une des preuves les plus convaincantes que quelqu’un est sauvé (né de nouveau par l’Esprit-Saint de Dieu) est qu’il croît dans la sainteté – il manifeste plus et plus du fruit de l’Esprit dans sa vie quotidienne (et moins d’œuvres de la chair). ” Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance ; la loi n’est pas contre ces choses.” (Gal 5/22-23)

Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes,  l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu.” (Gal 5/19-21)

Avant toutes choses, le Saint-Esprit scelle le chrétien. ” Vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Evangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis,  lequel est un gage de notre héritage, pour la rédemption de ceux que Dieu s’est acquis, à la louange de sa gloire.” (Eph 1/13-14)

N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption.” (Eph 4/30)

Comme “sceau”, le Saint-Esprit est comme notre garantie du salut que nous avons car Il nous sauve (nous régénère, nous donne la vie spirituelle) et ensuite nous maintient dans ce salut par sa présence permanente dans notre esprit. ” il nous a sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit” (Tite 3/5)

La présence de l’Esprit dans le chrétien est permanente – il ne doit pas se perdre (ce que Dieu a commencé en chacun de nous, il l’achèvera en chacun de nous).

Aussi, au cours de ce processus consistant à nous rendre semblables à l’image de Christ, nous risquons de chuter mais ce n’est pas pour autant que nous nous perdons. La confession et la repentance nous restaurent alors dans la relation avec notre Dieu par le Saint-Esprit.

L’Esprit nous scelle, il nous garantit le salut. Que fait-il d’autre dans nos vies ? Il nous transforme (il nous rend davantage comme Christ) au moyen de l’enseignement (ou apprentissage) et de l’application de l’Ecriture.

Dieu a envoyé Son Esprit pour demeurer en nous et nous enseigner tout ce qu’Il veut que nous sachions. « Mais le consolateur, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.” (Jean 14/26)

Il nous enseigne au sujet de Christ Jésus et notez qu’il se nomme ici l’Esprit de vérité – ce qu’il nous enseigne est la vérité).

Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de moi” (Jean 15/26)

L’Esprit de vérité nous enseigne la vérité (en plus de nous enseigner sur Jésus-Christ, qui se nomme la vérité en Jean 14/6, il nous enseigne la vérité qui est la Parole de Dieu).

Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité ; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir.  Il me glorifiera, parce qu’il prendra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera. Tout ce que le Père a est à moi ; c’est pourquoi j’ai dit qu’il prend de ce qui est à moi, et qu’il vous l’annoncera.” (Jean 16/13-15)

Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité.” (Jean 17/17)

L’Esprit nous enseigne les paroles de Dieu, il nous enseigne l’Ecriture.

Or nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce. Et nous en parlons, non avec des discours qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne l’Esprit, employant un langage spirituel pour les choses spirituelles. (1 Cor 2/12-13)

C’est pour cela que si vous voulez voir la manifestation de l’Esprit-Saint dans votre vie, nous ne devez pas chercher une expérience mystique et émotionnelle. Vous devez rechercher l’habitude de lire la Pactole de Dieu et de prier que Dieu, par Son esprit, vous donne la connaissance, la compréhension et la sagesse qu’Il veut que vous déteniez pour parvenir à être et à agir comme Christ, l’homme parfait.

L’instrument que l’Esprit de Dieu utilise pour nous rendre semblables à l’image de Christ est l’Ecriture (la Bible, apprise et appliquée). ” Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’œuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ, jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ” (Eph 4/11-13)

Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice,  afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre.” (2 Tim 3/16-17)

Par conséquent, là où le Saint-Esprit est présent, il y a certaines manifestations uniques (ce sont des preuves du salut car ce sont des preuves de la présence du Saint-Esprit).

La Parole de Dieu est mise en avant (car l’Esprit est venu pour nous l’enseigner). Les enfants de Dieu croissent dans la sainteté (en application de l’enseignement de la Parole de Dieu qu’ils ont reçue de l’Esprit-Saint). Ils combattent pour se séparer de tout ce qui est iniquité ou qui semble l’être. ” Néanmoins, le solide fondement de Dieu reste debout, avec ces paroles qui lui servent de sceau : Le Seigneur connaît ceux qui lui appartiennent ; et : Quiconque prononce le nom du Seigneur, qu’il s’éloigne de l’iniquité.” (2 Tim 2/19)

Ils luttent pour penser et agir comme le Seigneur Jésus-Christ (pour faire ce qui est correct et vivre des vies saintes et pieuses qui reflètent le Sauveur). ” Mais croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. A lui soit la gloire, maintenant et pour l’éternité ! Amen !” (2 Pi 3/18)

à cause de cela même, faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la science, à la science la tempérance, à la tempérance la patience, à la patience la piété, à la piété l’amour fraternel, à l’amour fraternel la charité. Car si ces choses sont en vous, et y sont avec abondance, elles ne vous laisseront point oisifs ni stériles pour la connaissance de notre Seigneur Jésus-Christ.” (2 Pi 1/5-8)

à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, à être renouvelés dans l’esprit de votre intelligence, et à revêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité.” (Eph 4/22-24)

Nous tombons parfois en chemin, mais le témoignage de nos vies n’est pas la perfection mais la direction prise – allons sur le bon chemin, vers l’objectif d’être rendus semblables à l’image de Jésus-Christ ? Notre Seigneur et Sauveur. Ce n’est pas que j’aie déjà remporté le prix, ou que j’aie déjà atteint la perfection ; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j’ai été saisi par Jésus-Christ.  Frères, je ne pense pas l’avoir saisi ; mais je fais une chose : oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant,  je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ.” (Phil 3/12-14)

CONCLUSION :

Actes 9/5-6 ” Il répondit : Qui es-tu, Seigneur ? Et le Seigneur dit : Je suis Jésus que tu persécutes. Il te serait dur de regimber contre les aiguillons.  Tremblant et saisi d’effroi, il dit : Seigneur, que veux-tu que je fasse ? Et le Seigneur lui dit : Lève-toi, entre dans la ville, et on te dira ce que tu dois faire.” (Actes 9/5-6)

Il te serait dur de regimber contre les aiguillons, c’est-à-dire qu’il est difficile et inconfortable, gênant de résister à l’œuvre du Saint-Esprit dans notre vie. Il est une Personne et il œuvre activement dans nos vies. Pourquoi donc lui résister ? N’est-ce pas plus simple de reconnaître les faits (dont Dieu veut vous convaincre) et de faire ce que Paul a fait (se soumettre à la volonté de Dieu) ?

Pour l’inconverti, il est dur de vivre dans la crainte et l’inquiétude, sachant que nous aurons des comptes à rendre à Dieu pour toutes choses. L’Esprit discute avec vous et cherche à vous convaincre.

Pour le chrétien, il est difficile de vivre sous la pression et la préoccupation de savoir si on vit une vie conforme à la volonté de Dieu.

Quelle que soit notre condition actuelle, nous avons besoin de vivre la question de Paul (et l’attitude de cœur) en Actes 9/6 quand il a dit à Jésus : “Seigneur, que veux-tu que je fasse ?”.

A la fin de cette étude, nous savons tous ce que Dieu veut que nous fassions tant les chrétiens que les inconvertis). Alors, faisons la volonté du Seigneur !