Introduction :

Les chrétiens de Corinthe étaient confus parce que certains affirmaient que les morts ne ressuscitaient pas. Par l’inspiration du Saint-Esprit, Paul a présenté un argument puissant en faveur de la résurrection des morts. Il a fait la démonstration du fait que ce serait terrible si les enseignements contre la résurrection étaient infondés. Paul leur avait déjà prêché la vérité de la résurrection, mais ils avaient à nouveau besoin de l’entendre afin d’être fortifié dans leur foi. Paul conclut le chapitre avec ce qui semble être un hymne de la résurrection. 1 Corinthiens 15 est un essai théologique excellent, encore que tous peuvent comprendre sa vérité exprimée par des mots simples.

I. Témoins de la résurrection de Christ (1 Corinthiens 15:1-11)

«  Je vous rappelle, frères, l’Évangile que je vous ai annoncé, que vous avez reçu, dans lequel vous avez persévéré, et par lequel vous êtes sauvés, si vous le retenez tel que je vous l’ai annoncé ; autrement, vous auriez cru en vain. Je vous ai enseigné avant tout, comme je l’avais aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures ; qu’il a été enseveli, et qu’il est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures ; et qu’il est apparu à Céphas, puis aux douze. Ensuite, il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois, dont la plupart sont encore vivants, et dont quelques-uns sont morts. Ensuite, il est apparu à Jacques, puis à tous les apôtres. Après eux tous, il m’est aussi apparu à moi, comme à l’avorton ; car je suis le moindre des apôtres, je ne suis pas digne d’être appelé apôtre, parce que j’ai persécuté l’Église de Dieu. Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n’a pas été vaine ; loin de là, j’ai travaillé plus qu’eux tous, non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est avec moi. Ainsi donc, que ce soit moi, que ce soient eux, voilà ce que nous prêchons, et c’est ce que vous avez cru.  »

A. Témoin des Ecritures

Quelle première ébauche du message de l’Evangile Paul a-t-il donné aux Corinthiens ?

La bonne nouvelle de Jésus-Christ n’est pas compliquée. Paul a réduit l’histoire aux termes les plus simples : Christ est mort pour nos péchés, il a été enseveli et il est ressuscité. C’est là l’essence même de l’évangile ou bonne nouvelle. Dans les versets 1-4, Paul leur rappelle ce message de base puissant et son influence sur leur salut.

Il leur avait prêché l’évangile, ils l’avaient cru et s’était attachés à ces vérités fondamentales. Paul avait défendu l’évangile contre ceux qui enseignaient une petite partie de la vérité. Il a démontré le contraire :
Si on rejetait la vérité de la résurrection, alors le reste de l’évangile devait aussi être annulé.

Comme un bon avocat devant le tribunal, Paul a fait appeler ses témoins. Avant toute autre chose, il cite le témoignage des Ecritures. Tant la mort que la résurrection de Christ étaient « conformes aux Ecritures ». Cela fait référence, évidemment, aux seules Ecritures existantes avant la venue de Jésus, l’Ancien Testament. La Parole de Dieu, l’Ancien et le Nouveau Testament est une présentation progressive de la personne de Jésus-Christ.

B. Témoins oculaires

Paul rappelle ensuite à ses lecteurs les nombreux témoins de la résurrection. Dans toute affaire judiciaire, le témoignage des témoins oculaires et très important. Paul n’a pas donné la liste entière, car les Evangiles en mentionnent d’autres, mais un groupe représentatif.
La rencontre de Jésus avec Pierre après la résurrection n’est pas décrite mais nous savons qu’elle a eu lieu (Luc 24/34). La première rencontre de Jésus avec « les douze » est contée en Luc 24/36-43 et Jean 20/19-23 ;

Pourquoi l’apparition de Christ à plus de 500 personnes est-elle une preuve importante pour la résurrection ?

Le fait que Jésus soit apparu à plus de 500 personnes à la fois est important car personne, dans son jugement juste, ne peut dire qu’un groupe aussi important a pu être victime d’hallucinations en même temps. Les Evangiles ne décrivent pas cette rencontre mais cependant, il semble raisonnable de croire que Matthieu 28/10,16-20 en parle. Etant donné que Matthieu 28/10 parle de « mes frères », certains commentateurs croient qu’il est ici fait allusion à d’autres apôtres. Bien que parmi les 500, certains soient morts lorsque Paul écrivait, beaucoup étaient encore en vie.

Les Evangiles ne parlent pas de la rencontre de Jésus avec Jacques. Les Ecritures ne spécifient pas de quel Jacques il s’agissait mais certains commentateurs croient que c’était Jacques, le frère de Jésus, car les frères de Jésus ne croyaient pas en Lui avant la résurrection (Jean 7/5) ; Jacques est devenu l’un des responsables de l’église de Jérusalem (Actes 15/13). Jésus s’est réuni à nouveau avec tous les apôtres lors de leur dernière rencontre avant de retourner au Ciel (Actes 1/1-4).

Paul a même vu le Christ ressuscité lorsqu’il allait à Damas avec colère (Actes 9/1-5). Paul n’était pas l’un des apôtres à l’origine et il n’avait eu aucune association avec Jésus durant son ministère terrestre, mais sa conversion fut un grand témoignage de la puissance du Sauveur. Bien qu’il ait été l’un des persécuteurs les plus zélés de l’Eglise, il devint un apôtre dont les efforts produisirent beaucoup de fruit.

Il attribuait toujours son salut et son ministère à la grâce de Dieu.

La foi du chrétien dans la résurrection de Christ repose sur une évidence solide. Pour être le fondement du christianisme, cette vérité a été attaquée. Toutefois, aucun ennemi ne peut détruire l’évidence selon laquelle Jésus est vivant. L’un des témoignages les plus puissants est celui que le Seigneur ressuscité a réalisé en rachetant et en transformant des vies humaines. Tout chrétien est une part de cette évidence.

II. La résurrection est certaine (1 Corinthiens 15/12-23)

«  Or, si l’on prêche que Christ est ressuscité des morts, comment quelques-uns parmi vous disent-ils qu’il n’y a point de résurrection des morts ? S’il n’y a point de résurrection des morts, Christ non plus n’est pas ressuscité. Et si Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine, et votre foi aussi est vaine. Il se trouve même que nous sommes de faux témoins à l’égard de Dieu, puisque nous avons témoigné contre Dieu qu’il a ressuscité Christ, tandis qu’il ne l’aurait pas ressuscité, si les morts ne ressuscitent point. Car si les morts ne ressuscitent point, Christ non plus n’est pas ressuscité. Et si Christ n’est pas ressuscité, votre foi est vaine, vous êtes encore dans vos péchés, et par conséquent aussi ceux qui sont morts en Christ sont perdus. Si c’est dans cette vie seulement que nous espérons en Christ, nous sommes les plus malheureux de tous les hommes. Mais maintenant, Christ est ressuscité des morts, il est les prémices de ceux qui sont morts. Car, puisque la mort est venue par un homme, c’est aussi par un homme qu’est venue la Résurrection des morts. Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ, mais chacun en son rang. Christ comme prémices, puis ceux qui appartiennent à Christ, lors de son avènement.  »

A. Si Christ n’était pas ressuscité

Comment ressurgit l’importance de la résurrection lorsqu’on imagine notre situation si Christ n’était pas ressuscité ?
Paul signale immédiatement l’erreur de ceux qui rejettent la résurrection des morts tandis qu’ils affirment qu’ils croient que le Christ est ressuscité. Si les morts ne ressuscitent pas, alors Christ non plus n’est pas ressuscité. Si cela est vrai, alors la structure complète du christianisme s’effondre.

La rédemption par le moyen de la mort expiatoire de Jésus se fonde sur le fait que Jésus est ressuscité. Cela démontre qu’il est le Fils de Dieu et que le Père a accepté son sacrifice.

L’apôtre cite plusieurs faits qui ont du mal à s’expliquer si Jésus n’était pas ressuscité d’entre les morts. S’il n’y avait pas de résurrection, toute prédication de l’Evangile serait inutile. Il voulait aussi dire que la foi des Corinthiens qui avaient accepté la prédication était basée sur une tromperie. Paul se comparait à un témoin qui ment devant le tribunal. Si Jésus n’est pas ressuscité, Paul était un faux témoin.

De nouveau, Paul revient à son argument que si aucun mort ne ressuscite, Jésus n’est alors pas ressuscité. Les deux vérités ne peuvent être séparées. Les chrétiens reçoivent la vie éternelle car Jésus vit ; s’Il n’est pas vivant, eux non plus ne vivront pas. Paul dit aux Corinthiens que si Jésus était demeuré dans le sépulcre, alors ils seraient encore pécheurs devant Dieu et leurs êtres chers qui étaient morts en croyant en Christ seraient perdus pour toujours.

B. Christ est ressuscité

Paul laisse de côté ces pensées tristes comme s’il disait : « nous ne devons pas penser à comment seraient les choses si Christ n’était pas ressuscité, car il est ressuscité ». Quand il appelle Christ « les prémices de ceux qui se sont endormis », il fait référence à la fête des Prémices, que l’on peut considérer comme une représentation de la résurrection de Christ (Lévitique 23/9-14).

A cette occasion, sous l’ancienne alliance, le sacrificateur apportait une gerbe de foin pour la présenter devant le Seigneur en remerciement pour la récolte. La gerbe constituait les prémices car elle représentait tout le champ où l’orge avait été semé et qui allait être coupé. L’offrande de cette gerbe dans le tabernacle servait de témoignage comme quoi il y aurait une récolte. Jésus, les prémices, est ressuscité des morts pour garantir que tous ressusciteraient.

Pourquoi a-t-il été nécessaire que Jésus devienne homme ?
Etant donné que l’homme, par sa désobéissance a amené la mort à la race humaine, le Fils de Dieu s’est fait homme afin de délivrer l’humanité de la mort causée par le péché. Chaque personne née dans ce monde est « en Adam », c’est-à-dire une des descendantes d’Adam. Aussi, la mort physique attend tout le monde. Quand une personne reçoit Jésus comme son Sauveur, elle est « en Christ ». Cela garantit que tandis que la personne continue à marcher avec Jésus, elle partagera sa victoire sur la mort. Bien que les chrétiens expérimentent la mort physique, ils vivront pour toujours car Jésus vit.

Le verset 23 signale que Christ a été le premier à ressusciter éternellement de la mort. Les autres cas de résurrection dans la Bible ne veulent pas dire que ceux qui ont ressuscité vivraient pour toujours. Les prémices doivent précéder le reste de la récolte. Christ est ressuscité et est retourné au Ciel. S’agissant de sa seconde venue, la résurrection de Christ est la promesse de Dieu comme quoi le chrétien aussi ressuscitera.

III. La destruction de tous les ennemis (1 Corinthiens 15/24-28)

«  Ensuite viendra la fin, quand il remettra le royaume à celui qui est Dieu et Père, après avoir détruit toute domination, toute autorité et toute puissance. Car il faut qu’il règne jusqu’à ce qu’il ait mis tous les ennemis sous ses pieds. Le dernier ennemi qui sera détruit, c’est la mort. Dieu, en effet, a tout mis sous ses pieds. Mais lorsqu’il dit que tout lui a été soumis, il est évident que celui qui lui a soumis toutes choses est excepté. Et lorsque toutes choses lui auront été soumises, alors le Fils lui-même sera soumis à celui qui lui a soumis toutes choses, afin que Dieu soit tout en tous.  »

A. Le Christ victorieux

Quel sera le rôle de Christ quand il se révèlera au monde ?

Quand Jésus se révèlera dans l’avenir au monde pécheur, ce sera le commencement de la « fin » (verset 24). Cela marquera l’heure où il sera fait juge et jugera ses ennemis. L’autorité et la puissance » que Jésus supprimera inclut les leaders humains qui s’opposent à lui (Apocalypse 19/11,17-21) et les forces démoniaques (Matthieu 25/41). L’opposition de Satan et de ses démons cessera pour mille ans. Elle continuera après le millénium, lorsque Satan sera détaché et s’adjoindra ses forces dans une ultime tentative de vaincre Dieu (Apocalypse 20/7-10).

La déclaration “il faut qu’il règne” (verset 25) fait référence au présent comme au futur. Le jour vient où le royaume de Jésus sera connu dans tout l’univers. Cependant, Jésus règne même maintenant, car toute autorité lui a été donnée (Matthieu 28/18). Satan semble être aux manettes par le péché partout, mais Jésus est celui qui règne. Son plan est en pleine action et sera révélé au monde au moment approprié. La résistance à son règne est féroce et déterminée, mais ce fait existe : Dieu a couronné son Fils comme Roi et personne ne peut l’enlever de son trône.

L’expression “sous ses pieds” vient de l’Ancien Testament. Elle représente la victoire totale du vainqueur et la complète humiliation de l’ennemi vaincu (Josué 10/22-26). Un des ennemis que Christ vaincra est la mort. La disparition finale de la mort arrivera lors du jugement du grand trône blanc (Apocalypse 20/14).

B. Mission accomplie

Dans quel sens s’accomplira finalement la mission de Jésus ?

Les versets 27 et 28 donnent une brève révélation de la relation entre les membres de la Trinité. Aucun membre ne se montre inférieur aux autres. Chacun, le Père, Le Fils et le Saint-Esprit est Dieu. Cependant, chacun a des fonctions différentes dans l’administration de l’univers. Dieu le Fils a été envoyé sur la terre pour racheter les pécheurs et pour servir de médiateur entre Dieu et les hommes (1 Timothée 2/5). Quand tous les ennemis auront été vaincus, cette œuvre sera accomplie. Alors Dieu le Fils abandonnera l’administration complète du royaume éternelle de Dieu au Père et sera soumis au Père.

IV. L’espérance du croyant (1 Corinthiens 15/50-58)

«  Ce que je dis, frères, c’est que la chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu, et que la corruption n’hérite pas l’incorruptibilité. Voici, je vous dis un mystère : nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, en un instant, en un clin d’oeil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés. Car il faut que ce corps corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l’immortalité. Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l’incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite : La mort a été engloutie dans la victoire. O mort, où est ta victoire ? O mort, où est ton aiguillon ? L’aiguillon de la mort, c’est le péché ; et la puissance du péché, c’est la loi. Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus Christ ! Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, travaillant de mieux en mieux à l’oeuvre du Seigneur, sachant que votre travail ne sera pas vain dans le Seigneur.  »

A. Un changement arrive

Comment Paul établit-il le contraste entre le corps physique et le corps ressuscité ?

Les corps physiques sont assujettis à la mort et à la déchéance ; ils ne peuvent exister éternellement. Pour vivre éternellement, les corps ont besoin d’une transformation. Certains croyants seront encore vivants lorsque cela arrivera (« nous ne mourrons pas tous »). Leurs corps comme ceux de ceux qui sont dans la tombe seront transformés en un instant et emmenés au Ciel avec Christ (1 Thessaloniciens 4/14-17). Les corps corruptibles seront changés de manière surnaturelle en corps nouveaux et éternels. Cette victoire est prophétisée en Esaïe 25/8.

B. L’aiguillon sera enlevé

Quelle est la réaction humaine lorsqu’on pense à la mort ? Comment 1 Corinthiens 12/5 peut encourager le croyant ?

L’”aiguillon” auquel Paul fait allusion est le passage de la mort physique à la condamnation éternelle. La mort perd l’aiguillon lorsque la personne s’abandonne à Christ. La purification du péché par la puissance du sang de Christ enlève le pouvoir durable de la mort. La victoire sur la mort est venue par le moyen de Jésus-Christ. La résurrection démontre la puissance de Christ pour sauver et garder les siens pour l’éternité.

Conclusion :

Si une personne croit que Jésus est ressuscité, elle ne doit pas avoir de difficulté pour croire qu’elle ressuscitera si Jésus est son Seigneur. La résurrection de Christ est un fait historique. Le Père a relevé son Fils d’entre les morts, aussi n’y a-t-il pas de doute sur le fait que le sacrifice de Jésus au Calvaire est l’expiation complète de la peine due pour le péché. La résurrection de Christ affecte tous les hommes, car tous sont confrontés à la mort. Pour les inconvertis, la mort possède un aiguillon terrible car elle les jette dans l’obscurité éternelle.

Pour les croyants, qui ont accepté Jésus comme Sauveur, la mort est seulement une porte pour passer vers la vie éternelle avec Dieu. Leur esprit ira immédiatement dans sa présence et lorsque Christ reviendra, il relèvera leur corps de la tombe. Les corps qui ressuscitent seront immortels et impérissables comme le corps ressuscité de Jésus. Quelle expérience glorieuse !