Dimanche 15 mars 2015

Prédicateur : Alain VETS

 

Lecture : Luc 21/5-33 ; Romains 11/13-26

 

On faisait remarquer à Jésus les splendeurs du Temple mais Jésus va annoncer la destruction du Temple ; Il avait déjà annoncé la destruction de Jérusalem, ce qui devait être un choc pour ses disciples juifs. Le Temple et les sacrifices n’allaient plus avoir leur raison d’être puisque Jésus allait effectuer l’ultime sacrifice : mourir sur la croix pour les pécheurs, sacrifice suffisant pour un salut parfait permettant au pécheur de s’approcher du Dieu Saint.

Dieu introduit le temps de la grâce pour tous les hommes, afin qu’ils la saisissent par la foi en Jésus-Christ. Israël était privilégié, il avait la Torah (ce qui signifie jeter, lancer) faite pour lancer le peuple dans la direction de la connaissance de Dieu qu’il devait aussi enseigner aux nations.

“Mais vous ne l’avez pas voulu” : ce peuple n’a pas répondu aux attentes de Dieu. Malgré son secours, il a marché rarement de cœur avec dieu.

Marc 12/41-44 : nous touchons ici à quelque chose de très précis : la piété du peuple d’Israël. La grande majorité du peuple vivait dans une religion, il vivait dans l’apparence mais Dieu regarde au cœur.

Il leur indique que de toute la splendeur du Temple et des actes réalisés pour briller, il ne restera plus rien. Seule compte la piété de cœur pour Dieu. Le peuple adorait du bout des lèvres et a souvent été infidèle, litanie qui revient dans tous les textes de l’A.T. : Israël, un gâteau qui n’a pas été retourné (incomplet quant à la piété). Il y avait autosatisfaction, une petite place donnée au Seigneur malgré l’apparat. Dieu avait donc un contentieux avec son peuple. Il les éprouve maintenant avec son Fils.

“Les siens ne l’ont pas acceptée” : ils n’ont pas reconnu le Messie. C’est pour cela qu’en Luc 19/41-44, Jésus prononce des paroles terrible sur Jérusalem. Israël n’a pas voulu sonder les Ecritures pour avoir la vie. IL s’est complu dans une distance entre lui et Dieu, ils n’ont pas connu le temps de leur visitation. Il s’est manifesté, accomplissant des miracles extraordinaires.

Prêtons aussi attention ! Nous avons des privilèges : le SE, la Parole de Dieu, l’église locale, la communion  fraternelle, Dieu nous a donné tout  ce qui contribue à la vie et à la piété et il ne tient qu’à nous de la vivre. Mais si nous ne connaissons pas le temps de sa visitation et négligeons ces choses si précises, il y a risque de passer à côté de la plénitude de ce que Dieu veut nous donner.

Dommage car le Royaume de Dieu est à nous mais il nous faut nous reconnaître pauvres en esprit et le chercher, crier à Lui pour qu’il se révèle à nous afin que nous le connaissions.

Plus nous aimerons le Seigneur, plus il nous fera connaître ses trésors car il veut nous donner davantage. Israël a fait le choix de faire ce qu’il voulait et Dieu s’est détourné pour un temps afin de se tourner vers les nations afin que ceux et celles qui accepteraient sa grâce recevraient le salut.

Les disciples étaient interloqués quant à l’annonce des évènements frappant ce peuple qui aurait dû être la tête et connaître la bénédiction.

Matthieu 24/3 “quand cela arrivera-t-il ? A quel signe reconnaîtra-t-on ces choses ?” La réponse de Jésus est longue et en plusieurs temps. Jésus est juif (le salut vient des juifs) et ses disciples aussi. Une partie de ce qui est dit ne nous concerne pas mais il faut en discerner le sens.

V 8-19 : Jésus annonce des évènements, des phénomènes, persécutions (ce ne sera pas encore la fin, c’est-à-dire le signe). Jésus les avertit pour qu’ils deviennent fermes.

V 20-24 : Jésus est plus précis. “Mais quand vous verrez Jérusalem investie par des armées, sachez que le temps est proche”. Il y a rupture avec le verset précédent, quelque chose de plus significatif : dispersion des Juifs parmi les nations (Chine, Inde, Afrique, Europe de l’Ouest, Etats-Unis, Russie…), un exil mondial. Ils sont toujours en exil même si aujourd’hui, ils sont une nation, un président, un gouvernement, des lois, une industrie mais toujours en exil car encore dispersés, pas de Temple, pas de sacrifices, pas de sacrificateurs, plus de 2000 ans d’exil.

La prophétie de Jésus s’est accomplie en 70 ap. JC. : Dispersion après destruction du Temple par les armées de Titus.

Luc 21 :24-28 met en relief que le temps de la grâce est en cours. Jésus citera Esaïe 61, annonçant une année de grâce, omettant volontairement “les jours de vengeance”.

Il faut que le temps des nations soit entré dans sa plénitude pour que le temps de la grâce suffise. Il use de patience afin que les hommes se repentent. Il met tout en œuvre pour que tout homme réalise la grâce en Christ.

On distingue une 1ère limite : quand il est évident que les hommes ne voudront plus se repentir, Dieu interviendra. N’est-ce pas globalement ce qui commence à se passer ?

En Occident surtout, les choses vont de mal en pis, il est évident que les gens ont du mal à se repentir. Ils ne se soucient que de leur vie, sans vouloir en changer.

 

Selon Luc 21/24, le temps de la grâce est appelé à s’arrêter. Il y a un signe, il a eu lieu en 1948 puis en 1967 plus particulièrement ; Depuis 1967, Jérusalem est à nouveau sous juridiction de la nation d’Israël même si cela est contesté. Pour eux, Jérusalem est la capitale d’Israël. Cela doit nous interpeller, c’est une fenêtre qui s’est ouverte, un temps favorable comme pour le lancement d’une fusée.

L’Enlèvement de l’Eglise est depuis lors possible à tout moment.

Le  signe du Royaume de Jésus :

  1. Fin de l’exil d’Israël (de plus en plus, ils rentrent, même de France, 7 000 en 2014), la haine suscitée contre les Juifs participent de ce plan.
  2. Le péché des nations arrive à son comble, comme ce qui avait été dit à Abraham “le péché des Amoréens est arrivé à son comble”. Israël deviendra plus tard l’épée du jugement contre ces nations idolâtres qui habitaient Canaan. Dieu va intervenir mais avant, il faut que l’Enlèvement de l’

En France, le “mariage pour tous” est une loi inique annonciatrice d’un déferlement d’iniquité. On lève le poing vers Dieu !

  1. L’Evangile prêché jusqu’aux extrémités de la terre, surtout via les moyens de communication modernes.

Pourquoi Jésus n’est-il pas encore revenu ? Il use de patience, ne voulant pas qu’on se perde… Nous sommes encore dans le temps de la patience de Dieu vis-à vis des païens et de l’Eglise qui doit retrouver une vraie piété, un véritable engagement, dans les choses qui tiennent dans le Seigneur.

Le seul signe donné par Dieu à l’Eglise : Israël, c’est l’horloge. « Cette génération ne passera pas que cela n’arrive »

Luc 21/25-28 annonce un temps d’angoisse. Les nations et les gouvernements seront angoissés. Bientôt, le diable sera jeté sur terre.

“Aussitôt, on verra le Fils de l’homme venant sur une nuée avec puissance et une grande gloire.” (v 27) ; l’Enlèvement est sa venue en secret pour happer ce qui a sa nature puis aura lieu son retour visible, ce Retour concerne Israël.

Israël en tant que nation viendra alors de connaître la 70ème semaine de Daniel avec la venue de l’homme de péché (esprit d’homme) qui voudra détruire Israël, un des temps les plus sombres de l’histoire, au moment où le peuple d’Israël sera sur le point d’être exterminé. C’est pour cela qu’il faut qu’ils rentrent.

  • Quand il est évident que les hommes ne voudront pas se repentir, Dieu agit !
  • Quand les forces du Peuple seront sur le, point de s’épuiser et qu’il succombera, Dieu agit !

Il agira au moment opportun. Idem aujourd’hui dans l’épreuve, le combat de la foi. C’est au moment de l’impuissance, de la vulnérabilité qu’il intervient.

C’est un descendant de David qui vient régner et tout œil le verra, même ceux qui l’ont percé, il viendra restaurer et sauver Israël. Nous sommes à la veille de la colère de Dieu, de la venue de l’Impie et de l’intervention en faveur d’Israël et d’autres nations comme l’Egypte.

V 29-38 Dans la perspective du Royaume du Seigneur, il est question de la vache rousse, du rétablissement du Temple.

“Le ciel et la terre passeront mais mes paroles ne passeront pas” : restons fondés sur la Parole, les promesses de Dieu, lisons-a, méditons-la, vivons-la.

V 34 Il est question de vigilance spirituelle : être toujours prêt, veiller et prier (Hénoch), il vient chercher ceux qui marchent avec Lui. Il est à la porte !

Ne négligeons pas la foi, la vie de l’Eglise et la sanctification. Il est temps de revenir à Dieu. Dieu nous laisse aussi la piété (source de force pour tenir ferme).

Conclusion : Gardons les yeux sur Israël. L’Epoux vient et s’il revenait ce soir ? Sommes-nous prêts ?

Etre prêt, c’est marcher avec Lui, vivre selon sa Parole, le servir, c’est être revêtu d’un vêtement blanc, lui donner la 1ère place et l’attendre humblement et fidèlement.