L’arche de l’alliance, simple symbole ou présence de Dieu ?

 

arche-10

Lecture :  “David tint conseil avec les chefs de milliers et de centaines, avec tous les princes. Et David dit à toute l’assemblée d’Israël : Si vous le trouvez bon, et si cela vient de l’Eternel, notre Dieu, envoyons de tous côtés vers nos frères qui restent dans toutes les contrées d’Israël, et aussi vers les sacrificateurs et les Lévites dans les villes où sont leurs banlieues, afin qu’ils se réunissent à nous, et ramenons auprès de nous l’arche de notre Dieu, car nous ne nous en sommes pas occupés du temps de Saül. Toute l’assemblée décida de faire ainsi, car la chose parut convenable à tout le peuple. David assembla tout Israël, depuis le Schichor d’Egypte jusqu’à l’entrée de Hamath, pour faire venir de Kirjath-Jearim l’arche de Dieu. Et David, avec tout Israël, monta à Baala, à Kirjath-Jearim, qui est à Juda, pour faire monter de là l’arche de Dieu, devant laquelle est invoqué le nom de l’Eternel qui réside entre les chérubins.  Ils mirent sur un char neuf l’arche de Dieu, qu’ils emportèrent de la maison d’Abinadab: Uzza et Achjo conduisaient le char. David et tout Israël dansaient devant Dieu de toute leur force, en chantant, et en jouant des harpes, des luths, des tambourins, des cymbales et des trompettes. Lorsqu’ils furent arrivés à l’aire de Kidon, Uzza étendit la main pour saisir l’arche, parce que les bœufs la faisaient pencher. La colère de l’Eternel s’enflamma contre Uzza, et l’Eternel le frappa parce qu’il avait étendu la main sur l’arche. Uzza mourut là, devant Dieu. David fut irrité de ce que l’Eternel avait frappé Uzza d’un tel châtiment. Et ce lieu a été appelé jusqu’à ce jour Pérets-Uzza. David eut peur de Dieu en ce jour-là, et il dit : Comment ferais-je entrer chez moi l’arche de Dieu ?  David ne retira pas l’arche chez lui dans la cité de David, et il la fit conduire dans la maison d’Obed-Edom de Gath.  L’arche de Dieu resta trois mois dans la maison d’Obed-Edom, dans sa maison. Et l’Eternel bénit la maison d’Obed-Edom et tout ce qui lui appartenait. ” (1 Chroniques 13)

Après qu’on eut amené l’arche de Dieu, on la plaça au milieu de la tente que David avait dressée pour elle, et l’on offrit devant Dieu des holocaustes et des sacrifices d’actions de grâces. Quand David eut achevé d’offrir les holocaustes et les sacrifices d’actions de grâces, il bénit le peuple au nom de l’Eternel. Puis il distribua à tous ceux d’Israël, hommes et femmes, à chacun un pain, une portion de viande et un gâteau de raisins. Il remit à des Lévites la charge de faire le service devant l’arche de l’Eternel, d’invoquer, de louer et de célébrer l’Eternel, le Dieu d’Israël.” (1 Chroniques 16/1-4)

David, les anciens d’Israël, et les chefs de milliers se mirent en route pour faire monter l’arche de l’alliance de l’Eternel depuis la maison d’Obed-Edom, au milieu des réjouissances. Ce fut avec l’assistance de Dieu que les Lévites portèrent l’arche de l’alliance de l’Eternel ; et l’on sacrifia sept taureaux et sept béliers.  David était revêtu d’un manteau de byssus ; il en était de même de tous les Lévites qui portaient l’arche, des chantres, et de Kenania, chef de musique parmi les chantres ; et David avait sur lui un éphod de lin. Tout Israël fit monter l’arche de l’alliance de l’Eternel avec des cris de joie, au son des clairons, des trompettes et des cymbales, et en faisant retentir les luths et les harpes.  Comme l’arche de l’alliance de l’Eternel entrait dans la cité de David, Mical, fille de Saül, regardait par la fenêtre, et voyant le roi David sauter et danser, elle le méprisa dans son cœur.” (1 Chroniques 15/25-29)

 

CONTEXTE

Plusieurs expressions dans ce texte montrent la différence fondamentale entre David et Saül ; Saül ne s’est guère préoccupé de l’arche de l’alliance au cours de son règne. Ce n’était pas l’objet de ses pensées et ce n’était pas dans son cœur et il a donc négligé cet élément d’importance. Le cœur de David est tout autre, il commence son règne par cette préoccupation et cette démarche. Il définit en quelque sorte une nouvelle ligne entre ce qui était avant et ce qui va être après.

David a tout mis en œuvre pour qu’il en soit ainsi. Toutefois, un homme est mort. Un char neuf transportait l’arche de l’alliance et Uzza, préposé au transport de l’arche, voyant que celle-ci allait tomber y a mis la main.

Le terme Pérets signifie brèche, rupture, symbole d’une intervention divine qui a lieu car Dieu voulait parler et attirer l’attention sur un fait : les bonnes intentions ne suffisent pas. Il faut faire la volonté de Dieu. Des prescriptions existaient pour le transport de l’arche de l’alliance mais elles n’ont pas été prises en compte. Sans doute Uzza était-il un ami de David, qui a souffert de cette mort. De ce fait, l’arche va se retrouver chez Obed-Edom.

I – L’arche de l’alliance, symbole de la présence de Dieu

L’arche était essentielle dans la vie d’Israël. L’écriture n’était pas encore évoluée en Egypte (hiéroglyphes) par rapport aux alphabets existant ailleurs, notamment chez les Sumériens. Quand Dieu a donné l’arche, il a tenu compte de cette culture égyptienne qui imprégnait les israélites.

Le chapitre 13 dit que Dieu résidait “entre les 2 chérubins” qui ornaient le propitiatoire. L’arche représentait la présence de Dieu. La présence de Dieu ne se manifeste que sur la base de la justification en Jésus-Christ, qui nous a rendu Dieu propice.

Les israélites se confiaient en l’arche, ils étaient conscients de la présence de Dieu dans l’arche et ils plaçaient l’arche là où il fallait pour obtenir la victoire mais souvent, ils n’étaient pas dans une attitude de cœur adéquate. Parfois, leur cœur n’était pas disposé, il ne subsistait alors que le coffre. Quand le cœur était à Dieu, le coffre représentait la présence de Dieu et Dieu se manifestait.

 

II – Les éléments présents dans l’arche

ARCHE

 

Dans l’arche, on trouvait :

  1. La manne

Elle nous parle de la provision de Dieu car là où Dieu est, on ne manque de rien, on trouve la subsistance.

  1. La verge d’Aaron

Cette verge ou bâton qui avait fleuri lors de l’épisode de querelle contre Moïse et Aaron. La présence de Dieu donne la vie et la vie procure le fruit, la vie en abondance.

Kil fallait que le peuple comprenne que Dieu est présent et donne la vie. Quand notre foi vacille, revenons à Lui, cherchons-le pour le rencontrer, nous attacher à Lui. Il est présent dans l’Eglise pour que nous goûtions à sa présence, à sa vie et à produire tout ce qu’il veut que nous produisions. C’est la présence de Dieu qui produit tout cela en nous.

La verge provenait d’un amandier, l’arbre qui renaît le premier au printemps. Si notre foi défaille, que notre piété décline, que nous connaissons un hiver spirituel, crions à Dieu qui génère la vie.

Plus qu’un symbole, quand le cœur du Peuple s’attendait à Dieu, l’arche de l’alliance devenait la présence de Dieu.

  1. Les tables de la Loi

Elles nous parlent de la Parole de Dieu, de ses promesses qui sont Oui et Amen.

Tous ces éléments se sont incarnés en Jésus. Là où Dieu se tient, les promesses de Dieu s’accomplissent. Quand on soupire après Dieu, qu’on a cette communion avec Lui, Sa présence bénit, enrichit, fortifie et fait de nous des hommes et des femmes nouveaux en Jésus-Christ, des personnes accomplies qui font la volonté de Dieu, des témoins puissants.

Nous devons toutefois nous préoccuper au plus haut point de Sa présence.

III – L’arche et notre attitude cœur, l’obéissance de la foi

Du temps de Saül, c’est comme si Samuel avait éclipsé Dieu à ses yeux. Il sera plus tard ce héros que Dieu a cessé d’oindre. Dieu va choisir un “homme selon son cœur”.

Il avait été dit à Saül : “Samuel lui dit alors : Les holocaustes et les sacrifices font-ils autant plaisir à l’Eternel que l’obéissance à ses ordres ? Non ! Car l’obéissance est préférable aux sacrifices, la soumission vaut mieux que la graisse des béliers. Car la désobéissance est aussi coupable que la divination, et la résistance ne l’est pas moins que l’idolâtrie et les théraphim. Puisque tu as rejeté la parole de l’Eternel, il te rejette aussi comme roi.” (1 Samuel 15/22-23)

Nous devons obéir pour que la présence de Dieu soit permanente, croissante. Saül était un chef, un homme de guerre, un homme politique mais pas un homme de Dieu. Il a cessé très tôt d’en être un.

Dieu a donc choisi un homme qui avait une relation vivante avec Lui. On voit comment David a établi les choses concernant la louange de l’Eternel (chantres, musiciens, lieu où l’arche demeure…).

Où est notre cœur ? Dieu est-il un meuble, une Bible sur la table ? Attention d’avoir une foi profonde, une relation vraie, l’écoute de sa voix !

Quand Dieu est ainsi présent, nous avons sa provision, sa vie abondante et ses promesses et nous sommes des vainqueurs qui règnent dans la vie par Jésus-Christ.

Il y a donc eu cette rupture par laquelle Dieu a parlé au peuple. Les lévites portaient un manteau de byssus, quelque chose de précieux et il nous est dit que David aussi, alors qu’il s’identifiait à eux. Nous avons besoin de nous dévêtir de notre mentalité, du vieil homme et de nous revêtir de l’homme nouveau en Christ. Tous ces gens portaient l’arche sur leurs épaules.

Or, Dieu voulait que David prenne conscience de la présence de Dieu par rapport à l’arche.

CONCLUSION :

Prenons conscience de la nécessité de revenir à Dieu : foi, obéissance, prière, adoration. Il s’agit d’être et non de paraître.

Dieu veut être premier dans notre être, le Seigneur de nos cœurs et de nos vies. Si nous portons la présence du Seigneur de cette manière, tout deviendra nouveau pour nous et ce ne sera pas temporaire mais quelque chose de quotidien, ce qui est crucial au moment où le Seigneur est à la porte.