Romains 8:35-37 : «  Qui nous séparera de l’amour de Christ ? Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée ? selon qu’il est écrit : C’est à cause de toi qu’on nous met à mort tout le jour, Qu’on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie. Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés.  »

La réalité de l’amour de Christ est quelque chose de précieux à vivre et à expérimenter, il est le Roi de Gloire qui s’est abaissé pour nous et il veut que nous découvrions la douceur de son amour.

Il veut l’imprimer dans nos cœurs pour que nous vivions avec assurance notre marche spirituelle «  Car l’amour de Christ nous presse (nous retient, nous entoure, nous serre, idée d’émotion), nous qui avons discerné ceci : un seul est mort pour tous, donc tous sont morts ; et s’il est mort pour tous, c’est afin que les vivants ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort et s’est réveillé pour eux  » (2Corinthiens 5:14-15).

Le réveil spirituel a un rapport avec le fait d’aimer Jésus et de vivre prioritairement pour lui. A ce jour, où en sommes-nous de cette façon d’aimer, doit-on comme l’église d’Ephèse « réveiller l’amour premier ? ». Y a-t-il un écho dans le cœur des croyants à la voix d’amour de Jésus (« Ah que partout se répande ce fleuve à la grande voix. Que tout l’univers entende l’appel qui vient de la croix », dit le cantique).

Cantique des cantiques 1:2 : «  Qu’il me baise des baisers de sa bouche ! Car ton amour vaut mieux que le vin  »

C’est là l’image de l’Eglise qui désire un contact personnel et intime avec son Seigneur. Ce contact doit être recherché, il manifeste la soif de l’Eglise (Jean 14:21 : «  Celui qui m’aime, c’est celui qui a mes commandements et qui les garde. Or, celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi je l’aimerai et je me manifesterai à lui  ».
Il est nécessaire de découvrir la proximité de Christ mais aussi de l’apprécier à sa juste valeur pour conserver ce bienfait.

«  oui, tes caresses sont meilleures que le vin  » apprendre à apprécier l’amour de Christ au-dessus des joies terrestres ou naturelles, pour ainsi en connaître la pleine manifestation, pour goûter « les baisers de sa bouche ».

Dans le cantique des cantiques, l’Epouse est caractérisée par la pureté et sa fervente affection ; elle occupe la meilleure place que l’amour du roi puisse lui donner :

  • « le roi m’a introduite dans ses appartements » (ses chambres) 1:4
  • « pendant que le roi est à table » 1:12
  • « il m’a fait entrer dans la maison du vin »

Ce sont là des expériences variées de l’amour de Christ, que l’Eglise peut vivre. On y trouve l’amour de Jésus dans tout ce qu’il a de précieux, de satisfaisant et la réplique de l’amour de ceux qui ont appris à l’apprécier.

Mon frère, ma sœur, peux-tu dire que tu apprécies justement l’amour de Jésus pour toi et pour l’Eglise rachetée par son sang ? Où en es-tu, à ce niveau-là ? Désires-tu apprendre, grandir, rechercher sa proximité, son intimité ?
Sommes-nous restés réveillés, où est le temps où tu lisais les promesses de sa Parole et où tu t’émerveillais de la vie qui t’attendait ?

Du chapitre 2:8 à 3:3, l’Epouse n’est plus dans les appartements du roi mais dans des conditions telles que c’est l’Epoux qui doit la chercher car son affection s’est refroidie et cette affection doit être restaurée par des expériences peu agréables, décrites au chapitre 5. Le Seigneur doit-il te chercher aujourd’hui ou doit-il te discipliner, te faire passer par des déserts ou des circonstances difficiles pour te faire de nouveau éprouver le premier amour que tu lui dois, en réponse à son amour royal ?

«  C’est la voix de mon bien-aimé ! Le voici, il vient, sautant sur les montagnes, bondissant sur les collines. Mon bien-aimé est semblable à la gazelle ou au faon des biches. Le voici, il est derrière notre mur, il regarde par la fenêtre, il regarde par le treillis. Mon bien-aimé parle et me dit : Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens ! Car voici, l’hiver est passé ; la pluie a cessé, elle s’en est allée. Les fleurs paraissent sur la terre, le temps de chanter est arrivé, et la voix de la tourterelle se fait entendre dans nos campagnes. Le figuier embaume ses fruits, et les vignes en fleur exhalent leur parfum. Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens ! Ma colombe, qui te tiens dans les fentes du rocher, qui te caches dans les parois escarpées, fais-moi voir ta figure, Fais-moi entendre ta voix ; car ta voix est douce, et ta figure est agréable. Prenez-nous les renards, Les petits renards qui ravagent les vignes ; car nos vignes sont en fleur. Mon bien-aimé est à moi, et je suis à lui ; Il fait paître son troupeau parmi les lis. Avant que le jour se rafraîchisse, et que les ombres fuient, reviens !… sois semblable, mon bien-aimé, à la gazelle ou au faon des biches, sur les montagnes qui nous séparent. Sur ma couche, pendant les nuits, j’ai cherché celui que mon coeur aime ; je l’ai cherché, et je ne l’ai point trouvé… Je me lèverai, et je ferai le tour de la ville, dans les rues et sur les places ; Je chercherai celui que mon coeur aime… Je l’ai cherché, et je ne l’ai point trouvé. Les gardes qui font la ronde dans la ville m’ont rencontrée : Avez-vous vu celui que mon coeur aime ?  »

Le premier amour est la qualité d’amour requise par le Seigneur

a) Pourquoi aime t-on le Roi ? 1:3 «  la senteur de tes parfums est si bonne ! Ton nom est un parfum qui se répand  » Un coeur régénéré peut seul apprécier l’agréable odeur des parfums de Christ et le parfum de son nom.

Son nom définit ses attributs, son caractère, sa personne, sa renommée et sa grandeur :
Matthieu 1:21 «  Tu appelleras son nom Jésus (L’Eternel, le Sauveur) car c’est lui qui sauvera son peuple de leurs péchés  » «  on appellera son nom Emmanuel  » (Dieu avec nous) 1:23

C’est ce qu’il est qui répand le parfum sur tout ce qui le rencontre.

«  C’est pourquoi les jeunes filles t’aiment  » (1:3) :

les parfums évoquent ce qu’il fait et ce qu’il dit. Ils furent d’agréable odeur pour la femme pécheresse de Luc 7 chez Simon le pharisien et pour la syrophénicienne de Marc 7 (Jésus ne voulait pas être vu mais une âme avait discerné l’odeur de ses parfums alors que Dieu se cachait d’elle). En Jésus, Dieu visitait son peuple et ainsi, son parfum était répandu, son odeur était discernée de quelques âmes car la vie divine l’habitait.
Le roi décrit dans le Psaume 65 est décrit comme Dieu, comme homme oint, avec des parfums sur tous ses vêtements.

b) L’odorat spirituel, important pour manifester l’amour

L’odorat a une contrepartie spirituelle, tout comme les autres sens. Il a trait à la compréhension spirituelle, au discernement.

Esaïe 11:3 «  Son Plaisir (litt. La satisfaction d’odorat) sera la crainte de l’Eternel  » Christ pouvait percevoir l’odeur de tout ce qui était en accord avec la crainte de l’Eternel et il la recherchait en tout temps.
Il nous faut posséder cette faculté spirituelle car nous ne suivons plus l’odeur de ce que nous aimions auparavant. Jérémie 48:11 «  Moab était tranquille depuis sa jeunesse, il reposait sur sa lie, il n’a pas été vidé d’un récipient dans un autre, il n’est pas allé en exil. Aussi son goût est resté, et son odeur n’a pas changé  ». Pouvoir toujours discerner le parfum précieux de Christ et ainsi l’aimer.
Marie de Béthanie a perçu cette odeur agréable et a montré en retour son appréciation en répandant sur les pieds du Seigneur un parfum de grand prix, ce qui a suscité une vive réaction des apôtres. Et ton engagement d’amour envers le Seigneur suscite t-il l’envie, l’hostilité des autres, voire de ta famille, qui dit que tu en fais trop ? Alors tu es sur le bon chemin, Gloire à Dieu !!!! «  Or, tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus Christ seront persécutés.  » (2Timothée 3:12).
«  Mais Jésus répondit à celui qui le lui disait : Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? Puis, étendant la main sur ses disciples, il dit : Voici ma mère et mes frères. Car, quiconque fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux, celui-là est mon frère, et ma soeur, et ma mère  ». Certains diront que nous gaspillons notre vie pour le Seigneur comme cette femme aurait gaspillé un parfum coûteux. C’est l’homme charnel voire le chrétien charnel qui parle ainsi car il a perdu son premier amour et n’est plus en état de détecter l’odeur agréable de la vie divine émanant de Christ car il est corrompu par le monde et l’affection des choses d’ici-bas.

c) Colossiens 3:1 «  Si donc vous êtes réveillés avec le Christ, cherchez les choses d’en haut, où le Christ est assis à la droite de Dieu  »

Un signe de notre réveil personnel est l’ardeur de notre affection pour Christ. Où sont placées tes affections ? Qui aimes-tu le plus ?

«  c’est pour cela que les jeunes filles t’aiment  » il s’agit des cœurs vierges, non corrompues par le monde ou un autre évangile de mort. Qu’en est-il de notre odorat, est-il intact ? Sais-tu apprécier encore le parfum de ton seigneur et as-tu encore envie de lui consacrer ta vie ? Ou bien as-tu peur de la gaspiller ?
Ne nous détournons pas de la simplicité à l’égard de Christ, rien n’est plus précieux que son amour et quelles bénédictions nous sont assurées, bien meilleures que les joies et plaisirs terrestres !

De la femme pécheresse qui a répandu du parfum sur Jésus, il est dit «  elle a beaucoup aimé  » (Luc 7:47) par rapport à celui qui « aime peu ». Il y a des degrés dans l’amour.
L’Eglise est l’Epouse de Christ mais il y a ceux et celles qui, comme les filles de Jérusalem se tiennent à distance et ne goûtent pas à la pleine bénédiction de Christ ; or, seule l’Epouse peut être en accord avec l’Esprit pour dire à l’Epoux « viens ». Quel écho résonne en toi lorsqu’il s’agit de prier ardemment et de dire « Viens, Seigneur, hâte ton retour » ? La crainte, la peur, l’angoisse ou bien une espérance indicible ? Ta réaction sera le reflet de ta vie chrétienne. Es-tu de l’Epouse ou parmi les filles de Jérusalem ?
Apocalypse 22:17 «  que celui qui entend dise : viens  » C’est l’Epouse qui parle pour la 1ère fois dans la Bible.

Conclusion : Le Saint-Esprit travaille à rassembler tous ceux qui doivent composer l’Epouse, c’est-à-dire ceux qui seront en accord avec lui pour dire au Seigneur Jésus « viens », il s’agit de ceux qui ont soif de découvrir la merveilleuse relation d’amour avec Christ, qui ont l’affection et l’intelligence spirituelle de l’Epouse pour l’aimer et être pleinement satisfaite de ses bienfaits et de son intimité.

Jean, dans sa relation avec Jésus, illustre la profondeur de la proximité et de l’intimité que l’on doit avoir avec le Seigneur : «  il était penché sur la poitrine de Jésus  » (Jean 21:20).

Dieu veut vraiment que nous soyions influencés par son amour et que nous en jouissions au milieu de l’Eglise.

«  Que la grâce soit avec tous ceux qui aiment notre Seigneur Jésus-Christ en pureté  » (Ephésiens 6:24).