La joie est une caractéristique du disciple de Jésus, chrétien né de nouveau et qui suit Jésus, son Maître. Est-il possible que le manque de pluie produise un manque d’enthousiasme et de joie dans nos cœurs ?
Quand nous ne faisons pas la volonté du Seigneur, la joie de l’Esprit s’éteint en nous et nous sommes moroses, tristes, sans joie.

Esaïe 16:10 «  la joie et l’allégresse ont disparu du verger ; dans les vignes, plus de cris de joie, plus d’acclamations ! Le vendangeur ne foule plus le raisin dans les cuves ; j’ai fait cesser les cris de vendange  »
C’est là la description d’une église sans pluie, d’une église qui honore Dieu des lèvres et est éloignée de lui par le cœur. Elle devient stérile et ne vendange plus.

Esaïe 35:10 «  Ceux que le Seigneur a libérés reviendront. Ils arriveront à Sion avec des cris de joie, une joie perpétuelle couronnera leur tête ; la gaieté et la joie viendront à leur rencontre, le chagrin et les gémissements s’enfuiront  ».

Proverbes 10:28 «  L’attente des justes n’est que joie  »

Nous avons besoin de la pluie bienfaisante que le Seigneur a pour dessein de nous donner.

De tous temps, il a voulu bénir l’homme avec cette pluie ; déjà dans la Genèse, des courants d’eau vive existaient mais aussi un flot qui montait de la terre et en arrosait la surface (Genèse 1:7 : «  Et Dieu fit l’étendue, et il sépara les eaux qui sont au-dessous de l’étendue d’avec les eaux qui sont au-dessus de l’étendue. Et cela fut ainsi.  »). Déjà existaient 4 fleuves, symbolisant l’Evangile annoncé sur toute la surface de la terre dans la puissance de l’Esprit. Ce flot nous parle de la vie intérieure que possède l’Eglise et l’Esprit de vie avec laquelle elle peut arroser la terre.

Ces bénédictions physiques sont des images des bénédictions spirituelles du Royaume de Dieu, où l’on hérite des richesses du Roi des Rois.

Deutéronome 11:13-17 : «  Si vous obéissez à mes commandements que je vous prescris aujourd’hui, si vous aimez l’Éternel, votre Dieu, et si vous le servez de tout votre coeur et de toute votre âme, je donnerai à votre pays la pluie en son temps, la pluie de la première et de l’arrière-saison, et tu recueilleras ton blé, ton moût et ton huile ; je mettrai aussi dans tes champs de l’herbe pour ton bétail, et tu mangeras et te rassasieras. Gardez-vous de laisser séduire votre coeur, de vous détourner, de servir d’autres dieux et de vous prosterner devant eux. La colère de l’Éternel s’enflammerait alors contre vous ; il fermerait les cieux, et il n’y aurait point de pluie ; la terre ne donnerait plus ses produits, et vous péririez promptement dans le bon pays que l’Éternel vous donne.  » Le don de la pluie est une bénédiction de la TERRE promise (spirituellement parlant, le Royaume de Dieu en nous) liée à l’obéissance aux commandements de Dieu. Dieu promet la pluie en réponse à l’obéissance, à une marche en conformité avec les principes de sa Parole.

Deutéronome 28:12 «  L’Éternel t’ouvrira son bon trésor, le ciel, pour envoyer à ton pays la pluie en son temps et pour bénir tout le travail de tes mains ; tu prêteras à beaucoup de nations, et tu n’emprunteras point.  » Le don de la pluie « en son temps » figure parmi les bénédictions liées à l’écoute de Dieu pour veiller à mettre en pratique les commandements de la Parole. La malédiction consiste pour Dieu à fermer le ciel pour que la pluie ne tombe pas, c’est un ciel d’airain (Deutéronome 28/23-24 : «  Le ciel sur ta tête sera d’airain, et la terre sous toi sera de fer. L’Éternel enverra pour pluie à ton pays de la poussière et de la poudre ; il en descendra du ciel sur toi jusqu’à ce que tu sois détruit  »).

Déjà, le Seigneur désirait un peuple qui se tiendrait devant lui, à l’écoute et veillant sur ses voies, zélé pour mettre en pratique sa Parole et être un témoignage.

Lors de la dédicace du temple de Jérusalem bâti par Salomon, celui-ci va dans sa prière solennelle (1 Rois 8:35-36 : «  Quand le ciel sera fermé et qu’il n’y aura point de pluie, à cause de leurs péchés contre toi, s’ils prient dans ce lieu et rendent gloire à ton nom, et s’ils se détournent de leurs péchés, parce que tu les auras châtiés, – exauce-les des cieux, pardonne le péché de tes serviteurs et de ton peuple d’Israël, à qui tu enseigneras la bonne voie dans laquelle ils doivent marcher, et fais venir la pluie sur la terre que tu as donnée en héritage à ton peuple !  ») montrer que la voie du retour de la pluie bienfaisante est la repentance : prier Dieu, célébrer son nom, revenir de ses péchés. La repentance ouvre à nouveau l’accès au sanctuaire, à la présence de Dieu, si bien sûr elle est sincère.

2 Chroniques 7:13-14 confirme cette affirmation : «  si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, -je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays. Mes yeux seront ouverts désormais, et mes oreilles seront attentives à la prière faite en ce lieu.  ».

Promesse : la pluie, c’est le symbole de la présence de Dieu descendant lui-même dans nos vies pour nous visiter.
Psaume 72:6 «  Il descendra comme une pluie qui tombe sur un terrain fauché, comme des ondées qui arrosent la terre. En ses jours, le juste fleurira, et la paix abondera jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de lune  »

Quand vient la pluie ? En son temps, et c’est Dieu qui la prépare car il faut réunir les conditions : notre obéissance, notre repentance, notre recherche de sa face, etc… «  Il prépare la pluie pour la terre  » dit le Psaume 147:8

Quand je mets ma vie en conformité avec sa Parole, en me défaisant, en me dépouillant de l’homme ancien qui correspond à ma conduite passée et qui périt sous l’effet des désirs trompeurs et que je suis renouvelé par l’Esprit dans mon intelligence, que je revêts l’homme nouveau, qui a été créé selon Dieu dans la justice et la sainteté que produit la vérité, alors je collabore, je coopère à l’action de l’Esprit de Dieu qui me prépare à recevoir la pluie bienfaisante du printemps.

Conséquence : Proverbes 16:15 «  Quand le visage du roi s’éclaire, c’est la vie ; sa faveur est comme un nuage de pluie printanière  ».

Quand je marche en pleine lumière, en sainteté de vie, à l’écoute de l’Esprit, renouvelant mon alliance avec le Seigneur, déterminé à faire sa volonté non par fanatisme mais par amour et passion pour Jésus, alors le Roi des Rois me sourit et sa faveur, sa grâce est pour moi comme une nuée de pluie printanière.

Cette pluie fructifie, fait croître ma vie intérieure, ma vie spirituelle et je commence à être en bénédiction à l’Eglise puis l’Eglise est tout entière en bénédiction au monde extérieur.

Jérémie 3:1-3 : «  Il dit : Lorsqu’un homme répudie sa femme, Qu’elle le quitte et devient la femme d’un autre, Cet homme retourne-t-il encore vers elle ? Le pays même ne serait-il pas souillé ? Et toi, tu t’es prostituée à de nombreux amants, Et tu reviendrais à moi ! dit l’Éternel. Lève tes yeux vers les hauteurs, et regarde ! Où ne t’es-tu pas prostituée ! Tu te tenais sur les chemins, comme l’Arabe dans le désert, Et tu as souillé le pays par tes prostitutions et par ta méchanceté. Aussi les pluies ont-elles été retenues, Et la pluie du printemps a-t-elle manqué ; Mais tu as eu le front d’une femme prostituée, Tu n’as pas voulu avoir honte.  » Dieu reproche à son peuple sa prostitution spirituelle auprès d’une multitude de compagnons et lui dit qu’à cause de cela, il a retenu les ondées, la pluie printanière, à cause de son endurcissement, de son manque de repentance.
Jérémie 5:24 : «  Ils ne disent pas dans leur coeur : Craignons l’Éternel, notre Dieu, Qui donne la pluie en son temps, La pluie de la première et de l’arrière saison, Et qui nous réserve les semaines destinées à la moisson.  » Il reproche à la maison de Jacob son manque de crainte de l’Eternel, son cœur indocile et rebelle et rappelle la béndiction qu’ils auraient pu recevoir, s’ils avaient obéi.

Osée 6:3 : «  Connaissons, cherchons à connaître l’Éternel ; Sa venue est aussi certaine que celle de l’aurore. Il viendra pour nous comme la pluie, Comme la pluie du printemps qui arrose la terre  ». L’aurore est un temps déterminé qui précède le lever du soleil. C’est le moment où apparaît une lumière rosée. On peut se lever tôt et ne pas prendre garde à la venue de l’aurore et la rater.
Nous pouvons rater la visitation du Seigneur, la présence de Dieu, la pluie printanière, les temps de rafraîchissement qui viennent de la part du Seigneur si nous n’y prenons garde.
Etre présent là où Dieu nous veut permet de ne pas nous priver de sa grâce.

Soyons prêts, veillons et prions, même si le combat entre notre nature encline à faire le contraire de ce que Dieu veut est rude, Jésus a vaincu pour nous dans le jardin de Gethsémané en décidant de faire la volonté du Père et d’aller ainsi à la Croix.