LA NATURE DE L’EGLISE

Nous abordons une nouvelle série de la théologie systématique : l’ecclésiologie (étude de l’Eglise).

L’ecclésiologie peut être divisée en deux parties :

  1. L’étude de l’église locale, l’assemblée. On parle alors de son organisation, de sa politique, de son leadership, de son but, etc.
  2. L’étude de l’Eglise “universelle », le Corps de Christ. Cette Eglise est l’ensemble de tous les croyants nés de nouveau depuis Actes 2 (le jour de la Pentecôte) et jusqu’au jour de l’Enlèvement des disciples à la fin de cette époque. Il serait aussi avantageux d’étudier l’église locale dans la Bible (nous le ferons peut-être plus tard) mais le plus important (et même le plus essentiel) est de comprendre l’Eglise, le Corps de Christ, dans l’Ecriture et dans le plan de Dieu.

Pourquoi est-il essentiel de comprendre l’Eglise ? Parce que l’Eglise n’est pas Israël et Israël n’est pas l’Eglise. Israël n’est pas “l’Eglise de l’Ancien Testament” et l’Eglise n’est pas “l’Israël de Dieu” sous le Nouveau Testament (même si beaucoup tordent des textes comme Galates 6/16).

Les promesses que Dieu a faites à Israël sont pour Israël et pas pour l’Eglise. L’une des erreurs les plus graves de nos jours est celle qui consiste à ne pas faire une division (reconnaître la différence et la distinction) entre Israël et l’Eglise.

Je connais ta tribulation et ta pauvreté bien que tu sois riche, et les calomnies de la part de ceux qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui sont une synagogue de Satan.” (Apoc 2/9)

corps-de-christ

 

Beaucoup veulent courir vers l’Ancien Testament pour dérober à Israël ses bénédictions physiques et économiques. Or, nous disciples, ne sommes pas juifs (nous ne sommes pas non plus des païens) mais nous sommes des nouvelles créatures – nous sommes quelque chose de totalement nouveau qui ne s’est jamais vu auparavant dans le plan de Dieu.

L’Eglise n’est pas Israël mais quelque chose d’entièrement nouveau que Dieu a fait après la mort, la résurrection et l’ascension de Christ.

Si quelqu’un ne comprend pas l’ecclésiologie (la doctrine biblique de l’Eglise), il ne comprend pas la Bible, ni le plan de Dieu. Par conséquent, nous allons débuter notre étude de l’Eglise avec ces 2 points :

  1. Les chrétiens (disciples) : nous devons comprendre que nous sommes des nouvelles créatures (des créatures qui n’existaient pas avant)
  2. L’Eglise : nous devons comprendre que l’Eglise est le Corps de Christ et qu’il n’existait pas avant la croix. En effet, l’Eglise n’est pas Israël et Israël n’est pas l’Eglise. Les chrétiens ne sont pas juifs (ni des juifs spirituels). L’Eglise n’est pas l’Israël de Dieu.

I – Les chrétiens (disciples), des nouvelles créatures

  1. Il y a actuellement 3 groupes d’hommes sur la terre : les juifs, les païens et les chrétiens.

C’est pourquoi, vous autrefois païens dans la chair, appelés incirconcis par ceux qu’on appelle circoncis et qui le sont en la chair par la main de l’homme, souvenez-vous que vous étiez en ce temps-là sans Christ, privés du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde. Mais maintenant, en Jésus-Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ.  Car il est notre paix, lui qui des deux n’en a fait qu’un, et qui a renversé le mur de séparation, l’inimitié, ayant anéanti par sa chair la loi des ordonnances dans ses prescriptions, afin de créer en lui-même avec les deux un seul homme nouveau, en établissant la paix” (Eph 2/11-15)

A une autre époque, avant la croix, il n’y avait que 2 groupes d’hommes :

– les juifs (Israël), qui étaient de la circoncision et jouissaient de la bénédiction et du salut de Dieu. Paul donne un bon résumé de ces bénédictions en Romains 9/3-5 :

Car je voudrais moi-même être anathème et séparé de Christ pour mes frères, mes parents selon la chair, qui sont Israélites, à qui appartiennent l’adoption, et la gloire, et les alliances, et la loi, et le culte, et les promesses, et les patriarches, et de qui est issu, selon la chair, le Christ, qui est au-dessus de toutes choses, Dieu béni éternellement. Amen !

La circoncision (physique) était le signe de l’alliance que Dieu a établie avec Israël (cela commença par Abraham puis s’étendit à Israël).

– les païens (les autres peuples), qui étaient de l’incirconcision car ils n’avaient aucune alliance avec Dieu ou plutôt ils étaient sans Dieu (sans bénédiction) et sans espérance (sans salut) dans le monde.

Avant la croix, si un païen  (un non-juif) voulait le salut, il devait devenir juif (ce qu’on appelle un “prosélyte”). Ruth en est un bon exemple.

“Mais maintenant”, Dieu a fait quelque chose de totalement nouveau. Dieu attire notre attention sur quelque chose d’extrêmement important : un changement ! C’est-à-dire “mais maintenant”, il y a quelque chose de différent qu’il n’y avait pas avant.

Quel fut ce changement ? Maintenant, les païens peuvent s’approcher de Dieu sans devenir juifs.

“par le sang de Christ” et “en Christ Jésus”, les païens ont obtenu le salut. Il n’en était pas ainsi auparavant, dans l’Ancien Testament (ils devaient devenir juifs, plus maintenant !).

Maintenant, en Christ, Dieu a fait quelque chose de nouveau. Il a constitué un peuple nouveau avec les deux –depuis Israël et à partir des païens. Il a fait des deux un hommes nouveau.

Pensez à ce que dit le verset 15 ci-dessus : en Christ (après la croix), Dieu fait quelque chose qu’il n’avait jamais fait avant.

Ce qu’il a fait en Christ est si nouveau que ce n’est même pas mentionné dans l’Ancien Testament (en effet, Dieu ne l’a pas révélé avant l’époque de l’apôtre Paul).

A cause de cela, moi Paul, le prisonnier de Christ pour vous païens … si du moins vous avez appris quelle est la dispensation de la grâce de Dieu, qui m’a été donnée pour vous. C’est par révélation que j’ai eu connaissance du mystère sur lequel je viens d’écrire en peu de mots.  En les lisant, vous pouvez vous représenter l’intelligence que j’ai du mystère de Christ. Il n’a pas été manifesté aux fils des hommes dans les autres générations, comme il a été révélé maintenant par l’Esprit aux saints apôtres et prophètes de Christ. Ce mystère, c’est que les païens sont cohéritiers, forment un même corps, et participent à la même promesse en Jésus-Christ par l’Evangile, dont j’ai été fait ministre selon le don de la grâce de Dieu, qui m’a été accordée par l’efficacité de sa puissance.” (Eph 3/1-7)

Le mystère des païens et des juifs formant un nouveau Corps ensemble en Christ est quelque chose qu’aucun home ne savait avant l’époque de Paul.

Que lien avec nous actuellement ? Pourquoi est-ce si important ? Parce que ce qui est nouveau a été fait en Christ Jésus. ” Mais maintenant, en Jésus-Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ.” (Eph 2/13)

Parce que le juif et le païen font partie du nouveau Corps en Christ Jésus. Que les païens sont cohéritiers et membre du même corps et participants de la promesse en Christ Jésus par le moyen de l’Evangile (Eph 3/6).

Il est important de comprendre cela (et de nous arrêter sur l’expression “en Christ”) car Dieu nous  positionne “en Christ Jésus” (personne n’était en Christ avant Actes 2).

Car c’est dans un seul Esprit que nous tous — soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit hommes libres — nous avons reçu le baptême pour appartenir à un seul corps ; et nous avons tous été abreuvés d’un seul Esprit.” (1 Cor 12/13)

L’Esprit de Dieu nous introduit dans le Corps de Christ. Il demeure en chacun de nous, il nous régénère (nouvelle naissance spirituelle). Il ne s’agit pas du baptême dans le Saint-Esprit, revêtement de puissance décrit en Actes 1/8, contrairement à ce que beaucoup supposent. Quand il est fait référence ici dans d’autres versions que la NBS que j’ai utilisée, il s’agit du baptême de régénération décrit en Tite 3/4-5, c’est-à-dire la nouvelle naissance.

Mais lorsque la bonté de Dieu, notre Sauveur, et son amour pour les humains se sont manifestés  — non pas parce que nous aurions fait des œuvres de justice, mais en vertu de sa propre compassion — il nous a sauvés par le bain de la nouvelle naissance et du renouvellement procédant de l’Esprit saint ” (Tite 3/4-5)

Celui qui écoute l’Evangile et croit en Christ reçoit l’Esprit de Dieu (l’Esprit s’unit avec son esprit et le régénère, lui donne la vie nouvelle). C’est par conséquent cette nouvelle naissance, ce baptême de régénération qui introduit, incorpore la personne dans le Corps de Christ.

Ensuite, le baptême adulte par immersion vient confirmer par un témoignage public cette incorporation.

Le baptême dans le Saint-Esprit, qui est une immersion dans la puissance de l’Esprit de Dieu, est tout à fait autre chose, comme nous le voyons dans les Actes.

En lui, vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, la bonne nouvelle de votre salut, en lui, vous êtes venus à la foi et vous avez été scellés de l’Esprit saint qui avait été promis  et qui constitue les arrhes de notre héritage, pour la rédemption de ce qu’il s’est acquis, afin de célébrer sa gloire.” (Eph 1/13-14)

C’est ainsi que si quelqu’un n’a pas reçu l’Esprit de Dieu (le baptême de régénération) n’est pas de Christ – il n’est pas sauvé.

Quant à vous, vous n’êtes pas sous l’empire de la chair, mais sous celui de l’Esprit, s’il est vrai que l’Esprit de Dieu habite en vous. Et si quelqu’un n’a pas l’Esprit du Christ, il ne lui appartient pas.” (Rom 8/9)

Il existe 3 groupes de personnes sur la terre aujourd’hui : les juifs, les païens et (maintenant, après la croix), nous, qui sommes en Christ.

Nous sommes différents car Dieu a fait quelque chose d’entièrement nouveau en nous : il nous  a fait naître de nouveau “en Christ” par l’œuvre de Son Esprit.

Comprenons-le bien : personne n’avait reçu l’Esprit ainsi (demeurant éternellement dans son être, pour le régénérer et le faire naître de nouveau) avant la croix.

l’Esprit de la vérité, que le monde ne peut pas recevoir, parce qu’il ne le voit pas et qu’il ne le connaît pas ; vous, vous le connaissez, parce qu’il demeure auprès de vous et qu’il sera en vous.” (Jean 14/17)

  1. La nouvelle naissance et le baptême dans le Saint-Esprit sont quelque chose de totalement nouveau

Voyons l’exemple de Corneille (cela aide à comprendre ce que nous sommes et ce qu’est l‘Eglise).

Corneille était un homme religieux. ” Il y avait à Césarée un nommé Corneille, centurion de la cohorte appelée italique. Avec toute sa maison, il était pieux et craignait Dieu ; il faisait beaucoup d’actes de compassion en faveur du peuple et priait Dieu constamment.” (Actes 10/1-2)

Cependant, Corneille n’était pas sauvé. Le contexte est Pierre racontant la conversion de Corneille aux leaders de Jérusalem. ” L’Esprit m’a dit de partir avec eux sans la moindre hésitation. Les six frères que voici m’ont accompagné, et nous sommes entrés chez cet homme. Celui-ci nous a raconté comment il avait vu l’ange se présenter chez lui en disant : Envoie quelqu’un à Joppé chercher Simon surnommé Pierre, qui te dira des paroles par lesquelles tu seras sauvé, toi et toute ta maison. Lorsque je me suis mis à parler, l’Esprit saint est tombé sur eux comme il était tombé sur nous au commencement.” (Actes 11/12-15)

Pierre arrive et prêche l’évangile à Corneille et à ceux de sa maison : ”  Dieu l’a ressuscité le troisième jour, et il a permis qu’il apparût,  non à tout le peuple, mais aux témoins choisis d’avance par Dieu, à nous qui avons mangé et bu avec lui, après qu’il fut ressuscité des morts.  Et Jésus nous a ordonné de prêcher au peuple et d’attester que c’est lui qui a été établi par Dieu juge des vivants et des morts.” (Actes 10/40-43)

Au moment de croire l’évangile, Corneille et les siens reçoivent l’Esprit-Saint, ils naissent de nouveau immédiatement !

Comme Pierre prononçait encore ces mots, le Saint-Esprit descendit sur tous ceux qui écoutaient la parole. Tous les fidèles circoncis qui étaient venus avec Pierre furent étonnés de ce que le don du Saint-Esprit était aussi répandu sur les païens.” (Actes 10/44-45)

Toutefois, la disposition de cœur de ces personnes était telle que l’action du Saint-Esprit fut très puissante, l’image employée est celle d’un aigle qui survole sa proie en tournant au-dessus d’elle puis fond subitement sur elle.

De ce fait, la nouvelle naissance de ces gens et leur baptême dans le Saint-Esprit, immersion dans la puissance de l’Esprit de Dieu furent simultanées.

Car ils les entendaient parler en langues et glorifier Dieu. (10-47) Alors Pierre dit: Peut-on refuser l’eau du baptême à ceux qui ont reçu le Saint-Esprit aussi bien que nous ?  Et il ordonna qu’ils fussent baptisés au nom du Seigneur. Sur quoi ils le prièrent de rester quelques jours auprès d’eux.” (Actes 10/46-48)

On savait qu’ils avaient été baptisés dans l’Esprit car cela se voyait et s’entendait puisqu’ils parlaient en langues et glorifiaient Dieu.

Enfin, le baptême d’eau fut la conséquence de cette conversion, nouvelle naissance et revêtement de puissance. Immédiatement incorporés par la nouvelle naissance dans le Corps de Christ, revêtus de sa puissance, il ne restait plus qu’à le signifier publiquement par le baptême d’eau.

Pierre ajoute qu’ils ont reçu l’Esprit tout comme eux (Pierre et les juifs) l’ont reçu avant. Il le répète devant les leaders de l’église de Jérusalem : ” Lorsque je me fus mis à parler, le Saint-Esprit descendit sur eux, comme sur nous au commencement.” (Actes 11/15) et là, il insiste surtout sur le baptême dans le Saint-Esprit, revêtement de puissance qu’eux aussi avaient reçu à la Pentecôte et qui a fait d’eux des témoins, selon Actes 1/8 :

Et je me souvins de cette parole du Seigneur : Jean a baptisé d’eau, mais vous, vous serez baptisés du Saint-Esprit.” (Actes 11/16)

En effet, qu’ils reçoivent le baptême dans le Saint-Esprit en tant que revêtement de puissance était le double sceau qui confirmait l’appartenance de ces païens au Corps de Christ, ce dont Pierre fut spectateur. Pierre fait ici le parallèle avec les paroles de Jésus en Actes 1/5.

Celui qui naît de nouveau devient donc une nouvelle créature. ” Si quelqu’un est dans le Christ, c’est une création nouvelle. Ce qui est ancien est passé : il y a là du nouveau.” (2 Cor 5/17)

Nous ne sommes donc plus ni juifs ni païens mais des enfants de Dieu (car nés de nouveau dans Sa famille par son Esprit).

La foi étant venue, nous ne sommes plus soumis à un surveillant. Car vous êtes tous, par la foi, fils de Dieu en Jésus-Christ.  En effet, vous tous qui avez reçu le baptême du Christ, vous avez revêtu le Christ. Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni homme libre, il n’y a plus ni homme ni femme, car vous tous, vous êtes un en Jésus-Christ.” (Gal 3/25-28)

Aucun homme dans l’Ancien Testament (excepté Adam dans le Jardin) n’est appelé enfant de Dieu. Dieu a commencé quelque chose d’entièrement nouveau en Actes 2 avec la venue de l’Esprit, quelque chose de si nouveau qu’Il ne l’avait même pas révélé aux hommes auparavant. Le chrétien n’est pas juif, le chrétien n’est pas païen. Le chrétien est une créature totalement différente et distincte – c’est un enfant de Dieu par naissance.

Ne soyez une pierre d’achoppement ni pour les Grecs, ni pour les Juifs, ni pour l’Eglise de Dieu” (1 Cor 10/32)

II – L’Eglise : une nouvelle création

  1. Souvenez-vous qu’Israël n’est pas l’Eglise et que l’Eglise n’est pas Israël.

L’Eglise n’est pas non plus une continuation d’Israël (c’est-à-dire l’Israël du Nouveau Testament).

Nous avons vu la clé de tout cela : nous chrétiens (les membres de l’Eglise), nous sommes des nouvelles créatures – nous ne sommes pas juifs, ni païens mais enfants de Dieu (nés de l’Esprit de Dieu).

Nous allons maintenant aborder la question de l’Eglise, l’ensemble de tous les enfants de Dieu.

  1. L’Eglise n’est pas Israël

Pour comprendre l’Eglise (le nouveau Corps de Christ qui comporte les enfants de Dieu), nous devons mieux comprendre Israël. Si vous voulez étudier cette question un peu plus à fond, je vous recommande l’étude de Romains 9 à 11.

Israël, de toute évidence, a rejeté Jésus en tant que son messie et à cause de cela, Dieu a apporté le salut directement aux païens (comme par exemple Corneille).

Je demande donc : ont-ils trébuché pour tomber tout à fait ? Jamais de la vie ! Mais, du fait de leur faute, le salut a été donné aux non-Juifs, afin de provoquer leur jalousie.” (Rom 11/11)

Or, Dieu n’en a pas fini avec son peuple, Israël.

Je demande donc : Dieu a-t-il rejeté son peuple ? Jamais de la vie ! Car je suis moi-même Israélite, de la descendance d’Abraham, de la tribu de Benjamin.” (Rom 11/1)

Notre époque, dans laquelle Dieu traite avec les païens directement est seulement pour un temps. Ensuite, Dieu reportera à nouveau son attention sur Israël – il restaurera Sa nation élue.

Car je ne veux pas, mes frères, que vous ignoriez ce mystère, afin que vous ne vous croyiez pas trop avisés : Israël est devenu obtus, en partie, jusqu’à ce que la totalité des non-Juifs soit entrée.  Et c’est ainsi que tout Israël sera sauvé, comme il est écrit : Le libérateur viendra de Sion, il détournera de Jacob les impiétés” (Rom 11/25-27)

  1. L’Eglise est une “parenthèse”

Dans ces textes de Romains 11, nous voyons la nature de l’époque de l’Eglise : c’est une parenthèse dans le calendrier de Dieu.

Elle a commencé en Actes 2 (à cause du rejet par Israël de Jésus comme son Messie) et elle s’achèvera quand “la plénitude des païens sera entrée”. Quand cela aura lieu, Dieu “fermera la porte” de l’Eglise avec l’Enlèvement.

Aussi, l’Eglise ne peut être Israël, ce sont deux peuples distincts, avec des buts distincts.  Dieu met de côté Israël pour travailler avec l’Eglise parmi les païens.

Dieu enlève l’Eglise pour revenir travailler avec Israël sur la terre.

L’Eglise ne peut pas non plus être une continuation d’Israël car Dieu a suscité l’Eglise d’entre les païens pour exciter la jalousie d’Israël (ce sont des peuples distincts).

Le plan de Dieu est différent pour chacun.

  1. L’Eglise est une nouvelle création – c’est le Corps de Christ

L’Eglise est une nouvelle création (totalement différente et distincte d’Israël) que Dieu a commencé en Actes 2 le jour de la Pentecôte. L’Eglise est le Corps de Christ car elle comporte des membres et les membres, ce sont les disciples, les enfants de Dieu.

Vous êtes le corps du Christ, vous en faites partie, chacun pour sa part.” (1 Cor 12/27)

On devient membre du Corps de Christ par le baptême de régénération, la nouvelle naissance. ” En effet, comme le corps est un, tout en ayant une multitude de parties, et comme toutes les parties du corps, en dépit de leur multitude, ne sont qu’un seul corps, ainsi en est-il du Christ. Car c’est dans un seul Esprit que nous tous — soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit hommes libres — nous avons reçu le baptême pour appartenir à un seul corps ; et nous avons tous été abreuvés d’un seul Esprit.” (1 Cor 12/12-13)

Nous avons déjà vu que personne n’est né de nouveau (personne n’a reçu l’Esprit de Dieu) avant Actes 2. Aussi, l’Eglise a commencé quand les hommes ont commencé à naître de nouveau, étant baptisés pour appartenir à un seul corps, le Corps de Christ.

De plus, Christ n’est pas devenu la Tête du Corps avant sa résurrection et son ascension. ” Il l’a mise en œuvre dans le Christ, en le réveillant d’entre les morts et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, au-dessus de tout principat, de toute autorité, de toute puissance, de toute seigneurie, de tout nom qui puisse se prononcer, non seulement dans ce monde-ci, mais encore dans le monde à venir. Il a tout mis sous ses pieds et l’a donné comme tête, au-dessus de tout, à l’Eglise  qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous.” (Eph 1/20-23)

Avant Actes 1 et l’ascension de Christ, il n’y avait pas d’Eglise car Christ n’était pas encore devenu la Tête. Christ est devenu la Tête de l’Eglise en Actes 1 et l’Eglise, Son Corps avec tous les membres, a commencé en Actes 2 avec la venue de l’Esprit-Saint. L’Eglise est une nouvelle création que Dieu a débuté en Actes 2 quand il a commencé à demeurer dans les croyants, par la nouvelle naissance. La venue du Saint-Esprit en Actes 2 (nouvelle naissance ou régénération + baptême dans le Saint-Esprit, immersion dans sa puissance) marque le commencement de l’Eglise, le Corps de Christ.

CONCLUSION :

En Actes 2, Dieu a commencé quelque chose d’entièrement nouveau. Il nous explique cette nouveauté au travers des écrits de Paul (car il ne l’a pas révélé avant).

Ce qui est clair, c’est que l’Eglise comporte uniquement les croyants nés de nouveau par l’Esprit. Ceux qui naissent de nouveau cessent d’être juifs et païens et deviennent enfants de Dieu, membres du Corps de Christ (l’Eglise).

L’Eglise n’est pas Israël ni une continuation d’Israël. C’est quelque chose de nouveau et de passager que Dieu a commencé en Actes 2 et qu’il ôtera de la terre un jour prochain lors de l’Enlèvement (et il reviendra alors pour traiter directement avec Israël).

D’un côté négatif, il convient de dire que ce qui appartient à Israël (les promesses de  bénédiction, de prospérité, etc. de l’Ancien Testament) appartient encore à Israël. Ceux qui veulent courir après l’Ancien Testament pour ravir à Israël ses promesses (surtout concernant les promesses de bénédiction pour dire “tout est à moi”) commettent une grave erreur.

“” Je connais ta tribulation et ta pauvreté bien que tu sois riche, et les calomnies de la part de ceux qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui sont une synagogue de Satan.” (Apoc 2/9)

Ce qui est d’Israël est pour Israël; Nous ne sommes pas Israël. Nous ne remplaçons pas Israël et nous ne sommes pas une continuation d’Israël. L’Eglise est complètement différente et distincte d’Israël.

Aussi, du côté positif, cela veut dire que l’Eglise (les membres du Corps de christ) a ses propres promesses et la provision de Dieu.

Par exemple, nous sommes nés de nouveau et personne de ne peut dé-naître. Notre salut nous appartient. Nous avons toute bénédiction spirituelle en Christ, une vie riche et abondante en Lui (en Lui, pas dans le monde). Nous avons un plan de vie qui nous motive chaque jour : bâtir le Corps de Christ. Ajoutons des nouveaux membres au Corps par le moyen de l’évangélisation. Aidons les membres du Corps à croitre en Christ par le moyen de la formation de disciples. Ne ravissons pas aux juifs leurs promesses.

Le plan de Dieu ne tourne pas autour de nous car nous ne sommes pas Israël, le peuple élu. Mais en Christ, nous avons la vie, l’amour inconditionnel et une raison pour laquelle vivre. Vivons conformément à ce que nous sommes : des enfants de Dieu et des membres du Corps de Christ.