JOUR DE REPOS OU JOUR DE LA RESURRECTION ?

L’Eglise est quelque chose de nouveau que Dieu a commencé dans Actes 2, avec la venue de l’Esprit-Saint et la nouvelle naissance des croyants. Nous avons vu que l’Eglise n’est pas Israël ni une prolongation d’Israël. C’est quelque chose de nouveau, de différent, de distinct.

Nous ne devons donc pas nous appliquer tout ce que Dieu a promis littéralement à Israël car c’est pour Israël qu’il a faite certaines promesses.

En gardant cela à la pensée, nous allons aborder le thème de l’Eglise, une fois de plus, et parler d’une autre distinction entre elle et Israël : le jour que nous observons.

Devons-nous garder le sabbat (en tant que jour de repos) comme certains le préconisent ou bien le dimanche…Et pourquoi ? Il y a une distinction absolue dans la Bible entre la Loi et la grâce (en tant que “systèmes” ou “économies”).

Or, si c’est par grâce, ce n’est plus par les œuvres ; autrement la grâce n’est plus une grâce. Et si c’est par les œuvres, ce n’est plus une grâce ; autrement l’œuvre n’est plus une œuvre.” (Rom 11/6)

La grâce exclut la Loi et ses œuvres (ce que nous recevons est par grâce, pas par les œuvres). La Loi exclut la grâce (ce qu’on reçoit sous la Loi est ce qui est mérité à cause des œuvres faites). De plus, ces systèmes ont leur propre jour et leur jour est une commémoration de ces systèmes.

I – Le sabbat : un repos des œuvres

Le jour de repos était le septième jour, après six jours de travaux. Aussi, on travaillait les six jours pour se reposer le septième.

  1. Le jour de repos avant la Loi

Ceux qui veulent imposer le sabbat aux chrétiens, en tant que jour de repos, disent souvent qu’en Genèse 2, “Dieu sanctifia le septième jour”.

Ainsi furent achevés les cieux et la terre, et toute leur armée.  Dieu acheva au septième jour son œuvre, qu’il avait faite : et il se reposa au septième jour de toute son œuvre, qu’il avait faite. Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu’en ce jour il se reposa de toute son œuvre qu’il avait créée en la faisant.” (Genèse 2/1-3).

C’est le texte qu’ils utilisent pour dire qu’étant donné que Dieu a béni le Sabbat et l’a sanctifié, il l’a établi comme un jour de repos pour les hommes. Il y a deux problèmes avec cette interprétation :

– d’abord, le texte ne dit pas cela (vous ne voyez aucun commandement pour l’homme ici),

– en second lieu, l’histoire depuis lors ne corrobore pas qu’il s’agit d’un commandement pour l’homme.

De plus, il n’exige pas que l’homme observe le septième jour (ni même que cela implique qu’il le fasse).

Personne  dans l’histoire depuis Adam jusqu’à Moïse n’a observé le sabbat en tant que jour de repos.

Ni Dans la vie d’Abraham (l’élu de Dieu) ni dans la vie de Job (un homme intègre et droit dans les voies de Dieu) on n’en trouve mention. Quand donc les hommes ont-ils commencé à observer le sabbat en tant que jour de repos ?

Dieu a ordonné le jour de repos au Mont Sinaï, quand il a donné la Loi à Moïse et à Israël.

Tu descendis sur la montagne de Sinaï, tu leur parlas du haut des cieux, et tu leur donnas des ordonnances justes, des lois de vérité, des préceptes et des commandements excellents. Tu leur fis connaître ton saint sabbat, et tu leur prescrivis par Moïse, ton serviteur, des commandements, des préceptes et une loi.” (Néhémie 9/13-14)

Avant la Loi, le jour de repos (le 7ème jour) était “saint pour toi” (saint pour Dieu). Avec la Loi, le 7ème jour est devenu aussi “saint pour Israël”.

  1. Le jour de repos dans la Loi

Il y a un autre passage dans l’Ancien Testament qui fixe le moment où Dieu a imposé  le sabbat comme jour de repos. ” Et je les fis sortir du pays d’Egypte, et je les conduisis dans le désert.  Je leur donnai mes lois et leur fis connaître mes ordonnances, que l’homme doit mettre en pratique, afin de vivre par elles. Je leur donnai aussi mes sabbats comme un signe entre moi et eux, pour qu’ils connussent que je suis l’Eternel qui les sanctifie.” (Ez 20/10-12)

Dieu a donné aux hommes (notamment ceux de la nation d’Israël) le jour de repos quand il a délivré Israël de l’Egypte et leur a donné la Loi dans le désert.

De plus, ce passage nous montre le but de ce jour de repos : il sert de signe “entre moi et eux” (entre Dieu et les enfants d’Israël).

Le jour de repos fait partie de la Loi de Moïse et est uniquement pour Israël (en aucune manière il ne s’étend aux païens).

Nous voyons le commandement dans toute sa clarté dans le 4ème commandement. Ici, pour la première fois, Dieu commande clairement à Israël d’observer le septième jour (de repos).

Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier. Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage. Mais le septième jour est le jour du repos de l’Eternel, ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes.  Car en six jours l’Eternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s’est reposé le septième jour : c’est pourquoi l’Eternel a béni le jour du repos et l’a sanctifié.” (Exode 20/8-11)

Dieu a donné le Sabbat (le 7ème jour) comme jour de repos à Israël (uniquement) come signe de l’alliance qu’Il a faite avec eux.

L’Eternel parla à Moïse, et dit: Parle aux enfants d’Israël, et dis-leur : Vous ne manquerez pas d’observer mes sabbats, car ce sera entre moi et vous, et parmi vos descendants, un signe auquel on connaîtra que je suis l’Eternel qui vous sanctifie. Vous observerez le sabbat, car il sera pour vous une chose sainte. Celui qui le profanera, sera puni de mort ; celui qui fera quelque ouvrage ce jour-là, sera retranché du milieu de son peuple. On travaillera six jours ; mais le septième jour est le sabbat, le jour du repos, consacré à l’Eternel. Celui qui fera quelque ouvrage le jour du sabbat, sera puni de mort. Les enfants d’Israël observeront le sabbat, en le célébrant, eux et leurs descendants, comme une alliance perpétuelle.  Ce sera entre moi et les enfants d’Israël un signe qui devra durer à perpétuité ; car en six jours l’Eternel a fait les cieux et la terre, et le septième jour il a cessé son œuvre et il s’est reposé.” (Exode 31/12-17)

Le 7ème jour comme jour de repos est un signe de l’alliance de Moïse et de la Loi (c’est pour cela qu’on doit travailler d’abord pour “mériter” le repos ensuite – les œuvres sont d’abord faites, pendant 6 jours, pour recevoir la bénédiction ensuite ; c’est là la Loi : il faut faire les œuvres pour recevoir la bénédiction : Deut 28 ; Lév 26).

Ce passage ne peut être plus clair sur le fait que le jour de repos est uniquement pour Israël.

Observez les versets 14 et 15 (ils nous amènent au prochain point de notre étude).

Exode 31/14-15 : ceux qui veulent dire que le jour de repos est pour l’Eglise ont de sérieux problèmes.

Si quelqu’un fait un ouvrage quelconque durant le jour de repos, “ Celui qui fera quelque ouvrage le jour du sabbat, sera puni de mort “.

Le jour de repos est un jour de repos complet – on ne peut rien faire, pas même allumer un feu, ni voyager, vendre ou porter une charge.

Cependant, ceux qui aujourd’hui veulent s’approprier le jour de repos font du sabbat un jour de réunions, d’activité religieuse, de service et d’adoration à Dieu.  C’est tout à fait le contraire de ce que Dieu a commandé concernant le sabbat.

En outre, avec la première profanation du jour de repos, le reste du peuple de Dieu doit (Dieu l’a commandé : “ils doivent“) tuer celui qui n’a pas observé un complet repos ce jour-là.

Telle est la loi sur le jour de repos ! On ne peut prendre ce qui est bien et laisser ce qui est mal ; la Loi, c’est la Loi, tout la Loi et elle doit être obéie ou rien. Si quelqu’un dit : “Ah mais…c’était ainsi pour Israël. Pour l’Eglise, c’est différent”.

Comment ? Le problème avec cela est qu’il n’y a aucune instruction dans le Nouveau Testament pour enseigner l’Eglise, concernant comment observer le sabbat. Toute l’instruction concernant comment observer le Sabbat est dans la Loi de Moïse et une face de la monnaie est positive (comment le faire) et l’autre est négative (que faire avec celui qui ne le fait pas : le tuer !). Si nous allons dans le Nouveau Testament, nous voyons que Dieu dit seulement une chose concernant le 7ème jour et le jour de repos…

  1. Le jour de repos et l’Eglise

Dieu a dit que l’observation du 7ème jour, le jour de repos, cessera. ” Je ferai cesser toute sa joie, ses fêtes, ses nouvelles lunes, ses sabbats et toutes ses solennités.” (Osée 2/11)

Une partie du châtiment que Dieu a prononcé sur Israël pour sa rébellion était la cessation de toutes ses fêtes solennelles et de ses jours de repos.

C’est important parce que :

– durant tout l’Ancien testament, dès que Dieu a donné la Loi par le moyen de Moïse, jusqu’à Christ, Israël observait (ou aurait dû observer) les jours de repos.

– de plus, le jour de repos pour Israël est quelque chose de “perpétuel”.

Exode 31/16 : c’est une alliance perpétuelle que Dieu a faite avec Israël (elle ne cessera pas).

Matthieu 24/20 : Israël observera le sabbat (le jour de repos) durant la Tribulation.

– Ez 46/1 Israël gardera le sabbat durant le Millénium.

– Es 66/23 : Israël observera le sabbat durant l’éternité.

Oui, Israël devait observer le jour de repos durant l’Ancien Testament, dès le commencement de la Loi avec Moïse et il l’observera au cours de la Tribulation, durant le Millénium et pour l’éternité. Quand cesseront leurs jours de repos comme le dit Osée 2/11 (comme châtiment pour leur désobéissance ou rébellion).

Rom 11/11-25 : Dieu  a fait cesser le jour de repos en commençant l’époque de grâce, quand il a écarté les branches d’Israël pour greffer les branches des gentils.

Pourtant, cette situation est passagère car Dieu coupera les branches des païens (lors de l’Enlèvement de l’Eglise) et greffera les branches d’Israël à nouveau.

En ce jour-là, après notre Enlèvement,         Israël observera à nouveau ses jours de repos (lors de la Tribulation, au cours du Millénium et dans l’éternité).

Personne actuellement, sous le système de la grâce, ne devrait être tenu d’observer le 7ème jour car tout cela a cessé. Il y a un nouveau système maintenant basé sur l’œuvre de Christ.

Christ a accompli la Loi, toute la Loi, au pied de la lettre.

L’Eternel dit à Moïse : Monte vers moi sur la montagne, et reste là ; je te donnerai des tables de pierre, la loi et les ordonnances que j’ai écrites pour leur instruction… Moïse fut là avec l’Eternel quarante jours et quarante nuits. Il ne mangea point de pain, et il ne but point d’eau. Et l’Eternel écrivit sur les tables les paroles de l’alliance, les dix paroles.” (Ex 24/12; 34/28)

Or, si le ministère de la mort, gravé avec des lettres sur des pierres, a été glorieux, au point que les fils d’Israël ne pouvaient fixer les regards sur le visage de Moïse, à cause de la gloire de son visage, bien que cette gloire fût passagère, combien le ministère de l’esprit ne sera-t-il pas plus glorieux ! Si le ministère de la condamnation a été glorieux, le ministère de la justice est de beaucoup supérieur en gloire. Et, sous ce rapport, ce qui a été glorieux ne l’a point été, à cause de cette gloire qui lui est supérieure. En effet, si ce qui était passager a été glorieux, ce qui est permanent est bien plus glorieux. Ayant donc cette espérance, nous usons d’une grande liberté, et nous ne faisons pas comme Moïse, qui mettait un voile sur son visage, pour que les fils d’Israël ne fixassent pas les regards sur la fin de ce qui était passager. Mais ils sont devenus durs d’entendement. Car jusqu’à ce jour le même voile demeure quand, ils font la lecture de l’Ancien Testament, et il ne se lève pas, parce que c’est en Christ qu’il disparaît.” (2 Cor 3/7-14).

Selon le v 13, sachant que Christ a accompli la Loi de Moïse, la Loi (toute la Loi y compris ce que Dieu a écrit sur les tables de pierre : les Dix Commandements) a été “abolie”.

Il y a ainsi abolition d’une ordonnance antérieure, à cause de son impuissance et de son inutilité” (Héb 7/18)

V 14 ; sachant que Christ a accompli la Loi, tout le système de Moïse est “aboli”. En disant Nouvelle Alliance, il a considéré le 1er système comme vieux d’abord : ” En disant : une alliance nouvelle, il a déclaré la première ancienne ; or, ce qui est ancien, ce qui a vieilli, est près de disparaître.” (Héb 8/13)

Après avoir dit d’abord : Tu n’as voulu et tu n’as agréé ni sacrifices ni offrandes, Ni holocaustes ni sacrifices pour le péché ce qu’on offre selon la loi, il dit ensuite : Voici, je viens Pour faire ta volonté. Il abolit ainsi la première chose pour établir la seconde. C’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus-Christ, une fois pour toutes.” (Héb 10/8-9)

Le fait d’abolir le premier système (le système de Moïse) et abolir la Loi (de Moïse) inclut aussi les Dix Commandements (car ils font partie de la Loi – Rom 7/1-4, 7).

C’est comme effacer tout sur l’ardoise pour commencer quelque chose de complétement nouveau en Christ.

C’est pour cela qu’il est très important de prêter attention au fait que l’ensemble des Dix commandements sont répétés dans le Nouveau Testament… Sauf un : le jour de repos.

– le 1er commandement concerne le polythéisme : Actes 14/15 ” O hommes, pourquoi agissez-vous de la sorte ? Nous aussi, nous sommes des hommes de la même nature que vous ; et, vous apportant une bonne nouvelle, nous vous exhortons à renoncer à ces choses vaines, pour vous tourner vers le Dieu vivant, qui a fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qui s’y trouve.”

– le 2ème concerne l’idolâtrie : 1 Jean 5/21 ” Petits enfants, gardez-vous des idoles.

– le 3ème concerne le blasphème : Jacques 5/12 ” Avant toutes choses, mes frères, ne jurez ni par le ciel, ni par la terre, ni par aucun autre serment. Mais que votre oui soit oui, et que votre non soit non, afin que vous ne tombiez pas sous le jugement.”

– le 4ème concerne le jour de repos [aucun commandement pour l’Eglise]

– le 5ème concerne le fait d’obéir aux parents : Ephésiens 6/1 ” Enfants, obéissez à vos parents, selon le Seigneur, car cela est juste.”

– le 6ème concerne l’homicide : 1 Jean 3/15 ” Quiconque hait son frère est un meurtrier, et vous savez qu’aucun meurtrier n’a la vie éternelle demeurant en lui.

– le 7ème concerne l’adultère : 1 Cor 6/9-10 ” Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point le royaume de Dieu ? Ne vous y trompez pas : ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n’hériteront le royaume de Dieu.”

Matthieu 5/27-28 ” Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras point d’adultère. Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur.”

– le 8ème concerne le fait de voler : Eph 4/28 ” Que celui qui dérobait ne dérobe plus ; mais plutôt qu’il travaille, en faisant de ses mains ce qui est bien, pour avoir de quoi donner à celui qui est dans le besoin.”

– le 9ème concerne le mensonge : Col 3/9-10 ” Ne mentez pas les uns aux autres, vous étant dépouillés du vieil homme et de ses œuvres, et ayant revêtu l’homme nouveau, qui se renouvelle, dans la connaissance, selon l’image de celui qui l’a créé.”

– le 10ème concerne la convoitise : 1 Cor 10/6 ” Or, ces choses sont arrivées pour nous servir d’exemples, afin que nous n’ayons pas de mauvais désirs, comme ils en ont eu.”

2 Pi 2/14 ” Ils ont les yeux pleins d’adultère et insatiables de péché ; ils amorcent les âmes mal affermies ; ils ont le cœur exercé à la cupidité ; ce sont des enfants de malédiction.”

Dieu a effacé l’ardoise avec le sang de Christ et a écrit à nouveau seulement 9 commandements sur les 10.

Sous le système de grâce en Christ, le croyant n’a à observer aucun aspect de la Loi (et Dieu est très clair dans le Nouveau Testament pour dire que cela inclut le jour de repos). ” Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune, ou des sabbats: c’était l’ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ.” (Col 2/16-17)

Maintenant, en Christ, nous ne devons pas revenir à l’observation des jours de la Loi de Moïse. ” mais à présent que vous avez connu Dieu, ou plutôt que vous avez été connus de Dieu, comment retournez-vous à ces faibles et pauvres rudiments, auxquels de nouveau vous voulez vous asservir encore ? Vous observez les jours, les mois, les temps et les années !” (Galates 4/9-10)

En Christ, sous la grâce, Dieu a désigné un nouveau jour. Le samedi (le 7ème jour) est un jour de repos des œuvres et le dimanche (le premier jour) est…

II – Le dimanche : un mémorial de la nouvelle œuvre de grâce en Christ

  1. Le 1er jour de la semaine, Christ est ressuscité d’entre les morts et a vaincu la mort (qui est le dernier ennemi ; aussi, le 1er jour de la semaine est la “dernière victoire”)

Le premier jour de la semaine, Marie de Magdala se rendit au sépulcre dès le matin, comme il faisait encore obscur ; et elle vit que la pierre était ôtée du sépulcre.” (Jean 20/1)

Ce jour de la résurrection de  Christ (le 1er jour de la semaine) fut le jour où Christ devint la “pierre de l’angle”. Voyez ce que dit Pierre au sujet du jour de la résurrection : ” sachez-le tous, et que tout le peuple d’Israël le sache ! C’est par le nom de Jésus-Christ de Nazareth, que vous avez crucifié, et que Dieu a ressuscité des morts, c’est par lui que cet homme se présente en pleine santé devant vous. Jésus est La pierre rejetée par vous qui bâtissez, Et qui est devenue la principale de l’angle.” (Actes 4/9-10)

Ce jour (le dimanche, le 1er jour de la semaine le dimanche de la résurrection de Christ) est notre jour de joie, d’allégresse et de célébration. La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient Est devenue la principale de l’angle. C’est de l’Eternel que cela est venu : C’est un prodige à nos yeux.  C’est ici la journée que l’Eternel a faite: Qu’elle soit pour nous un sujet d’allégresse et de joie !” (Ps 118/22-24)

Christ est mort pour nous et pour nos péchés mais il est ressuscité le dimanche pour nous donner la vie ! Le dimanche est notre jour car le dimanche fut le jour que Dieu a choisi pour ressusciter Son Fils d’entre les morts et l’établir comme “pierre d’angle” (en tant que Seigneur de tout et vainqueur de tout ennemi). Il a choisi le dimanche comme jour de, joie, d’allégresse et de célébration.

  1. Pensez à ce que signifie le 1er jour de la semaine dans la nouvelle œuvre de Dieu après la résurrection de Christ

Le 1er jour de la semaine, Christ s’est réuni avec ses disciples dans la puissance et la présence fraternelle de Sa résurrection (nouveau pouvoir, nouvelle relation, nouvelle communion).

Dans Luc 24/1, nous voyons que Christ est ressuscité “le premier jour de la semaine” (le dimanche).

Luc 24/13 ” Et voici, ce même jour, deux disciples allaient à un village nommé Emmaüs, éloigné de Jérusalem de soixante stades” Il se trouvait donc le dimanche avec deux de ses disciples sur le chemin d’Emmaüs mais ils ne l’ont pas reconnu tout de suite (v 30-32).

Luc 24/33-35 ” Se levant à l’heure même, ils retournèrent à Jérusalem, et ils trouvèrent les onze, et ceux qui étaient avec eux, assemblés  et disant : Le Seigneur est réellement ressuscité, et il est apparu à Simon. Et ils racontèrent ce qui leur était arrivé en chemin, et comment ils l’avaient reconnu au moment où il rompit le pain.”

Ils vont aller le raconter aux apôtres à Jérusalem.

Luc 24/36 ” Tandis qu’ils parlaient de la sorte, lui-même se présenta au milieu d’eux, et leur dit : La paix soit avec vous !” Ce même dimanche, le Seigneur ressuscité se réunit avec Ses disciples, dans la puissance et la nouvelle communion (sur la base de la résurrection).

Le 1er jour de la semaine, Christ a institué la “Cène du Seigneur” qui symbolise la Nouvelle Alliance basée sur Sa mort et “déclarée avec puissance” par Sa résurrection d’entre les morts.

Matthieu 26/17-29 ” Le premier jour des pains sans levain, les disciples s’adressèrent à Jésus, pour lui dire : Où veux-tu que nous te préparions le repas de la Pâque ?  Il répondit : Allez à la ville chez un tel, et vous lui direz : Le maître dit : Mon temps est proche ; je ferai chez toi la Pâque avec mes disciples. Les disciples firent ce que Jésus leur avait ordonné, et ils préparèrent la Pâque. Le soir étant venu, il se mit à table avec les douze.  Pendant qu’ils mangeaient, il dit : Je vous le dis en vérité, l’un de vous me livrera. Ils furent profondément attristés, et chacun se mit à lui dire : Est-ce moi, Seigneur ? Il répondit : Celui qui a mis avec moi la main dans le plat, c’est celui qui me livrera. Le Fils de l’homme s’en va, selon ce qui est écrit de lui. Mais malheur à l’homme par qui le Fils de l’homme est livré ! Mieux vaudrait pour cet homme qu’il ne fût pas né. Judas, qui le livrait, prit la parole et dit : Est-ce moi, Rabbi ? Jésus lui répondit : Tu l’as dit. Pendant qu’ils mangeaient, Jésus prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna aux disciples, en disant : Prenez, mangez, ceci est mon corps. Il prit ensuite une coupe ; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant : Buvez-en tous ;  car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés.  Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce fruit de la vigne, jusqu’au jour où j’en boirai du nouveau avec vous dans le royaume de mon Père“.

Christ a institué la Cène du Seigneur “le premier jour de la fête des pains sans levain” (v 17).

Exode 12/15-20 ” Pendant sept jours, vous mangerez des pains sans levain. Dès le premier jour, il n’y aura plus de levain dans vos maisons ; car toute personne qui mangera du pain levé, du premier jour au septième jour, sera retranchée d’Israël. Le premier jour, vous aurez une sainte convocation ; et le septième jour, vous aurez une sainte convocation. On ne fera aucun travail ces jours-là ; vous pourrez seulement préparer la nourriture de chaque personne. Vous observerez la fête des pains sans levain, car c’est en ce jour même que j’aurai fait sortir vos armées du pays d’Egypte ; vous observerez ce jour comme une loi perpétuelle pour vos descendants. Le premier mois, le quatorzième jour du mois, au soir, vous mangerez des pains sans levain jusqu’au soir du vingt et unième jour.  Pendant sept jours, il ne se trouvera point de levain dans vos maisons ; car toute personne qui mangera du pain levé sera retranchée de l’assemblée d’Israël, que ce soit un étranger ou un indigène. Vous ne mangerez point de pain levé ; dans toutes vos demeures, vous mangerez des pains sans levain.”

La fête des pains sans levain était célébrée pendant 7 jours (une semaine entière, du dimanche au samedi) ; aussi, le 1er jour était le premier jour de la semaine et le dernier jour était le 7ème, un jour de repos).

Le 1er jour de la semaine, christ a donné des instructions à Ses disciples concernant leur ministère envers Lui, étant donné sa résurrection.

Cela se voit à nouveau, dans Luc 24/1 : Christ est ressuscité le er jour de la semaine et v 13, le même jour, il rencontre les disciples sur le chemin d’Emmaüs et le même jour encore, il apparaît aux apôtres.

Ce même dimanche, le Seigneur a donné des instructions concernant leur ministère qui serait basé sur Sa résurrection et la nouvelle vie qu’il a obtenue. ” Puis il leur dit : C’est là ce que je vous disais lorsque j’étais encore avec vous, qu’il fallait que s’accomplît tout ce qui est écrit de moi dans la loi de Moïse, dans les prophètes, et dans les psaumes. Alors il leur ouvrit l’esprit, afin qu’ils comprissent les Ecritures.” (Luc 24/44-45)

Le 1er jour de la semaine, Christ a donné à Ses disciples la Grande Commission de prêcher l’évangile à toute créature dans le monde entier (même contexte que dans Luc 24).

Et il leur dit : Ainsi il est écrit que le Christ souffrirait, et qu’il ressusciterait des morts le troisième jour, et que la repentance et le pardon des péchés seraient prêchés en son nom à toutes les nations, à commencer par Jérusalem. Vous êtes témoins de ces choses. Et voici, j’enverrai sur vous ce que mon Père a promis ; mais vous, restez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’en haut.” (Luc 24/46-49)

Le 1er jour de la semaine, Chris test monté au ciel et a présenté Son sang devant le Père, achevant son œuvre d’expiation (voir Lévitique 16/1-34 et l’étude sur l’expiation faite par ailleurs)?

Jean 20/1,11-18 ” Le premier jour de la semaine, Marie de Magdala se rendit au sépulcre dès le matin, comme il faisait encore obscur ; et elle vit que la pierre était ôtée du sépulcre… Cependant Marie se tenait dehors près du sépulcre, et pleurait. Comme elle pleurait, elle se baissa pour regarder dans le sépulcre ;  et elle vit deux anges vêtus de blanc, assis à la place où avait été couché le corps de Jésus, l’un à la tête, l’autre aux pieds. Ils lui dirent : Femme, pourquoi pleures-tu ? Elle leur répondit: Parce qu’ils ont enlevé mon Seigneur, et je ne sais où ils l’ont mis. En disant cela, elle se retourna, et elle vit Jésus debout ; mais elle ne savait pas que c’était Jésus. Jésus lui dit : Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? Elle, pensant que c’était le jardinier, lui dit : Seigneur, si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as mis, et je le prendrai. Jésus lui dit : Marie ! Elle se retourna, et lui dit en hébreu : Rabbouni ! C’est-à-dire, Maître !  Jésus lui dit : Ne me touche pas ; car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Mais va trouver mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. Marie de Magdala alla annoncer aux disciples qu’elle avait vu le Seigneur, et qu’il lui avait dit ces choses.”

Hébreux 9/11-28 ” Mais Christ est venu comme souverain sacrificateur des biens à venir ; il a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait, qui n’est pas construit de main d’homme, c’est-à-dire, qui n’est pas de cette création ;  et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle. Car si le sang des taureaux et des boucs, et la cendre d’une vache, répandue sur ceux qui sont souillés, sanctifient et procurent la pureté de la chair, combien plus le sang de Christ, qui, par un esprit éternel, s’est offert lui-même sans tache à Dieu, purifiera-t-il votre conscience des œuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant ! Et c’est pour cela qu’il est le médiateur d’une nouvelle alliance, afin que, la mort étant intervenue pour le rachat des transgressions commises sous la première alliance, ceux qui ont été appelés reçoivent l’héritage éternel qui leur a été promis. Car là où il y a un testament, il est nécessaire que la mort du testateur soit constatée. Un testament, en effet, n’est valable qu’en cas de mort, puisqu’il n’a aucune force tant que le testateur vit. Voilà pourquoi c’est avec du sang que même la première alliance fut inaugurée. Moïse, après avoir prononcé devant tout le peuple tous les commandements de la loi, prit le sang des veaux et des boucs, avec de l’eau, de la laine écarlate, et de l’hysope ; et il fit l’aspersion sur le livre lui-même et sur tout le peuple, en disant : Ceci est le sang de l’alliance que Dieu a ordonnée pour vous. Il fit pareillement l’aspersion avec le sang sur le tabernacle et sur tous les ustensiles du culte. Et presque tout, d’après la loi, est purifié avec du sang, et sans effusion de sang il n’y a pas de pardon. Il était donc nécessaire, puisque les images des choses qui sont dans les cieux devaient être purifiées de cette manière, que les choses célestes elles-mêmes le fussent par des sacrifices plus excellents que ceux-là. Car Christ n’est pas entré dans un sanctuaire fait de main d’homme, en imitation du véritable, mais il est entré dans le ciel même, afin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu. Et ce n’est pas pour s’offrir lui-même plusieurs fois qu’il y est entré, comme le souverain sacrificateur entre chaque année dans le sanctuaire avec du sang étranger ; autrement, il aurait fallu qu’il eût souffert plusieurs fois depuis la création du monde, tandis que maintenant, à la fin des siècles, il a paru une seule fois pour abolir le péché par son sacrifice. Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement, de même Christ, qui s’est offert une seule fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l’attendent pour leur salut.”

Ce fut alors (ce même dimanche, le 1er jour de la semaine) qu’Il monta au 3ème ciel et présenta son sang devant le Père, achevant l’œuvre de l’expiation (puis il revint sur la terre et passa 40 jours avec les Siens avant de monter à nouveau en Actes 1/9 ” Après avoir dit cela, il fut élevé pendant qu’ils le regardaient, et une nuée le déroba à leurs yeux.”

Jean 20/1,19-23 “ Le premier jour de la semaine, Marie de Magdala se rendit au sépulcre dès le matin, comme il faisait encore obscur ; et elle vit que la pierre était ôtée du sépulcre… Le soir de ce jour, qui était le premier de la semaine, les portes du lieu où se trouvaient les disciples étant fermées, à cause de la crainte qu’ils avaient des Juifs, Jésus vint, se présenta au milieu d’eux, et leur dit : La paix soit avec vous ! Et quand il eut dit cela, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent dans la joie en voyant le Seigneur Jésus leur dit de nouveau : La paix soit avec vous ! Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. Après ces paroles, il souffla sur eux, et leur dit : Recevez le Saint-Esprit. Ceux à qui vous pardonnerez les péchés, ils leur seront pardonnés ; et ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus.”

Le 1er jour de la semaine, Christ “souffla” sur Ses disciples et leur dit : “recevez le Saint-Esprit” (une onction spéciale à ce moment-là dans l’attente du baptême dans le Saint-Esprit qui viendrait le jour de la Pentecôte).

Comme il se trouvait avec eux, il leur recommanda de ne pas s’éloigner de Jérusalem, mais d’attendre ce que le Père avait promis, ce que je vous ai annoncé, leur dit-il ; car Jean a baptisé d’eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit.” (Actes 1/4-5)

Le 1er jour de la semaine, les disciples ont reçu le Saint-Esprit (le baptême dans le Saint-Esprit).

Le 1er jour de la semaine, Paul réunissait les disciples du Seigneur pour partager le pain avec eux et leur prêcher la Parole de Dieu.

Pour nous, après les jours des pains sans levain, nous nous embarquâmes à Philippes, et, au bout de cinq jours, nous les rejoignîmes à Troas, où nous passâmes sept jours. Le premier jour de la semaine, nous étions réunis pour rompre le pain. Paul, qui devait partir le lendemain, s’entretenait avec les disciples, et il prolongea son discours jusqu’à minuit.” (Actes 20/6-7)

Notez qu’ils sont restés à Troas 7 jours – toute une semaine. Par conséquent, ils étaient là-bas tant un samedi qu’un dimanche. Paul avait donc toute la liberté de choisir l’un des deux jours pour exercer son ministère parmi l’assemblée de chrétiens.

Il a choisi (v 7) le 1er jour de la semaine, pas le 7ème.

Les chrétiens de l’église à Corinthe se réunissaient à Corinthe chaque premier jour de la semaine (ils recueillaient ainsi une offrande chaque premier jour de la semaine).

Que chacun de vous, le premier jour de la semaine, mette à part chez lui ce qu’il pourra, selon sa prospérité, afin qu’on n’attende pas mon arrivée pour recueillir les dons.” (1 Cor 16/2)

  1. Le nouveau jour (le premier jour de la semaine) typifie (symbolise) le nouveau système de grâce imméritée en Christ Jésus

Le 1er jour de la semaine est un symbole de tout ce que Dieu fait désormais, sous la grâce, en Christ. Le 7ème jour est un  symbole de tout ce que Dieu faisait sous la Loi de Moïse.

Le 7ème jour, l’homme se reposait de tout son travail.

Il en est ainsi de tout le système de la Loi (c’est une alliance d’œuvres). Sous la Loi, l’homme doit faire le bien pour recevoir la bénédiction de Dieu. Sous la Loi, l’homme travaillait fidèlement pendant 6 jours pour se reposer complètement au cours du 7ème. La Loi est un système d’œuvres (pendant 6 jours) pour mériter la bénédiction (un jour de repos).

Par ailleurs, l’observation du 1er jour de la semaine est un symbole de la grâce imméritée (c’est-à-dire grâce sans œuvres). L’observation du 1er jour de la semaine nous montre en symbole comment fonctionne le nouveau système de grâce en Christ Jésus.

Nous commençons par un jour de bénédiction. Ce n’est pas un jour de “repos” car nous n’avons pas travaillé – c’est le 1er jour (avant tous les autres de la semaine). C’est un jour de célébration, de joie et d’allégresse dû à l’œuvre de Christ.

Ensuite, nous vivons le reste de la semaine en nous basant sur la bénédiction que nous avons reçue par grâce. Il en est ainsi du système (et du salut) sous la grâce. Dieu nous donne le salut et toute bénédiction spirituelle en Christ d’abord et ensuite (pleins de joie, d’allégresse, de reconnaissance et de loyauté), nous vivons dans la puissance d’une nouvelle relation avec Dieu qui est fondée sur Christ et Ses œuvres (pas les nôtres).

Les 2 jours sont pour 2 peuples sous 2 systèmes totalement différents et distincts :

– le jour de repos est pour le peuple qui doit travailler,

– le dimanche (“de célébration”) est le jour qui nous appartient, nous qui sommes en Christ, sous la grâce.

O Galates, dépourvus de sens ! Qui vous a fascinés, vous, aux yeux de qui Jésus-Christ a été peint comme crucifié ? Voici seulement ce que je veux apprendre de vous : Est-ce par les œuvres de la loi que vous avez reçu l’Esprit, ou par la prédication de la foi ? Etes-vous tellement dépourvus de sens ? Après avoir commencé par l’Esprit, voulez-vous maintenant finir par la chair ? Avez-vous tant souffert en vain ? Si toutefois c’est en vain. Celui qui vous accorde l’Esprit, et qui opère des miracles parmi vous, le fait-il donc par les œuvres de la loi, ou par la prédication de la foi ? “(Galates 3/1-5)

mais à présent que vous avez connu Dieu, ou plutôt que vous avez été connus de Dieu, comment retournez-vous à ces faibles et pauvres rudiments, auxquels de nouveau vous voulez vous asservir encore ?  Vous observez les jours, les mois, les temps et les années !” (Galates 4/9-10)

C’est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude.” (Galates 5/1)

Les 2 jours indiquent la relation que l’on a avec Dieu sous les 2 systèmes, Loi et grâce.

– on observait le 7ème jour avec l’espérance qu’un jour, Dieu nous accepterait (et il le ferait si on était fidèle à l’alliance des œuvres),

– nous observons le 1er jour de la semaine comme célébration du fait que Dieu en Christ nous a acceptés. ” à la louange de la gloire de sa grâce qu’il nous a accordée en son bien-aimé.” (Eph 1/6)

CONCLUSION :

L’Eglise est quelque chose de totalement nouveau que Dieu a commencé en Actes 2 et qu’il va bâtir jusqu’à notre Enlèvement. L’Eglise n’est pas Israël, l’Eglise n’est pas une continuation d’Israël. Israël est lié à Dieu au moyen d’une alliance basée sur les œuvres et le signe de cette alliance est le sabbat (un jour de repos qu’on mérite après 6 jours de fidèle travail).

L’Eglise est liée à Dieu par le moyen de la Nouvelle Alliance de grâce en Christ Jésus et nous nous réunissons les dimanches (le 1er jour de la semaine) pour célébrer avec joie et allégresse tout ce que Christ z fait pour nous. Si nous changeons le 1er jour pour le 7ème, nous dérobons à Christ quelque chose de Sa gloire !

Si nous observons le sabbat, nous affirmons que nous méritons la bénédiction de Dieu à cause de nos œuvres (et nous avons la gloire parce que tout est basé sur ce que nous faisons).

En nous réunissant le 1er jour de la semaine, nous exaltons et glorifions Christ Jésus, en disant au monde : “voyez ce que Christ a fait pour nous !”

Deux questions se posent :

  1. Etes-vous certain de votre salut en Christ par grâce, par le moyen de la foi ? Ou bien vous confiez-vous encore en vos œuvres pour mériter le grand repos du salut ? ” Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie.” (Eph 2/8-9)
  2. Chrétien : est-ce que tu grandis dans la grâce (dans une relation personnelle avec Dieu basée sur Christ et Son œuvre) ou continues-tu à te confier en tes propres œuvres pour mériter la faveur de Dieu et pour te conformer à l’image de Christ ?

O Galates, dépourvus de sens ! Qui vous a fascinés, vous, aux yeux de qui Jésus-Christ a été peint comme crucifié ? Voici seulement ce que je veux apprendre de vous : Est-ce par les œuvres de la loi que vous avez reçu l’Esprit, ou par la prédication de la foi ? Etes-vous tellement dépourvus de sens ? Après avoir commencé par l’Esprit, voulez-vous maintenant finir par la chair ? Avez-vous tant souffert en vain ? Si toutefois c’est en vain. Celui qui vous accorde l’Esprit, et qui opère des miracles parmi vous, le fait-il donc par les œuvres de la loi, ou par la prédication de la foi ? “(Galates 3/1-5)

Souvenez-vous : Nous ne travaillons pas pour recevoir la bénédiction. Nous avons déjà reçu la bénédiction et cela nous motive (avec joie, allégresse, reconnaissance et loyauté) à travailler, à marcher avec dieu en Christ Jésus et à rechercher à lui être agréables en toutes choses.