2 Rois 22/14-20 : «  Le sacrificateur Hilqiya, Ahiqam, Akbor, Chaphân et Asaya allèrent auprès de la prophétesse Houlda, femme de Challoum, fils de Tiqva, fils de Harhas, gardien des vêtements. Elle habitait à Jérusalem, dans la ville nouvelle. Après qu’ils lui eurent parlé, elle leur dit : Ainsi parle l’Éternel, le Dieu d’Israël : Dites à l’homme qui vous a envoyés vers moi : Ainsi parle l’Éternel : Je vais faire venir un malheur sur ce lieu et sur ses habitants, selon toutes les paroles du livre qu’a lu le roi de Juda. Puisqu’ils m’ont abandonné et qu’ils ont brûlé des parfums à d’autres dieux, afin de m’irriter par toute l’œuvre de leurs mains, ma fureur s’est enflammée contre ce lieu : elle ne s’éteindra pas. Mais vous direz au roi de Juda qui vous a envoyés pour consulter l’Éternel : Ainsi parle l’Éternel, le Dieu d’Israël, (au sujet) des paroles que tu as entendues : Parce que ton cœur a été touché, parce que tu t’es humilié devant l’Éternel en entendant ce que j’ai dit contre ce lieu et contre ses habitants qui seront un objet de désolation et de mépris, et parce que tu as déchiré tes vêtements et que tu as pleuré devant moi, moi aussi, j’ai entendu, — oracle de l’Éternel. C’est pourquoi, je te recueillerai auprès de tes pères, tu seras recueilli en paix dans (l’un de) tes tombeaux, et tes yeux ne verront pas tout le malheur que je ferai venir sur ce lieu. Ils rapportèrent cette réponse au roi.  »

2 Chroniques 34/21-33 «  Allez consulter l’Éternel pour moi et pour ceux qui restent en Israël et en Juda, au sujet des paroles de ce livre qu’on a trouvé ; car grande est la fureur de l’Éternel qui s’est répandue sur nous, parce que nos pères n’ont pas observé la parole de l’Éternel pour agir selon tout ce qui est écrit dans ce livre. Hilqiya et ceux qu’avait désignés le roi allèrent auprès de la prophétesse Houlda, femme de Challoum, fils de Toqehath, fils de Hasra, gardien des vêtements. Elle habitait à Jérusalem, dans la ville nouvelle. Ils lui parlèrent comme convenu. Elle leur dit : Ainsi parle l’Éternel, le Dieu d’Israël : Dites à l’homme qui vous a envoyés vers moi : Ainsi parle l’Éternel : Je vais faire venir un malheur sur ce lieu et sur ses habitants, (selon) toutes les malédictions écrites dans le livre qu’on a lu devant le roi de Juda. Puisqu’ils m’ont abandonné et qu’ils ont brûlé des parfums à d’autres dieux, afin de m’irriter par toutes les œuvres de leurs mains, ma fureur s’est répandue sur ce lieu : elle ne s’éteindra pas. Mais vous direz au roi de Juda qui vous a envoyés pour consulter l’Éternel : Ainsi parle l’Éternel, le Dieu d’Israël, (au sujet) des paroles que tu as entendues : Parce que ton cœur a été touché, parce que tu t’es humilié devant Dieu en entendant ses paroles contre ce lieu et contre ses habitants, parce que tu t’es humilié devant moi, parce que tu as déchiré tes vêtements et que tu as pleuré devant moi, moi aussi, j’ai entendu, — oracle de l’Éternel. Je te recueillerai auprès de tes pères, tu seras recueilli en paix dans (l’un de) tes tombeaux, et tes yeux ne verront pas tout le malheur que je ferai venir sur ce lieu et sur ses habitants. Ils rapportèrent cette réponse au roi. Le roi envoya rassembler tous les anciens de Juda et de Jérusalem. Puis le roi monta à la maison de l’Éternel, avec tous les hommes de Juda et les habitants de Jérusalem, les sacrificateurs, les Lévites et tout le peuple, du plus grand jusqu’au plus petit. Il lut à leurs oreilles toutes les paroles du livre de l’alliance qu’on avait trouvé dans la maison de l’Éternel. Le roi se tenait à sa place et devant l’Éternel, il conclut cette alliance : suivre l’Éternel et observer ses commandements, ses préceptes et ses prescriptions, de tout son cœur et de toute son âme, afin d’agir selon les paroles de l’alliance écrites dans ce livre. Il fit adhérer (à l’alliance) tous ceux qui se trouvaient à Jérusalem et en Benjamin ; et les habitants de Jérusalem agirent selon l’alliance de Dieu, du Dieu de leurs pères. Josias écarta toutes les horreurs venues de tous les pays et appartenant aux Israélites. Il obligea tous ceux qui se trouvaient en Israël à servir l’Éternel, leur Dieu. Pendant toute sa vie, ils ne s’écartèrent pas de l’Éternel, le Dieu de leurs pères.  »

Nous avons vu plusieurs femmes occupant des positions éminentes dans l’histoire d’Israël. Même le trône de Juda a été occupée par une reine durant plusieurs années : Athalie. Nous n’avons vu aucune femme qui ait été appelée prophétesse, sinon Déborah. Déborah a été élevée à sa charge militaire à une époque où les hommes semblaient avoir perdu la vigueur. Elle leur a servi d’inspiration.

A cette époque de désordre en Israël et Juda, nous voyons deux femmes assumer des positions clés dans les affaires de l’état. Yehochéba, préservant la lignée royale par une action audacieuse, alors que les hommes se dérobaient. Houlda, témoignant du nom de l’Eternel.

Dans le culte d’Israël, seul les hommes pouvaient être sacrificateurs. Même l’agneau du sacrifice devait être un mâle, pas une femelle. Dans le monde païen, les femmes ont occupé des places prééminentes dans les cercles religieux, parmi les devineresses, les pythonisses et le Sybille. L’oracle de Delphes et en Pythie était sous la responsabilité d’une femme. La femme a une puissante imagination et sensibilité. Elle a une plus grande intuition que l’homme et il semble qu’elle puisse être ravie en extase avec plus de facilité que les hommes. Dans l’histoire du peuple juif, il y a très peu de femmes qui sont considérées comme prophétesses. Nous en voyons une dans le royaume de Josias.

Les efforts d’Houlda semblent avoir été bénis. Ezéchias avait finalement réagi conte la dissolution morale et spirituelle qui avait continué après Athalie. Mais cette réaction était allé s’évanouissant. Sous Manassé, elle avait disparu et le climat moral était pire. A sa mort, la réforme était nécessaire.

Ensuite apparaît la figure de Josias, un règne grand et beau, probablement sous l’inspiration de Jedida mais de façon particulière avec la prophétesse Houlda, qui encouragea le roi à réformer les conditions païennes de l’état. Houlda était une femme de la campagne tout à fait banale. Elle était mariée avec Challoum, dont nous ne savons rien.

Malgré l’origine humble de Houlda, elle avait une grande réputation, car le roi a envoyé le souverain sacrificateur et d’autres ministres s’enquérir auprès d’elle de la volonté de Dieu. Et le récit nous indique que grâce à sa prophétie, Josias fut conduit à renouveler le pacte avec l’Eternel.

Il reste encore aujourd’hui des Houldas, des femmes qui sont devenus leaders de causes qui semblaient totalement perdues. En nos jours de déclin de l’Eglise, nous avons besoin de nouvelles Houldas qui fassent le même travail significatif.