HAMARTIOLOGIE : LE PECHE ET LES PECHES

 

Quand nous parlons du péché, nous usons de 2 termes : le péché et les péchés. Sont-ils identiques ? Sont-ils différents ? Lequel vient en premier  Sommes-nous des pécheurs parce que nous péchons ou bien péchons-nous parce que nous sommes pécheurs ?

Ces questions sont liées à ce qu’on nomme hamartiologie – l’étude du péché.

Nous avons vu que nous sommes tous dégénérés, mauvais et dépravés dès notre naissance car nous avons hérité du péché d’Adam – nous naissons “en Adam”.

Notre étude sur l’homme, son origine et sa chute, nous a laissé dans le grand besoin de comprendre le péché et les péchés. Car si je suis ainsi parce que je suis né comme cela, comment Dieu peut-il m’en rejeter la faute ? Je suis né ainsi ! Nous avons donc besoin d’ouvrir la Bible et avec l’aide du Saint-Esprit d’essayer de comprendre cette question du péché et des péchés  pour mieux appréhender comment agir à son égard.

I – Péché et péchés : quelle est la différence ?

  1. Le péché fait référence à la nature pécheresse

Le péché est ce qui est transmis de pères en fils. ” Voici, je suis né dans l’iniquité, Et ma mère m’a conçu dans le péché.” (Ps 51/5)

Le péché est la nature de l’homme sans Dieu (“l’homme naturel”), c’est s prédisposition, depuis la matrice, de se rebeller, de désobéir et de pécher. ” Les méchants sont pervertis dès le sein maternel, Les menteurs s’égarent au sortir du ventre de leur mère.” (Ps 58/3)

Même le chrétien a encore cette nature pécheresse – c’est le péché qui demeure dans nos membres. C’est ce principe (ou loi) dans nos corps qui veut nous conduire vers la rébellion contre Dieu.” Et maintenant ce n’est plus moi qui le fais, mais c’est le péché qui habite en moi.” (Rom 7/17)

Je trouve donc en moi cette loi : quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur ; mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres.” (Rom 7/21-23)

  1. Les péchés sont les transgressions personnelles d’une personne

Nous savons évidemment ce qui vient d’abord : nous péchons (commettons les péchés) car nous sommes pécheurs (nous sommes nés dans le péché). C’est la grande différence entre nous et Adam. Il a péché et est devenu un pécheur. Nous, nous sommes nés pécheurs et à c’est pour cela que nous péchons. Mais en fin de compte, cela revient u même : nous avons tous des péchés personnels et ils sont de 2 types.

Il y a le péché contre Dieu lui-même (Sa Personne) : le pécheur dit “je ne veux pas être comme Dieu (je ne veux pas être saint, ni bon, ni bienveillant). Nous voyons cela lors des premiers péchés (ceux de Satan et d’Adam et Eve) et ceux-ci établissent le modèle que tous les autres ont suivi depuis.

Lucifer en Esaïe 14/12-14 a dit : “je serai comme Dieu – semblable au Très-Haut“. Adam et Eve, en Genèse 3/5, ont fait de même quand ils sont tombés dans la tentation “d’être comme Dieu”.

Il en va de même aujourd’hui car le pécheur dit “je prends les décisions de ma vie. C’est moi qui commande ma vie. J’ai le contrôle de ma vie. Je suis l’autorité. Loin de vous, loin des autres et loin de Dieu car c’est moi qui commande ma vie”.

Ensuite, existe le péché contre la loi de Dieu (sa volonté) : le pécheur dit :”je ne veux pas faire ce que Dieu dit” (c’est la rébellion et la transgression).

Quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi.” (1Jean 3/4).

Ce peut être une infraction de la Loi des Juifs écrite sur les tables de pierre ou la Loi de la conscience écrite sur les tables du cœur. ” Tous ceux qui ont péché sans la loi périront aussi sans la loi, et tous ceux qui ont péché avec la loi seront jugés par la loi. Ce ne sont pas, en effet, ceux qui écoutent la loi qui sont justes devant Dieu, mais ce sont ceux qui la mettent en pratique qui seront justifiés. Quand les païens, qui n’ont point la loi, font naturellement ce que prescrit la loi, ils sont, eux qui n’ont point la loi, une loi pour eux-mêmes ; ils montrent que l’œuvre de la loi est écrite dans leurs cœurs, leur conscience en rendant témoignage, et leurs pensées s’accusant ou se défendant tour à tour. C’est ce qui paraîtra au jour où, selon mon Evangile, Dieu jugera par Jésus-Christ les actions secrètes des hommes.” (Rom 2/12-16)

Le fait est que tout être humain (jeune et adulte) sait distinguer entre le bien et le mal et chaque fois que nous avons choisi le mal au lieu du bien, nous avons péché.

Ce sont les péchés et chacun d’entre nous en a beaucoup, en plus du péché qui demeure dans nos membres.

Le péché est la nature de l’homme sans Dieu, son inclination au mal et à la rébellion. Les péchés sont le fruit du péché – ce sont les choses mauvaises et les rébellions que nous avons commises.

Mais attendez un instant, j’ai une question ! Dieu va-t-il me condamner parce que je suis pécheur ? Ou bien va-t-il me condamner à cause de mes péchés ? Atre question plus en rapport avec nos émotions : Si mon bébé meurt, sera-t-il condamné ? Car évidemment qu’il est né pécheur, mort dans le péché. Y at-il une différence entre les pécheurs et les coupables ?

Y a-t-il une différence ?

On naît pécheur et par conséquent  on commet des péchés (même le bébé désobéit à ses parents). Mais malgré qu’il y ait le péché chez le pécheur qui commet ses péchés… La Bible dit que Dieu n’impute pas le péché si quelqu’un n’a pas une loi.

Nous comprenons tous cette vérité : nous naissons pécheurs parce que nous naissons “en Adam”. ” C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché, … ” (Rom 5/12)

Cependant, Dieu est juste et bon. Il n’impute à personne le péché ni les péchés que la personne commet tant qu’il n’y a pas une loi – tant que la personne n’a pas la capacité à discerner entre le bien et le mal. ” jusqu’à la loi le péché était dans le monde. Or, le péché n’est pas imputé, quand il n’y a point de loi.” (Rom 5/13)

Aussi, il y a bien une grande différence entre un pécheur et quelqu’un qui est coupable devant Dieu.

N’importe quel bébé, aussi tendre soit-il, est une boule de méchanceté, un monstre de péché qui n’a qu’un désir : se rebeller. C’est un pécheur et il commet des péchés mais tant qu’il n’a pas l’âge de pouvoir discerner entre le bien et le mal, il n’est pas coupable car Dieu ne lui impute pas la faute qu’il a héritée d’Adam.

Personne n’est coupable pour le péché des autres (ni pour la nature pécheresse ni les péchés des autres). Chaque coupable s’est condamné lui-même par ses propres transgressions.

Par exemple : les israélites qui ont péché quand ils n’ont pas voulu entrer dans la terre promise. ” Et vos petits enfants, dont vous avez dit : Ils deviendront une proie ! Et vos fils, qui ne connaissent aujourd’hui ni le bien ni le mal, ce sont eux qui y entreront, c’est à eux que je le donnerai, et ce sont eux qui le posséderont.” (Deut 1/39)

Quand la nation d’Israël a désobéi au Seigneur et n’a pas voulu entrer dans la terre promise, tous étaient coupables devant Dieu sauf ceux qui ne connaissaient ni le bien ni le mal. Ces enfants n’étaient pas coupables devant Dieu et ils ont pu entrer dans la terre que Dieu leur a promise.

C’est comme le bébé qui meurt aujourd’hui, avant de pouvoir discerner entre le bien et le mal. Dieu ne lui impute pas la faute mais il le laisse entrer dans le ciel. L’enfant n’est pas personnellement coupable – il n’a pas de faute personnelle devant Dieu – et donc Dieu ne le condamne pas.

Autre exemple : l’enfant de David. ” Il répondit : Lorsque l’enfant vivait encore, je jeûnais et je pleurais, car je disais : Qui sait si l’Eternel n’aura pas pitié de moi et si l’enfant ne vivra pas ?  Maintenant qu’il est mort, pourquoi jeûnerais-je ? Puis-je le faire revenir ? J’irai vers lui, mais il ne reviendra pas vers moi.” (2 Sam 12/22-23)

Quand l’enfant de David et de Beth-Scheba (l’enfant qui naquit de leur relation adultère) est mort, David savait qu’il irait un jour vers lui (son bébé). Notez bien que David a dit qu’il irait vers lui – à une réunion personnelle avec l’enfant. Il ne s’agit pas seulement d’aller dans “le séjour des morts”. Non, David savait que l’enfant était parti dans le lieu des “sauvés” (des non-coupables, des saints) car David irait aussi dans cet endroit. Et là, il verrait son fils à nouveau.

Souvent, les gens se réfèrent à cette doctrine comme “l’âge de la responsabilité”. Bien que cela n’ait rien à voir avec un âge particulier, il s’agit bien de la responsabilité personnelle d’un individu devant Dieu par ses paroles, ses pensées et ses actions. Une fois qu’un être humain peut discerner entre le bien et le mal et qu’il choisit le mal au lieu du bien (en connaissance de cause), il est déjà responsable devant Dieu.

A ce moment-là, tout le poids de la colère et de la condamnation de Dieu est sur lui. Ensuite, ce n’est pas tant le péché qui condamne mais les péchés personnels. Chacun est coupable personnellement devant Dieu pour chaque parole, chaque pensée et chaque action.

Dès ce moment du premier péché personnel, avec chaque péché qu’il commet, le pécheur augmente le châtiment qu’il va subir à cause de sa rébellion contre l’Unique Etre bon : Dieu, son Créateur.

III – La seule solution au problème : Jésus-Christ

  1. Notre problème est composé de 2 parties

– le péché : que faisons-nous avec cette nature pécheresse ?

– les péchés : que faisons-nous avec notre culpabilité et notre condamnation due au fait que nous avons commis de nombreux péchés ?

Dieu amènera en jugement chaque péché (ceux que nous commettons et  ceux que nous avons commis en publics et ceux qui sont privés, les grands comme les petits) ” Car Dieu amènera toute œuvre en jugement, au sujet de tout ce qui est caché, soit bien, soit mal.” (Eccl 12/14)

Sachant que Dieu est infiniment juste, il châtiera même le péché le plus petit ou insignifiant. Aussi, voyons ce problème des péchés.

  1. Christ est mort pour nos péchés (chaque péché de chaque pécheur)

Puisque Dieu est amour (il est bon, miséricordieux et clément, il veut notre bien et le recherche toujours), Lui-même a payé notre dette. Dieu s’est fait homme et sur la croix, il a souffert tout le châtiment pour tous les péchés de tous les hommes, depuis Adam et Eve jusqu’au dernier pécheur avant l’éternité.

Christ est mort pour nos péchés (au pluriel, chacun d’entre eux). C’est l’évangile dans lequel nous croyons (la bonne nouvelle, le message de l’œuvre de Christ). ” Je vous ai enseigné avant tout, comme je l’avais aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les Ecritures ” (1 Cor 15/3)

lequel a été livré pour nos offenses, et est ressuscité pour notre justification.” (Rom 4/25)

que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu le Père et de notre Seigneur Jésus-Christ, qui s’est donné lui-même pour nos péchés, afin de nous arracher du présent siècle mauvais, selon la volonté de notre Dieu et Père” (Gal 1/3-4)

Et tandis que tout sacrificateur fait chaque jour le service et offre souvent les mêmes sacrifices, qui ne peuvent jamais ôter les péchés, lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s’est assis pour toujours à la droite de Dieu” (Héb 10/11-12)

lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice ; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris.” (1 Pi 2/24)

Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, lui juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu, ayant été mis à mort quant à la chair, mais ayant été rendu vivant quant à l’Esprit” (1 Pi 3/18)

il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier.” (1 Jean 2/2)

  1. Mais il est aussi mort pour le péché car il a été fait péché pour nous sur la croix

Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.” (2 Cor 5/21)

Qu’est-ce que tout cela implique pour nous, pécheurs, nés dans le péché ?

En premier lieu, cela signifie que Dieu, en Christ, peut pardonner tous les péchés de qui que ce soit. ” En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce” (Eph 1/7)

Ce n’est pas que ces péchés passent au-dessus de sa tête car sinon, cela ne serait pas juste (et Dieu est juste). Non, le pardon est offert sur la base du sacrifice substitutif de Christ. Ila déjà payé pour tous les péchés. Aussi, Dieu peut nous pardonner tous nos péchés. Cependant, ce n’est pas suffisant.

Car même avec le pardon des péchés, le péché est encore en nous. Qu’en est-il de notre nature pécheresse ? En Christ, nous naissons de nouveau, nous recevons une nouvelle nature. En Jésus-Christ, nous devenons enfants de Dieu.

Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu.” (Jean 1/12-13)

En Christ Jésus, nous naissons de nouveau par l’Esprit-Saint de Dieu. ” En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. Nicodème lui dit : Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il rentrer dans le sein de sa mère et naître ? Jésus répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit.” (Jean 3/3-6)

En Jésus-Christ, notre esprit qui, auparavant était mort, vit. ” Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’esprit est vie à cause de la justice.” (Rom 8/10). “

En Jésus-Christ, l’Esprit de Dieu s’unit à notre esprit – c’est la vie nouvelle spirituelle. ” L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu.” (Rom 8/16)

Mais celui qui s’attache au Seigneur est avec lui un seul esprit. Fuyez l’impudicité. Quelque autre péché qu’un homme commette, ce péché est hors du corps ; mais celui qui se livre à l’impudicité pèche contre son propre corps. Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ?” (1 Cor 6/17-19)

En Jésus-Christ, nous devenons quelque chose de totalement nouveau et différent de ce que nous étions avant. ” Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.” (2 Cor 5/17)

En Jésus-Christ, le Saint-Esprit nous régénère. ” il nous a sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit” (Tite 3/5) En Jésus-Christ, par l’œuvre de l’Esprit dans la régénération de la nouvelle naissance, nous recevons une nouvelle nature ! Nous participons à la nature divine – celle de Dieu !

Comme sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu, lesquelles nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise” (2 Pi 1/3-4)

On pourrait se plaindre d’être né dans le péché – de ne pas avoir choisi cette vie pécheresse. Cependant, sans cette vie pécheresse, nous ne pourrions pas apprécier l’œuvre que Dieu a faite et nous ne pourrions pas non plus apprécier la profondeur de Son amour pour ses créature (et c’est quelque chose que nous allons apprécier plus et plus durant l’éternité).

Dieu n’a pas dû faire ce qu’il a fait sur la croix pour nous sauver. Personne ne l’a obligé à le faire ? Malgré que nous soyons nés dans le péché, nous sommes tous devenus coupables car nous péchons volontairement en connaissance de cause. Mais même ainsi, Jésus-Christ est mort pour nous – pour nos péchés – et il nous offre la nouvelle naissance spirituelle (la régénération) et une nouvelle nature (divine, celle de Dieu). Bien que cela ait coûté plus à Dieu que nous ne pouvons l’imaginer, Il nous offre tout cela gratuitement. C’est un don. On reçoit ce don de justice et de vie nouvelle en recevant Jésus-Christ comme Seigneur et Sauveur.

On le reçoit en se repentant de ses péchés et en plaçant sa foi (confiance) en Christ pour être sauvé.