Le relativisme est la position philosophique qui sous-tend que tous les points de vue sont valables et que toute la vérité est relative à l’individu.

Or, si nous voulons être simples, nous réalisons très vite que cette proposition n’est pas logique. En effet, elle se contredit elle-même.

Voici ses principales thèses et les contradictions qu’elles revêtent.

1. Toute la vérité est relative

Si toute la vérité est relative, alors la déclaration “Toute la vérité est relative” devrait être absolument véritable. Si elle est absolument véritable, alors, tout n’est pas si relatif et la déclaration selon laquelle “Toute la vérité est relative” est fausse.

2. Les vérités absolues n’existent pas

A. La déclaration “les vérités absolues n’existent pas” est une déclaration absolue laquelle est supposée être la vérité. Par conséquent, c’est une vérité absolue alors que, selon le relativisme “les vérités absolues n’existent pas”, ce qui rend faux cette déclaration.

B. Si les vérités absolues n’existent pas, alors vous ne pouvez croire en absolument rien, y compris le fait même qu’il n’existe pas de vérités absolues. Par conséquent, rien ne peut être vraiment vérité pour vous, y compris le relativisme.

3. Ce qui est vrai pour vous ne l’est pas pour moi

Voilà ce qu’on entend souvent de la bouche des relativistes conscients ou qui s’ignorent.

A. Si ce qui est vrai pour moi est que le relativisme est faux, alors est-il vrai que le relativisme est faux ?

Si vous dites non, alors ce qui est vrai pour moi n’est pas vérité et le relativisme est faux.

Si vous dites oui, alors, le relativisme est faux.

B. Si vous dites qu’il est vrai que le relativisme est faux seulement pour moi, alors :

– je suis en train de croire quelque chose de différent du relativisme, à savoir que le relativisme est faux. Si alors c’est vrai, comment le relativisme peut-il être vrai ?

– je crois à une logique qui est vraie, fausse ou aucune de ces 2 réponses ?

a. Si pour moi il est vrai que le relativisme est faux, alors le relativisme (en moi) soutient la position selon laquelle le relativisme est faux. C’est contradictoire.

b. Si pour moi il est faux de considérer que le relativisme est faux, alors le relativisme n’est pas vrai parce que ce qui pour moi est vrai n’est pas forcément vrai pour le relativisme.

c. Si vous dites que ce n’est ni vrai ni faux, alors le relativisme n’est pas vrai puisqu’il déclare que tous les points de vue sont valables.

C. Si je crois que le relativisme est faux et qu’il est certain qu’il est faux uniquement pour moi, alors vous devez admettre qu’il est absolument vrai que je crois que le relativisme est faux.

– si vous admettez qu’il est absolument certain que je crois que le relativisme est faux, alors le relativisme est mis en échec puisque vous admettez que quelque chose est absolument vrai.

– si je crois quelque chose de différent de l’opinion selon laquelle le relativisme est vrai, alors, il y a quelque chose de différent du relativisme qui est vrai, même si c’est seulement pour moi.

– s’il existe quelque chose de différent de l’opinion selon laquelle le relativisme est vrai, alors le relativisme est faux.

4. Personne ne peut savoir quelque chose avec certitude
Si cela est vrai, alors nous pouvons savoir que nous ne pouvons pas savoir quelque chose avec certitude, ce qui est contradictoire.

5. Ceci est votre réalité, pas la mienne.

A. Ma réalité est-elle vraiment réelle ?

B. Si ma réalité différente de la vôtre, comment ma réalité peut-elle contredire votre réalité ? Si la vôtre et la mienne sont également réelles, comment deux possibilités opposées qui s’excluent mutuellement existent-elles en même temps ?

6. Nous percevons tous ce que nous voulons.

A. Comment savez-vous que cette déclaration est vraie ?

B. Si nous percevons tous ce que nous voulons, que voulez-vous percevoir ?

– si vous dites que vous voulez percevoir la vérité, comment savez-vous qu’on ne vous a pas trompé ?

– désirer la vérité simplement n’est pas la preuve que vous la détenez.

7. Vous ne pouvez utiliser la logique pour réfuter le relativisme.

A. Pourquoi pas ?

B. Pouvez-vous me donner une raison logique sur cette assertion selon laquelle on ne peut utiliser la logique ?

C. Si vous utilisez le relativisme pour réfuter la logique, alors de quelle manière le relativisme (pour qui rien n’est absolument véritable) peut-il réfuter la logique, laquelle est basée sur la vérité ?

D. Si vous utilisez le relativisme pour réfuter la logique, alors le relativisme a perdu son statut relatif puisqu’il est utilisé pour réfuter absolument la vérité de quelque chose d’autre.

8. Nous ne faisons que percevoir des aspects différents de la même réalité.

A. Si vos perceptions sont contradictoires, peut-on croire à une quelconque perception ?

B. La vérité en elle-même est-elle contradictoire ?

– si elle l’était, alors ce ne serait pas la vérité car elle se réfuterait elle-même. Si quelque chose se réfute lui-même, alors ce n’est pas la vérité.

C. S’il est certain que nous ne faisons que percevoir des aspects différents de la même réalité, alors est-ce que je suis en train de croire quelque chose qui est faux puisque je crois que sa réalité n’est pas certaine ? Comment cela peut-il donc être la même réalité ?

D. Si vous ne faites simplement que dire que ma perception n’est pas certaine, alors le relativisme est réfuté.

– si je crois que quelque chose est faux, alors le relativisme n’est pas certain puisqu’il soutient que tous les points de vue sont tous valables.

E. Si ma réalité est que votre réalité est fausse, alors toutes deux ne peuvent être vraies. Si toutes deux ne sont pas vraies, alors, l’un de nous ou bien les deux – est dans l’erreur.

– si l’un d’entre nous ou bien les deux est dans l’erreur, alors le relativisme n’est pas vrai.

9. Le relativisme en lui-même s’exclut lui-même de la critique qui est absolue et est réfutable en elle-même.

A. Sur quelle base excluez-vous le relativisme de la critique de la logique ?

– est-ce un acte arbitraire ? S’il en est ainsi, justifie t-il votre position ?

– si ce n’est pas arbitraire, quel critère utilisez-vous pour l’exclure ?

B. Pour l’exclure, il faut admettre dès le départ les problèmes logiques inhérents à votre système de pensée.