J’exhorte Évodie et j’exhorte Syntyche à avoir une même pensée dans le Seigneur .” (Philippiens 4/2).

Les femmes ont joué un grand rôle dans l’introduction du christianisme dans le monde païen. Paul, dès le début de ses lettres jusqu’à ses dernières paroles d’adieux, nous donne des noms de femmes qui avaient une grande influence dans la vie de l’Eglise.

A Rome, il y avait Phoebé, de Cenchrées, Marie “qui avait beaucoup œuvré pour nous”, Tryphène et Tryphose, qui “travaillent dans le Seigneur” ; Perside et Julia, une sœur de Néron. Il y avait Priscille puis Lydie et là, nous avons deux femmes d’influence : Evodie et Syntiche, dont Paul dit aussi qu’elles “ont combattu avec moi ensemble pour l’évangile, avec Clément et d’autres collaborateurs”.

Elles devaient être parmi les premiers convertis de Philippes, quand Paul arriva dans cette ville. Elles s’offrirent d’aider Paul, de façon évidemment efficace. Il ne s’agissait pas d’un appel sous l’enthousiasme, mais de travail persévérant, tenace, difficile, persistant dans leurs efforts pour établir l’église de Philippes.

Nous n’avons aucune idée de la dissension entre Evodie et Syntiche mais ce que nous savons, c’est que les effets devaient être destructeurs pour l’église. Nous ne savons pas s’il y avait des différences doctrinales entre les deux ou une pointe de caractère personnel ou bien de l’envie.

Nous voyons à nouveau le malin pousser une sœur contre une autre, comme dans le passé cela avait eu lieu avec Caïn. Tout cela visait la destruction de l’œuvre et de la croissance de l’assemblée.

Que fait Paul à ce sujet ? Hausser les épaules et permettre que la lutte continue indéfiniment ? Cela déshonore le nom du Seigneur et est un scandale dans l’Eglise. Cela trouble aussi l’œuvre de la grâce chez les deux. Quand il y a des rixes entre personnes influentes, des clans se forment dans l’assemblée car les uns se placent en faveur des uns ou des autres. Ces rancœurs en auraient fini avec l’assemblée.

Paul intervient. Ceux qui ont été rachetés par le Seigneur doivent persévérer, unanimes dans la pensée de Christ. Dans le verset mentionné, il les exhorte à faire la paix.

Cette dissension fait écho à l’épître sur d’autres points. Sans doute, Paul fait référence aussi à cela quand il dit au chapitre 2/1-3 “ S’il y a donc quelque consolation en Christ, s’il y a quelque encouragement dans l’amour, s’il y a quelque communion de l’Esprit, s’il y a quelque compassion et quelque miséricorde, mettez le comble à ma joie afin d’avoir une même pensée ; ayez un même amour, une même âme, une seule pensée ; ne faites rien par rivalité ou par vaine gloire, mais dans l’humilité, estimez les autres supérieurs à vous-mêmes .”

Nous devons supposer que cette dissension s’est résolue, mais elle aurait pu se transformer en déflagration qui aurait détruit l’église. Cela est arrivé plus tard en de nombreuses occasions.

C’est pour cela que les avertissements de l’apôtre sont valables même aujourd’hui. Elles nous poussent à faire en sorte que ces querelles s’apaisent par tous les moyens possibles et que s’effectue la réconciliation et que soit rétablie l’unité.