Etude biblique – Entrer dans le pays de la promesse

04 avril 2017

 

 

Dans le passage que nous allons commenter, Dieu parle à son peuple après les avoir délivré de l’esclavage en Égypte pour les faire entrer dans le pays de la promesse (après toutefois une parenthèse de 40 ans à tourner dans le désert à cause de leur incrédulité et de leur manque de consécration).

Ce passage est pour moi un des plus riches de toute l’Écriture :

 

Deutéronome 11/10-28 :

« Car le pays dont tu vas entrer en possession, n’est pas comme le pays d’Egypte, d’où vous êtes sortis, où tu jetais dans les champs ta semence et les arrosais avec ton pied comme un jardin potager.

11 Le pays que vous allez posséder est un pays de montagnes et de vallées, et qui boit les eaux de la pluie du ciel ;

12 c’est un pays dont l’Eternel, ton Dieu, prend soin, et sur lequel l’Eternel, ton Dieu, a continuellement les yeux, du commencement à la fin de l’année.

13 Si vous obéissez à mes commandements que je vous prescris aujourd’hui, si vous aimez l’Eternel, votre Dieu, et si vous le servez de tout votre cœur et de toute votre âme,

14 je donnerai à votre pays la pluie en son temps, la pluie de la première et de l’arrière-saison, et tu recueilleras ton blé, ton moût et ton huile ;

15 je mettrai aussi dans tes champs de l’herbe pour ton bétail, et tu mangeras et te rassasieras.

16 Gardez-vous de laisser séduire votre cœur, de vous détourner, de servir d’autres dieux et de vous prosterner devant eux.

La colère de l’Eternel s’enflammerait alors contre vous ; il fermerait les cieux, et il n’y aurait point de pluie ; la terre ne donnerait plus ses produits, et vous péririez promptement dans le bon pays que l’Eternel vous donne.

18   Mettez dans votre cœur et dans votre âme ces paroles que je vous dis. Vous les lierez comme un signe sur vos mains, et elles seront comme des fronteaux entre vos yeux.

19 Vous les enseignerez à vos enfants, et vous leur en parlerez quand tu seras dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras.

20 Tu les écriras sur les poteaux de ta maison et sur tes portes.

21 Et alors vos jours et les jours de vos enfants, dans le pays que l’Eternel a juré à vos pères de leur donner, seront aussi nombreux que les jours des cieux le seront au-dessus de la terre.

22 Car si vous observez tous ces commandements que je vous prescris, et si vous les mettez en pratique pour aimer l’Eternel, votre Dieu, pour marcher dans toutes ses voies et pour vous attacher à lui,

23 l’Eternel chassera devant vous toutes ces nations, et vous vous rendrez maîtres de nations plus grandes et plus puissantes que vous.

Tout lieu que foulera la plante de votre pied sera à vous : votre frontière s’étendra du désert au Liban, et du fleuve de l’Euphrate jusqu’à la mer occidentale.

25 Nul ne tiendra contre vous. L’Eternel, votre Dieu, répandra, comme il vous l’a dit, la frayeur et la crainte de toi sur tout le pays où vous marcherez.

26   Vois, je mets aujourd’hui devant vous la bénédiction et la malédiction :

27 la bénédiction, si vous obéissez aux commandements de l’Eternel, votre Dieu, que je vous prescris en ce jour ;

28 la malédiction, si vous n’obéissez pas aux commandements de l’Eternel, votre Dieu, et si vous vous détournez de la voie que je vous prescris en ce jour, pour aller après d’autres dieux que vous ne connaissez point. »

 

v.10-11 : « Car le pays dont tu vas entrer en possession, n’est pas comme le pays d’Égypte, d’où vous êtes sortis, où tu jetais dans les champs ta semence et les arrosais avec ton pied comme un jardin potager. Le pays que vous allez posséder est un pays de montagnes et de vallées, et qui boit les eaux de la pluie du ciel ».

 

Ces 2 versets permettent d’aborder le thème de la nécessaire sanctification et de la pratique des œuvres bonnes, qui est un thème essentiel de la Nouvelle Alliance, mais souvent mal compris par les chrétiens d’aujourd’hui. C’était aussi le cas des premiers chrétiens au temps des apôtres puisqu’en plus de Jésus dans les évangiles, tous les auteurs du Nouveau Testament en parlent, à commencer par Paul qui détaille cela dans plusieurs de ses lettres (voir notamment Ephésiens 4:17 à 5:21 et Romains aux chapitres 6 à 10), l’auteur de l’épître aux Hébreux (Hébreux 12:14 : « Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur »), Pierre (voir notamment 1 Pierre 2:11 à 4:5), Jean (voir 1 Jean 1:5 à 2:10), et c’est le thème principal des lettres de Jacques et de Jude.

 

En Egypte, les israélites vivaient par leurs propres efforts, et ils se fatiguaient… Nous aussi, nous pouvons de la même manière nous épuiser par nos efforts pour vaincre ou éloigner le péché dans nos vies. Et lorsque nos efforts pour établir notre propre justice échouent (et ils ne peuvent qu’échouer, sinon l’œuvre de Christ aurait été inutile : nous ne pouvons pas mélanger la sainte justice de Dieu et notre propre justice), alors l’Ennemi peut nous voler notre paix, notre joie, et la victoire que Christ a pourtant déjà remportée pour nous. C’est ce que Paul appelle « la malédiction de la loi » dont Christ nous a rachetés (voir Galates 3 :13).

Galates 2 :21 : « Je ne rejette pas la grâce de Dieu ; car si la justice s’obtient par la loi, Christ est donc mort en vain ».

Galates 3 :11 : « Et que nul ne soit justifié devant Dieu par la loi, cela est évident, puisqu’il est dit : Le juste vivra par la foi. »

 

Il n’en est pas ainsi du pays de la promesse dont Dieu nous appelle à prendre possession : maintenant que nous sommes sauvés, pardonnés et délivrés du péché par Jésus-Christ, nous sommes appelés à entrer dans le pays de la promesse et nous ne devons plus y vivre par nos propres forces, mais par les ressources du Ciel, au travers de la foi dans les promesses de Dieu.

 

Mais ne devons-nous pas faire des efforts ? La Bible ne dit-elle pas que nous devons « rejeter le péché qui nous enveloppe si facilement » (Hébreux 12/1).

Oui, bien sûr : Dieu ne change pas et Il a les mêmes exigences de justice et de sainteté aujourd’hui qu’au temps de l’Ancien Testament. Lorsqu’on lit la loi dans Lévitique 19, on y retrouve le même enseignement de sainteté pratique que Jésus donnera dans Matthieu 5 lors du sermon sur la montagne. Jésus dira d’ailleurs :

Matthieu 5/17-20 :  » Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. »

Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre […]. Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux ; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. Car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. »

Seulement il n’existe qu’une seule façon pour nous d’éviter le péché et c’est par Jésus-Christ.

Il est le Dieu vivant et c’est Lui qui poursuit nuit et jour en nous Son action de sanctification par le Saint-Esprit qu’Il nous a envoyé pour vivre en nous et travailler à nous rendre semblable à Lui.

Romains 5/20-21 : « là où le péché a abondé, la grâce a surabondé, afin que […] la grâce règne par la justice pour la vie éternelle, par Jésus-Christ notre Seigneur ».

2 Corinthiens 3/17-18 : « Or, le Seigneur c’est l’Esprit ; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté. Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit ».

Paul répond à la question de nos propres efforts dans Romains 9 :30 : « Les païens, qui ne cherchaient pas la justice, ont obtenu la justice, la justice qui vient de la foi ».

Il parle ici de gens qui ne se sont pas épuisés par leurs propres efforts pour obéir à la loi parfaite de Dieu, qui n’étaient pas écrasés par leurs échecs, mais qui ont placé leur foi en l’œuvre de Jésus à la croix pour eux et qui ont été soutenus par Sa vie abondante.

 

Galates 3/16 : « Je dis donc : Marchez selon l’Esprit, et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair. »

 

Romains 10 :4 : « Christ est la fin de la loi, pour la justification de tous ceux qui croient »

=> Christ est la fin. Il n’y a rien d’autre, seulement Jésus-Christ !

« Ainsi donc, cela ne dépend ni de celui qui veut, ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde » (Romains 9 :16).

 

 

« 12 c’est un pays dont l’Éternel, ton Dieu, prend soin, et sur lequel l’Éternel, ton Dieu, a continuellement les yeux, du commencement à la fin de l’année. »

 

Un autre point essentiel, c’est que ce pays de la promesse dont nous devons nous emparer est l’œuvre du Seigneur. Et si c’est Son œuvre, dont Il prend continuellement soin, si c’est Lui qui veille sur Sa Parole pour l’exécuter (voir Jérémie 1/12), alors ce que Dieu attend de nous, c’est que nous Lui fassions confiance, c’est que saisissions les promesses qu’Il nous fait dans Sa Parole, car Il les accomplira !

 

Un vieux cantique dit : « et c’est une autre vie, et c’est un autre monde, un monde où la victoire appartient à la foi ».

Hébreux 10/38 : « Mon juste vivra par la foi »

 

Mettons donc toute notre confiance dans la Parole de Dieu et dans les promesses qu’Il nous y a laissé, afin que nous puissions éteindre tous les mensonges d’incrédulité et de crainte que le diable (qui est aussi appelé « l’accusateur », mais « qui accusera les élus de Dieu ? C’est Dieu qui justifie ! », et « le lion rugissant » qui cherche à nous effrayer alors que Dieu nous demande de ne nous inquiéter de rien mais de lui faire connaître en toutes choses nos besoins, et « le père du mensonge » qui veut nous tromper, mais Jésus dit que nous connaîtrons la vérité qui nous affranchira) nous envoi comme des flèches enflammées :

Éphésiens 6 :16 : « prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin ».

 

Quelqu’un a dit que ce bouclier est construit des promesses de Dieu et attaché à notre bras par notre foi.

 

Éphésiens 6 :11-12 : « Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes ».

Et si la victoire nous est acquise, parce que Jésus l’a déjà remporté pour nous (voir Jean 16 :33 : « prenez courage, j’ai vaincu le monde ») elle n’est possible que par la foi.

 

« 13 Si vous obéissez à mes commandements que je vous prescris aujourd’hui, si vous aimez l’Éternel, votre Dieu, et si vous le servez de tout votre cœur et de toute votre âme,

14 je donnerai à votre pays la pluie en son temps, la pluie de la première et de l’arrière-saison, et tu recueilleras ton blé, ton moût et ton huile ; »

 

Les pluies de la 1ère et de l’arrière-saison nous parlent des ressources d’en haut qui nous seront données au moment où nous en aurons besoin. Nous n’avons pas à faire des provisions des ressources spirituelles, car c’est Christ qui est notre provision et qui nous donnera ce qui est nécessaire au moment opportun : « notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ » (1 Jean 1 :3).

Comme la manne était donnée au peuple de Dieu chaque jour et qu’elle pourrissait si on voulait la garder pour le lendemain (voir Exode 16:20), de même la vie d’en haut doit nous être renouvelée chaque jour afin que nous puissions porter du fruit (ce que symbolise le blé), être remplis de joie (ce que symbolise le moût, avec lequel on fait le vin) et du Saint-Esprit pour apporter des soins de guérison à ceux qui nous entourent (dans la Bible, l’huile représente l’onction du St-Esprit, mais aussi un remède pour soigner les blessures et les maladies : voir Esaïe 1:6, Luc 10:34, Marc 6:13, Jacques 5:14…).

 

Mais pour tout cela, nous devons obéir aux commandements de Dieu, c’est à dire, selon le v.13 qui reprend ce que Jésus dira aux Pharisiens : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée. C’est là le commandement le plus grand et le plus important.

Et il y en a un second qui lui est semblable : tu aimeras ton prochain comme toi-même. Tout ce qu’enseignent la loi et les prophètes est contenu dans ces deux commandements. » (Matthieu 22/37-40)

 

Ephésiens 2 :8-10 :« Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu.

Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie.

Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions. »

 

 

« 15 je mettrai aussi dans tes champs de l’herbe pour ton bétail, et tu mangeras et te rassasieras. »

 

Si nous cherchons d’abord le royaume de Dieu et Sa justice, alors toutes choses nous seront données en plus et nous serons rassasiés (voir Matthieu 6 :33).

Si nous faisons de l’Éternel nos délices, alors nous serons satisfaits, car Il nous donnera ce que notre cœur désire (voir Psaumes 37 :4).

Nous avons tout pleinement en Jésus-Christ (voir Colossiens 2 :10).

 

 

« 16 Gardez-vous de laisser séduire votre cœur, de vous détourner, de servir d’autres dieux et de vous prosterner devant eux.

17 La colère de l’Éternel s’enflammerait alors contre vous ; il fermerait les cieux, et il n’y aurait pas de pluie ; la terre ne donnerait plus ses produits, et vous péririez promptement dans le bon pays que l’Éternel vous donne. »

 

Prenons donc bien garde que rien ne vienne prendre la 1ère place à Dieu dans notre cœur, et à Lui obéir en toutes choses. Ce serait laisser un accès au diable (voir Ephésiens 4 :27) et nous priver de la présence de Dieu qui seule peut nous donner la vie d’en-haut.

 

Jésus dira en effet :

Jean 8/29 : « Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable ».

 

1 Samuel 15 :23 : « Car la désobéissance est aussi coupable que la divination, et la résistance ne l’est pas moins que l’idolâtrie »

Luc 9 :24 : « Quiconque en effet voudra sauver sa vie la perdra, mais quiconque perdra sa vie à cause de moi la sauvera. »

 

 

« 18 Mettez dans votre cœur et dans votre âme ces paroles que je vous dis. Vous les lierez comme un signe sur vos mains, et elles seront comme des fronteaux entre vos yeux.

19 Vous les enseignerez à vos enfants, et vous leur en parlerez quand tu seras dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras.

20 Tu les écriras sur les poteaux de ta maison et sur tes portes. »

 

=> Nous devons en tout temps et en toutes circonstances repasser ces choses dans notre cœur, agir (les mains sont le symbole de l’action) et réfléchir (« un fronteau entre nos yeux ») en fonction d’elles.

 

Mais ce passage nous dit aussi que nous devons en tout temps vivre et enseigner ces choses à nos enfants : cela doit être le fondement de notre foyer, que ce soit chez nous, en vacances, le matin ou le soir.

Et notre vie doit servir de témoignage à tous ceux qui nous voient vivre (v.20).

 

C’est la grande mission que Jésus a confiée à tous ses disciples et c’est la seule raison pour laquelle nous sommes encore sur la Terre :

Matthieu 28/19-20 : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde ».

 

C’est sur cette même conduite que Paul va tant insister dans ses dernières paroles à Timothée : « Je t’en conjure devant Dieu et devant Jésus-Christ, qui doit juger les vivants et les morts, et au nom de son apparition et de son royaume : prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant » (voir 2 Timothée 4 :1-5).

 

 

« 21 Et alors vos jours et les jours de vos enfants, dans le pays que l’Éternel a juré à vos pères de leur donner, seront aussi nombreux que les jours des cieux le seront au-dessus de la terre. »

 

Si nous mettons tout cela en pratique : non seulement nous serons bénis, mais nos enfants, nos petits-enfants, nos arrières petits enfants pour les plus âgés d’entre nous, seront bénis eux-aussi :

David a écrit : « J’ai été jeune, j’ai vieillit ; Et je n’ai pas vu le juste abandonné, Ni sa postérité mendiant son pain » (Psaumes 37 :25)

 

 

Conclusion :

« 22 Car si vous observez tous ces commandements que je vous prescris, et si vous les mettez en pratique pour aimer l’Éternel, votre Dieu, pour marcher dans toutes ses voies et pour vous attacher à lui,

23 l’Éternel chassera devant vous toutes ces nations, et vous vous rendrez maîtres de nations plus grandes et plus puissantes que vous.

24 Tout lieu que foulera la plante de votre pied sera à vous : votre frontière s’étendra du désert au Liban, et du fleuve de l’Euphrate jusqu’à la mer occidentale.

25 Nul ne tiendra contre vous. 

26 Vois, je mets aujourd’hui devant vous la bénédiction et la malédiction :

27 la bénédiction, si vous obéissez aux commandements de l’Éternel, votre Dieu, que je vous prescris en ce jour ;

28 la malédiction, si vous n’obéissez pas aux commandements de l’Éternel, votre Dieu, et si vous vous détournez de la voie que je vous prescris en ce jour, pour aller après d’autres dieux que vous ne connaissez point. »

 

=> Si nous aimons Dieu de tout notre cœur et que nous nous attachons à rechercher Sa présence pour Lui obéir et Le servir en pratiquant les œuvres bonnes qui découlent de notre amour pour Dieu et pour notre prochain, en ne comptant pas sur nos propres forces, mais sur Son aide, Sa grâce, Sa bonté et Sa fidélité et si nous nous emparons de Ses promesses avec foi. Alors Dieu ne nous promet pas seulement de veiller sur nous et nos familles et de nous transformer en Son image, mais aussi de nous donner des victoires dans nos épreuves et sur nos ennemis spirituels, des âmes qui seront sauvés, et du fruit en abondance pour Sa gloire.