Actes 24:24 : «  Quelques jours après, Félix vint avec sa femme Drusille, qui était juive, et il envoya chercher Paul. Il l’écouta au sujet de la foi en Christ Jésus  ».

Drusille était d’Edom. C’était la fille du roi Iduméen Hérode Agrippa et elle était née en l’an 34 ; Comme les siens, Drusille professait la religion juive. Quand elle a entendu Paul à Césarée, elle n’avait pas encore vingt ans, bien que beaucoup de choses se soient passées dans sa vie. Elle était célèbre pour sa beauté. A 16 ans, elle s’était marié avec le prince Azize, roi des Emésséniens. Or, le gouverneur romain Félix fit sa connaissance lors d’une fête à la cour et il s’intéressa à elle.

Quand Félix envoya à Drusille un nécromancien juif, Simon, avec une invitation personnelle, Drusille abandonna tranquillement la cour d’Azize et se dirigea vers Césarée, où elle se maria avec Félix. Devant la loi juive, évidemment, le mariage était illégal. Drusille ne vit aucun inconvénient à apparaître en public comme l’épouse de Félix. Azize dut tout simplement se résigner.

Drusille vivait depuis un an avec le gouverneur romain lorsque Paul arriva à Césarée, dans des circonstances qu’on peut lire dans Actes chapitre 23 ; Il est possible que quand Paul fut appelé devant le tribunal de Félix, afin de répondre aux accusations des juifs, Drusille se soit trouvée présente dans la salle, mais nous n’en trouvons pas confirmation dans le livre des Actes. Or, il se trouve que quelques jours après, Félix et Drusille ont tous deux conversé en privé concernant la foi de Christ.

Nous ne savons pas exactement quelles idées furent échangées durant cette conversation, mais il ne semble pas improbable que Paul ait profité de l’occasion pour affirmer clairement aux oreilles de Drusille, qui de nom, était au moins encore juive de religion, quelles étaient les exigences éthiques de la loi mosaïque et les conséquences de son infraction. Cela est évident dans le verset 25, où il nous est dit que Paul a disserté sur « la justice, la maîtrise de soi et le jugement à venir », dans des termes tels que le nouvel époux de Drusille, Félix «  saisi de crainte, lui dit : Pour le moment, tu peux t’en aller ; quand j’en trouverai le temps, je te rappellerai  ».

Il est probable que Drusille se soit moquée de Paul et de ses idées sur la maîtrise de soi et la justice. Nous ne savons rien de plus sur Drusille dans la Bible, mais ce même fait semble indiquer que sa conscience n’a pas été profondément affectée et, en tout cas, sa conduite ne l’a pas montré.

L’historien juif Josèphe nous raconte que Drusille mourut lors de l’éruption du Vésuve qui ensevelit Pompéi et Herculanum. Drusille s’était trouvée là, quelques jours avant l’éruption, avec son fils unique, Agrippa et elle périt, ensevelie par la lave.

Drusille avait déshonoré sa foi juive, elle avait rejeté Christ, abandonné son époux et vivait dans le péché. Drusille a su comme «  Il est terrible de tomber aux mains du Dieu vivant  » (Hébreux 10/31).