Dimanche 22 mars 2015

LA GLOIRE DE DIEU

JS BACH laissait comme signature SDG (Soli Deo Gloria). Ce slogan sera aussi celui de la Réforme. Il nous faut comprendre ce qu’est la gloire de Dieu.

Le Petit Robert définit la gloire comme une grande renommée on atteint la gloire quand tout le monde parle de nous (autographes, journalistes). Ce sens n’est pas absent de l’Ecriture, la reconnaissance de la valeur que revêt quelqu’un.

Mais l’idée de la gloire de Dieu est encore plus riche.

Esaïe 48/9-13 ” à cause de mon nom, je suspends ma colère ; à cause de la louange qui m’est due, je me contiens envers toi, pour ne pas te retrancher. Je t’ai fait fondre, mais ce n’est pas pour de l’argent ; je t’ai éprouvé au creuset de l’affliction. De moi-même, de moi-même, j’agirai. Comment me laisserais-je profaner ! Je ne donnerai pas ma gloire à un autre. Ecoute-moi, Jacob, Israël,-toi que j’ai appelé ! C’est moi ! C’est moi qui suis le premier, c’est aussi moi qui suis le dernier. C’est ma main qui fonde la terre, c’est ma main droite qui a tendu le ciel : je les appelle, et ensemble ils se présentent. ”

Jean 17/20-26 “Ce n’est pas seulement pour ceux-ci que je demande, mais encore pour ceux qui, par leur parole, mettront leur foi en moi, afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi, qu’eux aussi soient en nous, pour que le monde croie que c’est toi qui m’as envoyé. Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous, nous sommes un, moi en eux et toi en moi — pour qu’ils soient accomplis dans l’unité et que le monde sache que c’est toi qui m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. Quant à ce que tu m’as donné, Père, je veux que là où, moi, je suis, eux aussi soient avec moi, pour qu’ils voient ma gloire, celle que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde. Père juste, le monde ne t’a jamais connu ; mais moi, je t’ai connu, et eux, ils ont su que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom et je le leur ferai connaître, pour que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, comme moi en eux. »

2 Corinthiens 3/6-18 ”  C’est lui aussi qui nous a rendus capables d’être ministres d’une alliance nouvelle, non pas de la lettre, mais de l’Esprit ; car la lettre tue, mais l’Esprit fait vivre. Or si le ministère de la mort, gravé avec des lettres sur des pierres, s’est trouvé entouré de gloire, au point que les Israélites ne pouvaient pas fixer le visage de Moïse, à cause de la gloire, pourtant passagère, de son visage, comment le ministère de l’Esprit ne le sera-t-il pas à plus forte raison ? Si le ministère de la condamnation a eu de la gloire, à bien plus forte raison le ministère de la justice abonde-t-il en gloire. — Et, sous ce rapport, ce qui a été glorifié n’a pas été glorifié, à cause de cette gloire plus éminente. —   En effet, si ce qui était passager a été marqué par la gloire, à bien plus forte raison ce qui demeure est-il entouré de gloire.  Ayant donc une telle espérance, nous montrons d’autant plus d’assurance. Nous ne faisons pas comme Moïse, qui mettait un voile sur son visage, pour que les Israélites ne voient pas la fin de ce qui était passager. Mais leur intelligence est devenue obtuse. En effet, jusqu’à ce jour, quand ils font la lecture publique de l’ancienne alliance, le même voile demeure ; il n’est pas enlevé, parce qu’il ne disparaît que dans le Christ. Jusqu’à ce jour, quand on lit Moïse, il y a un voile sur leur cœur ; mais lorsqu’on se tourne vers le Seigneur, le voile est enlevé. Or le Seigneur, c’est l’Esprit ; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté. Nous tous qui, le visage dévoilé, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transfigurés en cette même image, de gloire en gloire ; telle est l’œuvre du Seigneur, qui est l’Esprit.”

1 Corinthiens 10/31 “Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, soit que vous fassiez quelque autre chose, faites tout pour la gloire de Dieu.”

 

I – Ce qu’est la gloire de Dieu

Il est bon de revenir aux choses originelles dans l’AT comme dans le NT.

L’AT emploie un mot qui signifie la lourdeur, la pesanteur. Dans la pensée des israélites, être glorieux, c’est avoir du poids vis-à vis des autres, être de ceux qui font peser la balance, l’importance que les autres nous donnent. Le mot pour mépris est celui qui parle de légèreté. On parle encore aujourd’hui de poids lourds de la politique, p.ex.

CS LEWIS « nous devrions concevoir l’esprit comme plus lourd que la matière ». Le fait que Dieu soit esprit montre en effet qu’il a le poids suprême.

L’AT ne reste pas enfermé uniquement dans cette image du poids, il associe aussi le terme à la splendeur, la grandeur. 1 Chroniques 29/11-12 “David dit : Béni sois-tu, depuis toujours et pour toujours, SEIGNEUR, Dieu d’Israël, notre père ! 11  A toi, SEIGNEUR, la grandeur, la puissance, la splendeur, la majesté et l’éclat ; car tout ce qui est au ciel et sur la terre t’appartient ; à toi, SEIGNEUR, le règne, à toi de t’élever souverainement au-dessus de tout !  C’est de toi que viennent la richesse et la gloire ; c’est toi qui domines sur tout. C’est dans ta main que sont la force et la puissance, et c’est ta main qui a le pouvoir de rendre grand et fort.

Le terme de gloire du Seigneur est employée pour un signe visible que Dieu avait accordé à son peuple : la colonne de nuée, qui est appelée la gloire du Seigneur, comparable à un orage noir dans la tornade, elle symbolisait la présence de Dieu et elle était ravagée d’éclairs qui éclairaient la nuit alentour. C’était une colonne noire et flamboyante. Elle est intervenue DURANT l’exode pour protéger Israël des Egyptiens puis les conduire dans le désert. C’est la gloire qui a consacré le tabernacle et par la suite, elle a sanctifié le temple bâti par Salomon, afin d’en marquer la consécration à Dieu.

Elle associe la gloire à la fois à l’obscurité et à la lumière. Dans sa prière de dédicace, Salomon commence en disant “: Alors Salomon dit : L’Eternel veut habiter dans l’obscurité !” 2 Chroniques 6/1. Dieu est lumière mais habite dans l’obscurité, association du noir des nuages et de l’éclat de la lumière. Cela veut dire que la lumière de Dieu n’est pas à notre disposition, nous ne maîtrisons pas le mystère de Dieu, nous ne déchiffrons pas toutes les énigmes. Dieu est souverainement libre de se faire connaître, d’où cette association avec l’obscurité.

Sa lumière devient obscure pour nous par excès de lumière. La lumière de Dieu est au-dessus de toute lumière que nous pouvons percevoir qu’il faut qu’il la filtre.

Un poète anglais du 17° S : « la lumière est l’ombre de Dieu ».

C’est aussi se signe de la présence de Dieu qui venait s’entretenir avec Moïse. Moïse avait un privilège de communion avec Dieu, il rencontrait Dieu dans le Tabernacle et il parlait à Dieu comme à un ami et la colonne de nuée se trouvait là, comme signe tangible de la présence de Dieu et quand Moïse sortait, la peau de son visage rayonnait, brillait de la gloire de Dieu. C’était effrayant pour les israélites qui cachaient son visage, mettant un voile dessus, ce n’était pas encore le temps pour cette gloire d’être révélée. Le voile symbolise le caractère inachevé de cette gloire dans l’ancienne alliance.

Paul souligne que ce voile disparaît en Christ et que les croyants sont transfigurés comme Moïse, pas au sens physique mais spirituellement parlant. Cependant, il semble que, parfois, un regard ou un sourire de certains croyants qui sont un rayonnement de la gloire de Dieu. Dieu s’y révèle.

Dans le NT, la gloire signifie éclat, ce qui rayonne ou se manifeste. La gloire perçue en Jésus est la magnificence, le rayonnement de la gloire de Dieu, il tamise cette gloire qui pour nous serait insupportable à supporter. On comprend mieux ainsi ce qu’est la gloire de Dieu.

 

II – Que signifie « A Dieu soit la gloire » ?

La Bible insiste sur ce point. Dieu veut que toute la gloire lui revienne. Dieu est jaloux de sa gloire. «  Je ne donnerai pas ma gloire à un autre » Cela signifie que toute valeur doit lui être attribuée, qu’il soit reconnu PUBLIQUEMENT par tous comme le donateur de tout vrai bien, la source de tout ce qui mérite de briller. “Tout est de lui, par lui et pour lui. A lui la gloire pour toujours ! Amen ! ” (Rom 11/36).

III – Comment les créatures rendent-elles gloire à Dieu ?

L’idée de réverbération de cette gloire est biblique. Image de la mer de cristal dans l’Apocalypse – c’est dans chaque croyant justifié, sanctifié et glorifié par Jésus que Christ sera admiré lors de son avènement. “Ils auront pour châtiment une ruine éternelle, loin de la face du Seigneur et de la gloire de sa force, lorsqu’il viendra pour être, en ce jour-là, glorifié dans ses saints et admiré dans tous ceux qui auront cru, car notre témoignage auprès de vous a été cru.” 2 Thess 2/10

Dieu l’a dit à Moïse quand celui-ci voulait voir sa gloire. Nul ne pouvait la voir et vivre. Caché dans le rocher, qui symbolise christ en qui nous sommes abrités, Moïse a vu Dieu faire passer sa gloire, proclamant son nom comme le Dieu riche en bonté et en fidélité, qui pardonne.

Voilà la gloire suprême qu’il revendique.

Certains sont troublés par le fait que Dieu ramène toute la gloire à Lui, comme s’il donnait un mauvais exemple égocentrique, lui qui condamne toute appropriation de la gloire par un homme. Cette objection est sotte car c’est ignorer qui est Dieu. Si la créature ne peut s’approprier la gloire, c’est parce qu’elle est la créature, pas le Créateur. Attribuer la gloire à Dieu, c’est tout simplement énoncer la vérité. Dieu est Dieu et à lui revient toute la gloire. Lui qui est le bien règne dans l’univers. Refuser cela à Dieu revient à refuser le Royaume de Dieu.

D’autres pensent que l’homme se trouve relégué au dernier plan mais c’est faux car la gloire de Dieu est contagieuse quand on dépend de lui. Il nous associe à sa gloire, en nous accordant son Esprit. Son projet : amener beaucoup de fils à la gloire.

En effet, il convenait que Dieu, qui crée et maintient toutes choses, élève Jésus à la perfection au travers de la souffrance, afin d’amener beaucoup de fils à participer à sa gloire. Car Jésus est celui qui les conduit au salut” (Hébreux 2/10).

Notre corps lui-même sera un jour semblable à son corps dans la gloire, nous revêtirons un corps de gloire et nous le verrons tel qu’il est.

Un prédicateur écossais décrit la scène dans le ciel : les anges disent « regarde Jonathan, il ressemble à Jésus et Thérèse et Lucien ».

IV – Alors l’Esprit de Dieu me souleva de terre et j’entendis derrière moi une grande clameur : « Que le Seigneur soit loué là où il manifeste sa glorieuse présence. »

Dans Ezéchiel 1, le prophète a la vision d’un char en mouvement, la gloire de Dieu se manifeste dans cette dynamique qui est révélé.

Il lui est révélé que la gloire de Dieu n’est pas immobile, elle est mobile et non rivée au Temple de Jérusalem. Il voit le char et le Trône de l’Eternel, soulignant que Dieu reste libre du lieu où il peut se trouver. Et on voit ensuite la gloire de Dieu se retirer du Temple. Dieu va livrer ces lieux souillés par les israélites aux païens.

Quelle que soit notre vision des choses, conceptions, traditions…Dieu n’est pas prisonnier de cette chose.

Un verset qui parle : “Alors l’Esprit de Dieu me souleva de terre et j’entendis derrière moi une grande clameur : « Que le Seigneur soit loué là où il manifeste sa glorieuse présence. ”

Pas de contestation possible, Dieu nous demande de le louer.

Cette gloire en mouvement, elle est source de transformation pour les hommes, lorsqu’elle passe (Moïse, Jésus et tous les croyants transformés dans la présence de Dieu).

Conclusion :

Nous sommes dans la période du Retour de Jésus, sa gloire va bientôt être manifestée. Il nous faut comprendre qu’elle est en mouvement alors que tout va vite dans le monde, le Seigneur n’est pas derrière. Il est même en avance ! On est même obligé, nous Eglise, de courir derrière Lui ! Ne restons pas figés, comprenons sa vision ! Soyons conduits par l’Esprit, pas par nos traditions. Le seul mouvement : celui de la gloire de Dieu. La seule source de transformation : cette gloire de Jésus qui passe dans ma vie. Mon avenir : cette gloire qui me glorifiera physiquement et spi quand alors je verrai mon Sauveur face à face et que je le verrai tel qu’il est et que je connaîtrai comme j’ai été connu.