Des temps de rafraîchissement pour des fruits dignes de la repentance,

par l’évangéliste Daniel DEMESTEERE (06/12/2015)

Après une longue marche, on aime pouvoir boire un bon verre d’eau fraîche. Ce qui est vrai sur le plan physique l’est aussi sur le plan spirituel. A notre conversion, on est plein de fraîcheur puis peut venir l’habitude, on vient aux réunions mais la tiédeur a tendance à nous envahir, il manque quelque chose et cela se sent dans la louange, la prière, les dons spirituels…

Il nous faut donc nous mettre au bénéfice de l’action puissante du Saint-Esprit.

Psaume 32/1-7 “De David. Cantique. Heureux celui à qui la transgression est remise, A qui le péché est pardonné ! Heureux l’homme à qui l’Eternel n’impute pas d’iniquité, Et dans l’esprit duquel il n’y a point de fraude ! Tant que je me suis tu, mes os se consumaient, Je gémissais toute la journée ; Car nuit et jour ta main s’appesantissait sur moi, Ma vigueur n’était plus que sécheresse, comme celle de l’été. — Pause. Je t’ai fait connaître mon péché, je n’ai pas caché mon iniquité ; J’ai dit : J’avouerai mes transgressions à l’Eternel ! Et tu as effacé la peine de mon péché. Pause. Qu’ainsi tout homme pieux te prie au temps convenable ! Si de grandes eaux débordent, elles ne l’atteindront nullement. Tu es un asile pour moi, tu me garantis de la détresse, Tu m’entoures de chants de délivrance. — Pause.”

Actes 3/19 “Repentez-vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés, afin que des temps de rafraîchissement viennent de la part du Seigneur“.

Nous avons besoin aujourd’hui de temps de rafraîchissement.

L’histoire d’Israël nous indique des temps où Dieu s’est attristé à cause de la sécheresse des cœurs.

La fraîcheur peut venir via la repentance (Actes 3/19). La locomotive est la repentance et les wagons sont le rafraîchissement spirituel. Certains disent qu’ils n’ont pas besoin de revenir au Seigneur car ils ne sont jamais partis mais il s’agit surtout de se rapprocher de Dieu.

Pierre a connu une crise spirituelle grave qui l’a amené à renier Jésus et dans des actes comme couper l’oreille d’un homme. Il suivait le Seigneur mais de loin. Après s’être repenti, il a retrouvé ce qu’il avait perdu.

Certains pensent que la repentance est un temps d’émotion pas durable mais en fait cela va plus loin que la simple émotion, c’est un changement de mentalité qui s’étale sur des semaines voire des mois à partir d’une émotion de départ.

On retrouve la repentance comme message essentiel dans toute la Bible.

On trouve l’histoire de Joseph, ses frères ne l’aimaient pas, ils l’ont vendu comme esclave pour quelques pièces d’argent comme esclaves. Ils vont faire croire à Jacob que leur frère est mort. Il a pris le deuil, ils sont même venus hypocritement le consoler mais il refusait la consolation.

Ils avaient un problème qui a duré 20 ans. Ce furent des années de sécheresse. Puis la famine est venue frapper la tribu toute entière. Dieu voulait faire de ces hommes des patriarches, il a permis qu’ils se repentent et retrouvent ce qu’ils avaient perdu.

Ils avaient besoin de se repentir pour trouver le pardon.

Ils se dirent alors l’un à l’autre : Oui, nous avons été coupables envers notre frère, car nous avons vu l’angoisse de son âme, quand il nous demandait grâce, et nous ne l’avons point écouté ! C’est pour cela que cette affliction nous arrive.” (Gen 42/21)

Ils ont ensuite prospéré dans la région de Goshen et ont connu une nouvelle fraîcheur. C’est la bonté de Dieu qui nous pousse à la repentance (Romains 2/4). Son désir est que nous sortions de nos problèmes et retrouvions notre force, notre vigueur et notre fraîcheur.

La repentance n’est pas que pour les gens du dehors. Actes 17/30-31 “Dieu, sans tenir compte des temps d’ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu’ils aient à se repentir, parce qu’il a fixé un jour où il jugera le monde selon la justice, par l’homme qu’il a désigné, ce dont il a donné à tous une preuve certaine en le ressuscitant des morts … “

De quoi puis-je me repentir ?

– parce que je suis tiède, manque de fraîcheur, de ne pas être le sel et la lumière dans mon entourage, d’avoir blessé quelqu’un par mes paroles (on sent les coups que l’on reçoit, pas ceux qu’on donne).

– d’avoir attristé le Seigneur par ma conduite (légèreté, dureté, indifférence). Que le Seigneur nous montre !

– parce que je n’ai pas été l’ambassadeur que je devrais être.

C’est cette émotion appelée tristesse selon Dieu qui produit la repentance et le changement de mentalité dont on ne se repent jamais.

Le fils prodigue n’a pas attendu la mort de son père pour demander sa part d’héritage. Il a dilapidé celui-ci en vivant dans la débauche puis sont venus les temps de sécheresse puis en pleine famine, il s’est retrouvé au milieu des porcs. Puis est venue la tristesse, une grande tristesse et Il a fait la démarche de la repentance. Il s’est détourné de ses mauvaises voies, il a fait demi-tour dans son cœur et il est revenu vers son père sans rien revendiquer. Son père l’attendait sur le bord du chemin, chaque jour comme Dieu nous attend dans notre démarche. Il attend que nous ayons l’attitude qui lui permet de nous bénir.

“Vite, vite”, a dit le père en écoutant à peine ce qu’avait à dire le fils. Il était urgent qu’il soit présentable (lavé, revêtu d’une robe, chaussé, et doté d’un anneau…). Il est urgent de se repentir car il reste peu de temps. Repentons-nous et que le Seigneur nous embrase d’un feu nouveau pour à notre tour embraser la ville, le quartier.

Il nous faut retrouver la fraîcheur, être à nouveau un sujet d’étonnement et être débarrassé des cendres du feu passé.

Qu’est-ce qui s’oppose à la repentance ? L’orgueil.

Parfois, on sait que ce que Dieu dit est vrai mais on résiste. Dieu résiste aux orgueilleux mais il fait grâce aux humbles. Quand David est tombé dans le péché avec Bathschéba, il a perdu la santé, sa joie…mais il n’est pas resté dans l’orgueil, il a fini par dire :

Tant que je me suis tu, mes os se consumaient, Je gémissais toute la journée ; Car nuit et jour ta main s’appesantissait sur moi, Ma vigueur n’était plus que sécheresse, comme celle de l’été. — Pause. Je t’ai fait connaître mon péché, je n’ai pas caché mon iniquité ; J’ai dit : J’avouerai mes transgressions à l’Eternel ! Et tu as effacé la peine de mon péché. Pause. Qu’ainsi tout homme pieux te prie au temps convenable ! Si de grandes eaux débordent, elles ne l’atteindront nullement.  Tu es un asile pour moi, tu me garantis de la détresse, Tu m’entoures de chants de délivrance. — Pause.” (Psaume 32/3-7)

Pourquoi s’est-il tu ? Honte, orgueil ? Il a décidé d’avouer ses transgressions, il s’en est suivi quelque chose de magnifique ! Dieu a effacé sa faute (pardon). Il a retrouvé la joie de son salut, son zèle et sa santé.

Les temps de rafraîchissement suivent toujours les temps de repentance.

Jean le baptiste avait pour message la repentance, il a tancé Hérode au sujet de son épouse, qui était la femme de son frère. On lui a coupé la tête !

Après la mort de Jésus, on retrouve Pierre le jour de la Pentecôte, avec un message de repentance :

Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.  Et, par plusieurs autres paroles, il les conjurait et les exhortait, disant : Sauvez-vous de cette génération perverse. Ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés ; et, en ce jour-là, le nombre des disciples s’augmenta d’environ trois mille âmes.” (Actes 2/38-41)

Il a aussi parlé de temps de rafraîchissement (3/19). L’orgueil voudrait qu’on passe à côté.

Paul dira à Agrippa : “à ceux de Damas d’abord, puis à Jérusalem, dans toute la Judée, et chez les païens, j’ai prêché la repentance et la conversion à Dieu, avec la pratique d’œuvres dignes de la repentance” (Actes 26/20)

Jonas a prêché la repentance à Ninive, ils se sont repentis et Dieu qui avait résolu la destruction de la ville l’a vu, il s’est lui-même repenti et a changé ses projets. Si Dieu lui-même est capable de se repentir, qui sommes-nous pour nous draper dans notre orgueil ?

La repentance nous concerne tous.

Maintenant encore, dit l’Eternel, Revenez à moi de tout votre cœur, Avec des jeûnes, avec des pleurs et des lamentations ! Déchirez vos cœurs et non vos vêtements, Et revenez à l’Eternel, votre Dieu ; Car il est compatissant et miséricordieux, Lent à la colère et riche en bonté, Et il se repent des maux qu’il envoie.” (Joël 2/12-13)

Dans le contexte de notre pays, le délabrement moral, l’Eglise est appelée à être un phare, une lumière. L’Eglise doit se ressaisir et revenir à ses fondamentaux et notre message répondra à l’attente ambiante :

si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, — je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays.” (2 Chroniques 7/14)

Qu’allons-nous faire ? Comme le fils aîné dans le récit sur le fils prodigue, qui avait besoin de se repentir de sa dureté de cœur ?