Le terme “canon” est utilisé pour décrire les livres qui sont divinement inspirés et qui, par conséquent, appartiennent à la Bible. Un aspect difficile pour déterminer le canon biblique est que la Bible en elle-même ne nous donne pas une liste des livres qui doivent l’intégrer. La détermination du canon fut un processus, fait d’abord par les rabbins et érudits juifs et, plus tard, par les premiers chrétiens. Finalement, ce fut Dieu qui décida quels livres appartenaient au canon biblique. Un livre de l’Ecriture appartient au canon à partir du moment où il a été inspiré par Dieu pour son écriture. Il fallait juste que Dieu convainque ses disciples humains concernant les livres qu’il convenait d’inclure dans la Bible.

Par comparaison avec le Nouveau Testament, il y a eu très peu de controverse au sujet du canon de l’Ancien Testament. Les croyants hébreux reconnurent les messages de Dieu et acceptèrent ses écrits comme inspirés par Dieu. Il est indéniable qu’il y a eu débat sur le canon de l’Ancien Testament. Cependant, vers 250 après Jésus-Christ, il y a eu un accord presque universel sur le canon de l’Ecriture hébraïque. Le seul point de discussion qui a perduré jusqu’à ce jour a été celui des livres apocryphes…avec un débat et une discussion qui existe encore aujourd’hui. La grande majorité des érudits hébreux ont considéré que les livres apocryphes sont un ensemble de bons documents historiques et religieux, mais qu’ils ne sont pas à la hauteur des Ecritures hébraïques.

Pour le Nouveau Testament, le processus de reconnaissance et de compilation a commencé durant les premiers siècles de l’Eglise chrétienne. Dès le commencement, certains livres du Nouveau Testament ont été reconnus ; Paul considérait que les écrits de Luc avaient autant d’autorité que l’Ancien Testament :

Car l’Ecriture dit : Tu ne muselleras point le bœuf quand il foule le grain. Et l’ouvrier mérite son salaire ” (1 Timothée 5/18) ; ” Tu ne muselleras point le bœuf, quand il foulera le grain ” Deutéronome 5/4.

Luc 10/7 ” Demeurez dans cette maison-là, mangeant et buvant ce qu’on vous donnera ; car l’ouvrier mérite son salaire. N’allez pas de maison en maison “.

Pierre a reconnu les écrits de Paul comme partie des Ecritures : 2 Pierre 3/15-16 ” Considérez que la patience de notre Seigneur est votre salut, comme notre bien-aimé frère Paul vous l’a aussi écrit selon la sagesse qui lui a été donnée. C’est ce qu’il fait dans toutes les lettres où il parle de ces sujets, et où se trouvent des passages difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme elles le font du reste des Écritures, pour leur propre perdition “.

Certains livres du Nouveau Testament circulaient parmi les églises : Colossiens 4/16 ” Quand cette lettre aura été lue chez vous, faites en sorte qu’elle soit aussi lue dans l’église des Laodicéens, et que vous, vous lisiez également celle qui vous arrivera de Laodicée ” ; 1 Thessaloniciens 5:27 : ” Je vous en conjure par le Seigneur, que cette lettre soit lue à tous les frères “.

Clément de Rome mentionna au moins 8 livres du Nouveau Testament (en 95).

Ignace d’Antioche reconnut près de 7 livres (en 115) Polycarpe, un disciple de l’apôtre Jean, reconnut 22 livres (170-235) Les livres les plus controversés du Nouveau Testament ont été : Hébreux, Jacques, 2 Pierre, 2 Jean et 3 Jean. Le premier “canon” a été le Canon Muratori, qui inclut tous les livres du Nouveau Testament, excepté Hébreux, Jacques et 3 Jean. En 363, le Concile de Laodicée déclara que seul l’Ancien Testament (avec les livres Apocryphes) et les 27 livres du Nouveau Testament devaient être lus dans les églises. Le Concile d’Hippone (en 393) et le Concile de Carthage (en 397) confirma aussi l’autorité de ces 27 livres.

Les conciles se basèrent sur quelque chose de semblable aux principes suivants pour déterminer si un livre du Nouveau Testament était réellement inspiré par l’Esprit-Saint :

1°) L’auteur était-il un apôtre ou a-t-il eu une relation étroite avec un apôtre ?

2°) Le livre a-t-il été accepté par la majorité du Corps de Christ ?

3°) Le contenu du livre a-t-il une consistance doctrinale et un enseignement orthodoxe ?

4°) Ce livre contient-il l’évidence de la haute moralité et des valeurs spirituelles qui reflètent l’œuvre du Saint-Esprit ?

A nouveau, il est crucial de se souvenir que l’Eglise ne détermine pas le canon. Aucun concile primitif n’a déterminé le contenu du canon. Ce fut Dieu et Dieu seulement qui a déterminé quels livres appartenaient à la Bible. Il a juste fallu qu’il convainque ceux qui le suivaient de faire ce que LUI, avait décidé. Le processus humain consistant à réunir les livres de la Bible a été imparfait, mais Dieu, dans sa souveraineté, malgré notre ignorance et notre obstination, a guidé l’église primitive dans la reconnaissance des livres qu’Il avait inspirés.