2 Samuel 11:2-5 , 26, 27 ; 12:15-24 ; 1 Rois 1:11-40 :

«  Un soir, David se leva de sa couche et, comme il se promenait sur le toit de la maison royale, du toit il aperçut une femme qui se baignait et qui était très belle. David envoya prendre des informations sur cette femme. On lui dit : C’est Bath-Chéba, fille d’Éliam, femme d’Urie, le Hittite. David envoya des messagers pour la chercher. Elle vint vers lui, et il coucha avec elle alors qu’elle se purifiait justement de son impureté. Elle retourna dans sa maison. Cette femme devint enceinte et envoya dire à David : Je suis enceinte.  »

«  La femme d’Urie apprit que son mari était mort et elle accomplit les rites funèbres sur son époux. Quand le deuil fut passé, David l’envoya chercher et la recueillit dans sa maison. Elle devint sa femme et lui enfanta un fils. Ce que David avait fait déplut à l’Éternel.  »

«  Puis Nathan s’en alla dans sa maison. L’Éternel frappa l’enfant que la femme d’Urie avait enfanté à David, et il se mit à dépérir. David implora Dieu pour le garçon et il entreprit de jeûner. Quand il rentra, il passa la nuit couché par terre. Les anciens de sa maison insistèrent auprès de lui pour le faire lever de terre ; mais il ne voulut pas et il ne prit pas de nourriture avec eux. Or, le septième jour, l’enfant mourut. Les serviteurs de David craignaient de lui annoncer que l’enfant était mort. Car ils disaient ceci : Lorsque l’enfant vivait encore, nous lui avons parlé, et il ne nous a pas écoutés ; comment (oserons-nous) lui dire : L’enfant est mort ? Il fera un malheur ! David s’aperçut que ses serviteurs parlaient tout bas entre eux et il comprit que l’enfant était mort. Il dit à ses serviteurs : L’enfant est-il mort ? Ils répondirent : Il est mort. Alors David se leva de terre. Il se lava, se parfuma et changea de vêtements ; puis il alla dans la maison de l’Éternel et se prosterna. Il alla ensuite dans sa maison et demanda qu’on lui serve de la nourriture, et il mangea. Ses serviteurs lui dirent : Que signifie ce que tu fais ? Pour l’enfant vivant, tu jeûnais et tu pleurais ; et maintenant que l’enfant est mort, tu te lèves et tu manges ! Il répondit : Lorsque l’enfant vivait encore, je jeûnais et je pleurais, car je disais : Qui sait si l’Éternel ne me fera pas grâce et si l’enfant ne vivra pas ? Maintenant qu’il est mort, pourquoi jeûnerais-je ? Puis-je le faire revenir ? Moi j’irai vers lui, mais lui ne reviendra pas vers moi. David consola sa femme Bath-Chéba, il alla auprès d’elle et coucha avec elle. Elle accoucha d’un fils qu’elle appela Salomon, et qui fut aimé de l’Éternel.  »

«  Alors Nathan dit à Bath-Chéba, mère de Salomon : N’as tu pas appris qu’Adoniya, fils de Haggith, est devenu roi et que notre seigneur David ne le sait pas ? Viens donc maintenant, je vais te donner un conseil afin que tu sauves ta vie et la vie de ton fils Salomon. Va, entre chez le roi David et tu lui diras : O roi mon seigneur, n’as-tu pas fait un serment à ta servante, en disant : Ton fils Salomon régnera après moi et c’est lui qui siégera sur mon trône ? Pourquoi donc Adoniya régnerait-il ? Voici : pendant que tu parleras là avec le roi, j’entrerai moi-même après toi et je compléterai tes paroles. Bath-Chéba se rendit dans la chambre du roi. Or, le roi était très vieux, et Abichag, la Sunamite, était au service du roi. Bath-Chéba s’inclina et se prosterna devant le roi ; et le roi dit : Qu’as-tu ? Elle lui répondit : Mon seigneur, tu as fait ce serment à ta servante par l’Éternel, ton Dieu, en disant de ton fils Salomon : Il régnera après moi et c’est lui qui siégera sur mon trône. Or, voici maintenant qu’Adoniya règne ! Et maintenant tu ne le sais pas, ô roi mon seigneur ! Il a sacrifié des bœufs, des veaux gras et du petit bétail en quantité ; il a invité tous les fils du roi, le sacrificateur Abiatar et Joab, chef de l’armée, mais il n’a pas invité ton serviteur Salomon. Et toi le roi mon seigneur, tout Israël a les yeux sur toi, pour que tu lui déclares qui siégera sur le trône du roi mon seigneur après lui. Lorsque le roi mon seigneur sera couché avec ses pères, il arrivera que moi et mon fils Salomon nous serons traités comme des coupables. Tandis qu’elle parlait encore avec le roi, voici qu’arriva le prophète Nathan. On l’annonça au roi en disant : Voici le prophète Nathan ! Il arriva en présence du roi et se prosterna devant le roi, le visage contre terre. Ensuite Nathan dit : O roi mon seigneur, c’est donc toi qui as dit : Adoniya régnera après moi et c’est lui qui siégera sur mon trône ! Car il est descendu aujourd’hui, il a sacrifié des bœufs, des veaux gras et du petit bétail, en quantité ; il a invité tous les fils du roi, les chefs de l’armée et le sacrificateur Abiatar ; les voici qui mangent et boivent devant lui et qui disent : Vive le roi Adoniya ! Mais il n’a invité ni moi qui suis ton serviteur, ni le sacrificateur Tsadoq, ni Benayahou, fils de Yehoyada, ni ton serviteur Salomon. Est-ce bien de par mon seigneur le roi que cette affaire a lieu, et sans que tu aies fait connaître à ton serviteur qui siégera sur le trône du roi mon seigneur après lui ? Le roi David répondit : Appelez-moi Bath-Chéba. Elle entra devant le roi et se présenta devant le roi. Alors le roi fit un serment et dit : L’Éternel est vivant, lui qui m’a libéré de toute détresse ! Ainsi que je t’en ai fait le serment par l’Éternel, le Dieu d’Israël, en disant : Ton fils Salomon régnera après moi et siégera sur mon trône à ma place, ainsi ferai-je aujourd’hui. Bath-Chéba s’inclina le visage contre terre, se prosterna devant le roi et dit : Vive à jamais mon seigneur le roi David ! Le roi David dit : Appelez-moi le sacrificateur Tsadoq, le prophète Nathan et Benayahou, fils de Yehoyada. Ils entrèrent en présence du roi ; le roi leur dit : Prenez avec vous les serviteurs de votre seigneur, faites monter mon fils Salomon sur ma mule et faites-le descendre à Guihôn. Là, le sacrificateur Tsadoq et le prophète Nathan lui donneront l’onction comme roi sur Israël. Vous sonnerez du cor et vous direz : Vive le roi Salomon ! Vous monterez derrière lui ; il viendra siéger sur mon trône et c’est lui qui régnera à ma place. Je l’ai établi conducteur d’Israël et de Juda. Benayahou, fils de Yehoyada, répondit au roi : Amen ! Qu’ainsi dise l’Éternel, le Dieu de mon seigneur le roi ! Comme l’Éternel a été avec mon seigneur le roi, qu’il soit avec Salomon et qu’il élève son trône plus que le trône de mon seigneur le roi David ! Alors le sacrificateur Tsadoq descendit avec le prophète Nathan, Benayahou, fils de Yehoyada, les Kérétiens et les Pélétiens, ils firent monter Salomon sur la mule du roi David et le menèrent à Guihôn. Le sacrificateur Tsadoq prit la corne d’huile dans la tente et donna l’onction à Salomon. On sonna du cor, et tout le peuple dit : Vive le roi Salomon ! Tout le peuple monta derrière lui, et le peuple jouait de la flûte et se livrait à une grande joie ; la terre s’ébranlait par leurs cris.  »

Le nom de Bath-Chéba est lié au terrible péché commis par David. Il est si terrible que nous sommes étonnés qu’il ait pu être commis par un homme qui était agréable à Dieu. Il représente trois transgressions distinctes. En premier lieu, un acte d’adultère ignominieux. Secondement, David a fait enivrer Urie, dans un effort pour dissimuler sa propre faute. Finalement, il a intrigué et disposé les choses de façon à ce que Urie meure dans l’attaque d’une ville. Il a donné des ordres expresses pour qu’il soit placé sur le front.

Dieu ne fait pas acception de personnes et ces faits sont relatés dans la Bible. David, l’élu de Dieu était coupable d’une conduite honteuse. Mais nous devons aussi observer la conduite de Bath-Chéba. Comme il est naturel, nous parlons toujours de ce qu’a fait David, mais nous devons penser aussi à ce qu’a fait Bath-Chéba.

David s’est arrêté sur Bath-Chéba en la voyant se baigner, tandis qu’il se promenait sur la terrasse de son palais. Nous devons supposer que Bath-Chéba devait se rendre compte qu’elle se baignait dans un endroit où elle pouvait être observée. Sans doute était-ce sur la terrasse, qui se trouvait dans la majorité des maisons d’Orient à l’endroit du toit. Là, passe l’air et il s’agit d’un endroit agréable, surtout le soir. Bath-Chéba ne devait pas s’exposer ainsi et, par conséquent, nous devons la rendre responsable de son manque de pudeur. En aucune façon cela ne constitue une excuse pour David. Sur ce point, il n’y a d’ailleurs pas besoin de commentaires supplémentaires.

Il ne nous est rien dit des circonstances de l’entrevue de Bath-Chéba avec David quand celui-ci la fit appeler. Nous n’en connaissons que les résultats. «  Elle vint vers lui, et il coucha avec elle alors qu’elle se purifiait justement de son impureté. Elle retourna dans sa maison. Cette femme devint enceinte…  » ; Nous ne savons pas si elle pouvait pressentir la motivation de l’appel, mais elle aurait tout de même dû résister aux exigences du roi. Si Bath-Chéba n’avait nullement consenti, comme cela était de son devoir, David n’aurait pas eu l’opportunité de commettre ce péché ni elle non plus. Aussi, nous devons considérer Bath-Chéba comme complice dans l’adultère.

Le reste de l’histoire est bien connu. Urie était un homme loyal, sincère et incapable de penser à la trahison qu’avaient commis contre elle son épouse et le roi. Urie mort, Bath-Chéba occupa la place d’une des épouses de David. Quand elle donna naissance à l’enfant, elle se trouvait déjà dans le palais.

Les Ecritures ne disent rien concernant la manière dont elle-même a jugé sa propre conduite. Il ne nous est parlé que de David. Le récit nous montre le péché et la repentance d’un grand homme, de même que le châtiment qu’il a subi pour cela. Finalement, il nous est parlé de sa restauration car David a payé toute sa vie les conséquences de ces péchés. Bath-Chéba est responsable avec le roi.

L’histoire constitue un avertissement à toute femme qui joue avec son charme physique, sur les graves dangers qu’elle encourt. Dieu exige que toutes nos voies soient droites en sa présence.