Introduction : Souvenons-nous que l’adoration est ce qui, avant toute autre chose, nous est demandé par Dieu. Un auteur a dit qu’il s’agissait de l’enjeu suprême de l’univers, c’est l’enjeu de la guerre spirituelle qui sévit depuis la chute des anges et l’introduction du mal dans le cosmos.
L’origine du mal, c’est nier le droit et la dignité de Dieu à être adoré.

«  Tu adoreras le Seigneur ton Dieu, et tu le serviras lui seul  » (Math 4 :10)

Cette bataille se voir au travers des lignées qui se succèdent au fur et à mesure que passe le temps et qui opposent les adorateurs véritables et ceux qui veulent vivre et agir à leur guise sans tenir compte de la volonté de Dieu :

- Caïn/Abel
- Noé/le monde antédiluvien
- Abraham/Lot
- Moïse/Dathan et Abiram et Koré
- David/Saül.

I – LE SEIGNEUR RECLAME UNE JUBILATION

Psaume 100/1-5 : «  Psaume de louange. Poussez vers l’Éternel des cris de joie, Vous tous, habitants de la terre ! Servez l’Éternel, avec joie, Venez avec allégresse en sa présence ! Sachez que l’Éternel est Dieu ! C’est lui qui nous a faits, et nous lui appartenons ; Nous sommes son peuple, et le troupeau de son pâturage. Entrez dans ses portes avec des louanges, Dans ses parvis avec des cantiques ! Célébrez-le, bénissez son nom ! Car l’Éternel est bon ; sa bonté dure toujours, Et sa fidélité de génération en génération.  »

Dans les temps antiques de l’époque de l’Ancien Testament , quand fut écrit ce Psaume, on acclamait les généraux ou les rois qui revenaient en vainqueurs d’une bataille ou lorsque apparaissait le roi en public, une grande acclamation bruyante jaillissait du cœur du peuple. Pensons à la Libération en 1945, et aux cris de triomphe de la liberté.
C’est ce cri que le Seigneur demande dans ce Psaume, il est le Roi des Rois, il est Vainqueur de celui qui a causé la chute de l’humanité, vainqueur du mal, vainqueur du prince des ténèbres, du prince de ce monde, vainqueur de la mort et du péché, Il a tout accompli, il nous a donné par son sang précieux l’accès illimité et haut débit au Trône de la Grâce, il nous a pardonnés nos péchés, il a pu enfin nous adopter et nous sommes désormais enfants de Dieu, justifiés par la foi, objets de sa grâce, bénis de toutes bénédictions spirituelles en Jésus, héritiers et co-héritiers du Père et du Fils de Dieu, purifiés, glorifiés, nés d’En-Haut et pour la plupart d’entre nous baptisés du Saint-Esprit, revêtus de l’onction du Saint-Esprit, remplis du Saint-Esprit, conduits par le Saint-Esprit. Il ya de quoi jubiler ! Comptons les bienfaits de Dieu !

Ce texte nous apprend que le Seigneur requiert de notre part une adoration spontanée et brute, vigoureuse, d’un cœur dont la priorité est de faire la bon plaisir de Dieu.
2 Chroniques 20/19 «  Les lévites d’entre les qehatites et d’entre les qoréites se levèrent pour louer le Seigneur, le Dieu d’Israël, d’une voix très forte  » Ils furent vainqueurs des ammonites et des moabites et des gens de Séir (à qui Dieu tendit une embuscade, intervenant ainsi directement).

Lors du rétablissement du culte par Josué et Zorobabel, Esdras 3 :13 «  Le peuple ne pouvait distinguer les acclamations de joie d’avec les pleurs, car le peuple lançait une grande acclamation qui s’entendait de très loin  »
Le Psaume 100 et tous ces textes indiquent que le Seigneur veut que son peuple se réjouisse tandis qu’il loue son saint nom. La joie dans la louange est la caractéristique essentielle qui ressort des Psaumes. Jésus a chanté joyeusement les Psaumes avec les disciples après une sainte cène.

C’est une invitation à la terre entière : cessons de nous plaindre et réjouissons-nous dans le Seigneur !

Marie Chantait comme nous le montre Luc 1 :46-47 «  je magnifie le Seigneur, je suis transportée d’allégresse en Dieu, mon Sauveur » littéralement « mon âme magnifie le Seigneur et mon esprit s’est mis à exulter  ».

Le Psaume 100 invite aussi à une louange intelligente, à savoir qui est notre Dieu (son œuvre, sa personne, sa doctrine, sa volonté).

EXULTER = être transporté de joie

II – PROFONDEUR DANS L’ADORATION ET SAINT-ESPRIT

Tout en parlant du renouvellement de l’être nouveau que nous sommes devenus, spirituellement parlant, l’apôtre dit en Ephésiens 5 :19 «  soyez remplis par l’Esprit ; parlez-vous par des cantiques, des hymnes et des chants spirituels ; chantez et célébrez le Seigneur de tout votre cœur ; rendez toujours grâce pour tout, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, à celui qui est Dieu et Père  ».
«  buvez à longs traits à la coupe par l’Esprit, laissez-vous constamment à nouveau remplir par le Saint-Esprit et cherchez en lui votre plénitude. Comment ? Que votre joie déborde dans vos entretiens fraternels, qu’elle s’exprime par le chant des psaumes, d’hymnes et de cantiques inspirés. De tout votre être, chantez et jouez pour Dieu et que, du secret de votre cœur, une musique s’élève sans cesse vers lui  » (Transcription Parole Vivante).
A noter que Paul met en contraste cette exhortation face à une vie déréglée, impure, etc…

Nous sommes exhortés à nous réjouir, à chanter et adorer de tout notre cœur et à chanter en langues. Paul nous dit en 1 Corinthiens 14 :15 qu’il chantait par l’Esprit mais aussi de façon intelligible.

Soyons spontanés ! Laissons le Saint-Esprit agir en nous ! Abandonnons-nous au Saint-Esprit, laissons nos raisonnements de côté et même nos conceptions de la vie chrétienne pour un temps. Sois ce que Dieu veut que tu sois au moment du culte !

Réclamons le baptême du Saint-Esprit (Actes 1 : 8), toute l’église primitive parlait en langues car elle avait reçu le baptême du Saint-Esprit et quand ce n’était pas le cas, on ne trouvait pas cela normal, contrairement à aujourd’hui (ex : Pierre et Jean et les 12 disciples, en Actes 19).
Actes 2 :4 «  ils furent tous remplis du S.E. et se mirent à parler en d’autres langues, selon ce que l’Esprit leur donnait d’énoncer  ».
Marc 16 :17 mentionne le fait de parler en langues parmi les signes accompagnant ceux qui croient.
1 Cor 14 :4 «  celui qui parle en langues se construit lui-même  » Jude 20 «  mais vous, bien-aimés, construisez-vous sur votre très sainte foi, priez par l’Esprit-Saint, gardez-vous dans l’amour de Dieu…  »

«  en effet, celui qui parle en langue ne parle pas aux humains, mais à Dieu, car personne ne le comprend, et c’est en esprit qu’il dit des mystères  » On touche donc à la connaissance intime et secrète de Dieu, au mystère de la piété, de ses richesses.
Romains 8 :26 «  De même aussi l’Esprit vient au secours de notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables ; et celui qui sonde les cœurs sait à quoi tend l’Esprit : c’est selon Dieu qu’il intercède en faveur des saints  »

C’est aussi un signe pour les incrédules (14 :22)

LE CHANT EN LANGUES

C’est une union du Saint-Esprit avec notre esprit pour exprimer des sentiments et des pensées concernant Dieu. C’est la louange intégrale, de tout notre être dans la présence de Dieu.
Les croyants sont unis dans un chant céleste, qui semble converger vers un accord puissant et fort.
C’est comme une union entre le ciel et la terre.
C’est comme si Dieu se chantait lui-même et nous faisait écouter la beauté de son chant, provenant de l’éternité même.
Il provoque l’adoration profonde et l’harmonie dans l’assemblée, une purification des cœurs, la foi, le sentiment d’appartenir avec certitude au Seigneur, l’humilité, un face à face avec Dieu.

Conclusion : Fort de cet enseignement de la Parole de Dieu, soupirons après des moments de fraîcheur spirituelle et de renouvellement issus d’une adoration authentique inspirée de la Bible, vécue en esprit et en vérité.