ADORER DIEU POUR L’ETERNITE (1ère partie)

L’ADORATION AU CIEL

dame

Beaucoup pensent qu’adorer Dieu pour toute l’éternité ne sera pas joyeux et, en termes humains, cela peut paraître fatigant, ennuyeux ou fastidieux. Rien de plus erroné !

Ceux qui parlent ainsi ne sont sans doute pas encore de vrais adorateurs sur cette terre. Le plus probable est qu’ils n’ont pas encore appris à adorer Dieu “en esprit et en vérité”, comme Dieu veut que nous le fassions (Jean 4/23-24). En outre, ils voient certainement l’adoration depuis la perspective de notre humanité limitée et imparfaite.

Ceux qui pensent ainsi ne conçoivent déjà pas l’idée de passer une heure à adorer Dieu ici sur terre, alors pour eux, imaginer qu’ils vont faire cela tout le temps, pour toujours dans le ciel !

En réalité, ici, nous sommes assujettis à un corps naturel, physique, qui a de nombreuses exigences. C’est ainsi que c’est difficile pour notre mentalité de comprendre le fait d’une intimité permanente et continuelle avec Dieu dans l’adoration.

En revanche, là-bas, dans le Ciel, nous serons dans une parfaite, complète et éternelle communion dans l’intimité de notre Seigneur. Et pour cela, nous serons alors parfaits devant Dieu, étant dans un corps glorifié. Nous ne serons plus jamais assujettis aux désirs, aux passions, aux préoccupations ou aux angoisses de ce monde actuel. Pas même le temps tel que nous le connaissons n’aura de valeur.

Aussi, dépouillés de ces fardeaux et de ces limitations terrestres, dans le Ciel, nous nous nous verrons spontanément adorer Dieu et nous le ferons avec plaisir.

Si nous étudions ce que dit la Bible sur l’adoration céleste, nous allons voir qu’au Ciel, il y a et il y aura une adoration continuelle à Dieu d’une manière telle que, aujourd’hui, il nous serait difficile de la concevoir avec notre entendement naturel.

Voyons un texte qui nous révèle un peu de ce que sera l’adoration dans le Ciel. Le Seigneur a permis à l’apôtre Jean de contempler cette révélation et il l’a gravé dans le livre de l’Apocalypse :

porteouverte

Après cela, je regardai, et voici, une porte était ouverte dans le ciel. La première voix que j’avais entendue, comme le son d’une trompette, et qui me parlait, dit : Monte ici, et je te ferai voir ce qui doit arriver dans la suite. Aussitôt je fus ravi en esprit. Et voici, il y avait un trône dans le ciel, et sur ce trône quelqu’un était assis. Celui qui était assis avait l’aspect d’une pierre de jaspe et de sardoine ; et le trône était environné d’un arc-en-ciel semblable à de l’émeraude. Autour du trône je vis vingt-quatre trônes, et sur ces trônes vingt-quatre vieillards assis, revêtus de vêtements blancs, et sur leurs têtes des couronnes d’or. Du trône sortent des éclairs, des voix et des tonnerres. Devant le trône brûlent sept lampes ardentes, qui sont les sept esprits de Dieu. Il y a encore devant le trône comme une mer de verre, semblable à du cristal. Au milieu du trône et autour du trône, il y a quatre êtres vivants remplis d’yeux devant et derrière. Le premier être vivant est semblable à un lion, le second être vivant est semblable à un veau, le troisième être vivant a la face d’un homme, et le quatrième être vivant est semblable à un aigle qui vole.  Les quatre êtres vivants ont chacun six ailes, et ils sont remplis d’yeux tout autour et au dedans. Ils ne cessent de dire jour et nuit : Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu, le Tout-Puissant, qui était, qui est, et qui vient !  Quand les êtres vivants rendent gloire et honneur et actions de grâces à celui qui est assis sur le trône, à celui qui vit aux siècles des siècles, les vingt-quatre vieillards se prosternent devant celui qui est assis sur le trône, et ils adorent celui qui vit aux siècles des siècles, et ils jettent leurs couronnes devant le trône, en disant: Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire et l’honneur et la puissance ; car tu as créé toutes choses, et c’est par ta volonté qu’elles existent et qu’elles ont été créées.” (Apoc 4/1-11)

adorationceleste

Difficile d’imaginer cette scène. Bien que personne ne puisse dire avec certitude qui sont ces quatre êtres vivants ni même comprendre toute leur apparence, la Bible nous dit que ce sont des êtres étonnants (Ezéchiel 1/1-28) qui se trouvent devant la présence de Dieu et lui rendent une adoration continuelle. Si nous y prêtons garde, l’Apocalypse nous dit qu’ils ne cessent, ils n’arrêtent jamais d’adorer Dieu.

Ce texte appelle notre attention “ Ils ne cessent de dire jour et nuit : Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu, le Tout-Puissant, qui était, qui est, et qui vient !“. Et ce n’est pas tout. Il nous est dit ici que “toujours” (à chaque fois, continuellement où ils font cela), les 24 vieillards se prosternent devant Celui qui est assis sur le trône et ils adorentet jettent leurs couronnes devant le trône”.

 adorationceleste2

Ces 24 anciens sont prosternés devant le Seigneur pratiquement tout le temps (car les 4 êtres vivants ne cessent jamais d’adorer Dieu). Les couronnes de ces 24 anciens sont plus souvent aux pieds du Seigneur que sur leur tête. S’ils parviennent à les reprendre, alors à chaque fois qu’ils se lèvent et regardent Dieu face à face, en contemplant son incomparable beauté et sa majesté, alors ils la déposent à nouveau aux pieds du Seigneur et se prosternent devant Lui.

On ne sait pas non plus avec certitude qui sont ces 24 anciens. Il y en a qui pensent qu’il s’agit d’un groupe représentatif des rachetés. il en est d’autres qui croient qu’il s’agit des 11 apôtres, de l’apôtre Paul et de quelques prophètes ou bien que ce sont des êtres totalement célestes. Personne ne peut être affirmatif sur une quelconque interprétation.

Quoi qu’il en soit, il convient de souligner que ces 24 vieillards (à qui Dieu a concédé le suprême honneur de les couronner et de s’asseoir chacun sur un trône autour de Son propre trône -Apoc 4/4), ne se considèrent pas dignes de conserver sur leurs têtes leurs couronnes. Au contraire, en signe de reconnaissance de la suprême seigneurie de Dieu, ils les jettent à ses pieds et s’abandonnent devant lui dans une belle attitude d’adoration.

Alors combien plus nous devrions, nous, simples mortels, dans l’humilité, lui rendre l’adoration qui lui est due, toujours et chaque jour de nos vies ?

Adorer le Seigneur est entre autres choses un signe de notre reconnaissance de sa complète seigneurie et majesté. Il est le Roi suprême, entre tous les rois. Un enfant de Dieu qui n’adore pas ou n’a pas d’intérêt pour l’adoration révèle une mesure d’orgueil.

ciel

Pensons-y : tous ces êtres (les 4 êtres vivants, les 24 vieillards, les anges, archanges, chérubins, séraphins) qui ont le privilège de se tenir devant le trône de Dieu et de le contempler, qui sont magnifiques comparés à nous et sont continuellement dans la présence du Seigneur, eh bien ils participent joyeusement et avec ferveur à l’adoration céleste continuelle. Alors comment n’adorerions-nous pas le Seigneur dès ici-bas et n’unirions-nous pas nos voix aux leurs dans une véritable adoration comme Dieu le désire ?

Nous commençons à apprendre à le faire alors que nous sommes dans un corps mortel car sinon, comment le ferons-nous dans le Ciel ?

Les Ecritures nous disent que tous ceux qui ont la vie éternelle feront aussi partie de cette belle adoration permanente et éternelle à Dieu :

Après cela, je regardai, et voici, il y avait une grande foule, que personne ne pouvait compter, de toute nation, de toute tribu, de tout peuple, et de toute langue. Ils se tenaient devant le trône et devant l’agneau, revêtus de robes blanches, et des palmes dans leurs mains. Et ils criaient d’une voix forte, en disant : Le salut est à notre Dieu qui est assis sur le trône, et à l’agneau. Et tous les anges se tenaient autour du trône et des vieillards et des quatre êtres vivants ; et ils se prosternèrent sur leurs faces devant le trône, et ils adorèrent Dieu, en disant : Amen ! La louange, la gloire, la sagesse, l’action de grâces, l’honneur, la puissance, et la force, soient à notre Dieu, aux siècles des siècles ! Amen !” (Apoc 7/9-12)

Après cela, j’entendis dans le ciel comme une voix forte d’une foule nombreuse qui disait : Alléluia ! Le salut, la gloire, et la puissance sont à notre Dieu, parce que ses jugements sont véritables et justes ; car il a jugé la grande prostituée qui corrompait la terre par son impudicité, et il a vengé le sang de ses serviteurs en le redemandant de sa main… Et les vingt-quatre vieillards et les quatre êtres vivants se prosternèrent et adorèrent Dieu assis sur le trône, en disant : Amen ! Alléluia ! Et une voix sortit du trône, disant : Louez notre Dieu, vous tous ses serviteurs, vous qui le craignez, petits et grands ! Et j’entendis comme une voix d’une foule nombreuse, comme un bruit de grosses eaux, et comme un bruit de forts tonnerres, disant : Alléluia ! Car le Seigneur notre Dieu tout-puissant est entré dans son règne. Réjouissons-nous et soyons dans l’allégresse, et donnons-lui gloire ; car les noces de l’agneau sont venues, et son épouse s’est préparée, et il lui a été donné de se revêtir d’un fin lin, éclatant, pur. Car le fin lin, ce sont les œuvres justes des saints.” (Apoc 19/1-2, 4-8)

adorationceleste3

Le prophète Esaïe a aussi eu le privilège de distinguer un peu de la gloire de Dieu dans le ciel et de l’adoration céleste :

L’année de la mort du roi Ozias, je vis le Seigneur assis sur un trône très élevé, et les pans de sa robe remplissaient le temple. Des séraphins se tenaient au-dessus de lui ; ils avaient chacun six ailes ; deux dont ils se couvraient la face, deux dont ils se couvraient les pieds, et deux dont ils se servaient pour voler. Ils criaient l’un à l’autre, et disaient : Saint, saint, saint est l’Eternel des armées ! toute la terre est pleine de sa gloire ! Les portes furent ébranlées dans leurs fondements par la voix qui retentissait, et la maison se remplit de fumée.” (Es 6/1-4)

Ainsi donc, si nous n’avons pas encore appris à nous réjouir et à avoir de l’allégresse dans la louange ni à être immergés dans l’adoration devant notre Roi, alors mieux vaudrait apprendre et nous habituer à le faire car ici-bas, a lieu notre formation quant à ce que nous ferons pour toute l’éternité dans sa présence bénie : l’adorer.

Beaucoup ont dit que l’adoration que nous élevons vers Dieu ici sur cette terre n’est qu’un essai de ce que nous ferons dans le ciel. Et si ces essais terrestres peuvent être aussi magnifiques, combien le concert céleste final le sera davantage !

Méditons à ce sujet Les croyants sur cette terre peuvent et doivent faire diverses choses que Dieu nous demandés : nous prêchons et enseignons sa sainte parole bénie, nous apportons l’évangile et nous faisons des disciples. Nous recherchons aussi sa présence dans la prière et nous élevons notre louange et notre adoration. Nous faisons des offrandes et des dîmes pour son œuvre, nous faisons des œuvres bonnes envers notre prochain, etc.

Tout cela est bien, nécessaire et magnifique et si nous ne le faisions pas, nous aurions des comptes à rendre à Dieu. Mais la chose qui prévaudra et que nous continuerons à faire dans sa présence pour toute l’éternité, nous la connaissons.

En effet, dans le ciel, il n’y aura plus besoin de la prière car nous le verrons tel qu’il est et nous pourrons converser avec lui face à face avec lui :

Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté ; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est.” (1 Jean 3/2)

Dans le ciel, nous ne prêcherons plus non plus la Parole et nous ne l’enseignerons plus car en ce jour, nous le connaîtrons tous. Il n’y aura plus d’âmes à sauver car celles qui auront été sauvées seront aussi avec nous et il n’y aura donc plus d’occasion de leur prêcher et de les sauver.

Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement…” (Héb 9/27)

De la même manière, nous ne donnerons plus la dîme ni les offrandes au ciel car nous jouirons de la plénitude et des richesses du Seigneur. L’argent n’aura pas de valeur dans la cité céleste qui sera d’or.

Et il me transporta en esprit sur une grande et haute montagne. Et il me montra la ville sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel d’auprès de Dieu… La muraille était construite en jaspe, et la ville était d’or pur, semblable à du verre pur.” (Apoc 21/10,18)

adorateur5.png

Enfin, la seule chose que nous ferons encore, ce sera l’adoration pour l’éternité. L’adoration pour Dieu préexiste avant l’être humain et prévaudra aux siècles des siècles pour toute l’éternité, transcendant le temps et l’espace. En fait, l’exaltation de Dieu est le tout et la raison d’être de l’univers.