A L’ECOLE DE DIEU

Lecture : Philippiens 4/10-14 “J’ai éprouvé une grande joie dans le Seigneur de ce que vous avez pu enfin renouveler l’expression de vos sentiments pour moi ; vous y pensiez bien, mais l’occasion vous manquait.  Ce n’est pas en vue de mes besoins que je dis cela, car j’ai appris à être content de l’état où je me trouve. Je sais vivre dans l’humiliation, et je sais vivre dans l’abondance. En tout et partout j’ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l’abondance et à être dans la disette.  Je puis tout par celui qui me fortifie. Cependant vous avez bien fait de prendre part à ma détresse.”

ecolededieu

La vie en général est une école par laquelle on apprend, il faut en retenir les leçons. Dieu est un Maître, Sa Loi est comme un pédagogue qui enseigne que Dieu est Saint, on ne peut mériter sa grâce et la Loi nous permet ainsi de comprendre notre incapacité à nous sauver nous-mêmes. Elle nous conduit ainsi vers Christ, l’Agneau qui a été offert une fois pour toutes.

Paul se trouvait en prison mais néanmoins toujours à l’école de Dieu.

J’ai appris“, dit Paul (v 11). Paul a connu la prison plusieurs fois. Son ministère à Philippes a pratiquement commencé en prison après l’épisode de la délivrance de la Pythonisse (Actes 16/13-40). Paul apprenait et ainsi grandissait.

I Corinthiens 11/23-28 “Sont-ils ministres de Christ ? — Je parle en homme qui extravague. — Je le suis plus encore : par les travaux, bien plus ; par les coups, bien plus ; par les emprisonnements, bien plus. Souvent en danger de mort, cinq fois j’ai reçu des Juifs quarante coups moins un, trois fois j’ai été battu de verges, une fois j’ai été lapidé, trois fois j’ai fait naufrage, j’ai passé un jour et une nuit dans l’abîme.  Fréquemment en voyage, j’ai été en péril sur les fleuves, en péril de la part des brigands, en péril de la part de ceux de ma nation, en péril de la part des païens, en péril dans les villes, en péril dans les déserts, en péril sur la mer, en péril parmi les faux frères.  J’ai été dans le travail et dans la peine, exposé à de nombreuses veilles, à la faim et à la soif, à des jeûnes multipliés, au froid et à la nudité.  Et, sans parler d’autres choses, je suis assiégé chaque jour par les soucis que me donnent toutes les Eglises.”

Il n’a pas dit qu’il était content de l’état dans lequel il se trouvait mais dans l’état où il se trouvait, infime par rapport au poids éternel de gloire que représente l’éternité avec Dieu par rapport à ces mauvais moments.

“j’ai appris à être content dans l’état où je me trouve » : c’est la mentalité du Racheté, qui sait où il va, qui est rendu participant de la nature divine. Les gens se plaignent aujourd’hui pour un oui ou pour un non. A l’école de Dieu, on apprend, il nous donne une mentalité nouvelle comme à Paul, qui a appris à s’épanouir quelle que soit la situation.

“Je sais vivre” : Paul disait déjà « Christ est ma vie » (Gal 2/20). C’est sa relation avec Christ qui primait et à cette école, il a appris à vivre. C’est différent du savoir-vivre, il s’agit plutôt là de savoir vivre comme le Seigneur à la gloire de Dieu, en lui permettant d’agir en nous et à travers nous.

Savoir vivre permet de savoir où on va. C’est aussi savoir mourir à soi-même.

“J’ai appris à être” : content, dans la disette comme dans l’abondance. Il s’empare de plus en plus de ce qu’il est devenu, de ce qui est à lui et à être comme Christ.

La Bible parle de “perfectionnement des saints”, c’est l’école de Dieu, pour que nous soyons ce que Dieu veut que nous soyons. Il est important d’être un enfant de Dieu même quand on est seul, que personne ne nous voit. Etre quelqu’un qui marche avec Dieu.

Paul laissait le Saint-Esprit le transformer de plus en plus à l’image de Jésus. Sans l’école de Dieu, pas de transformation.

“Je puis tout” : par celui qui m’instille sa force, afin de me permettre de répondre à toutes les situations que l’on rencontre, apprendre à réagir et à prendre la victoire.

Les épreuves de Paul constituent l’école de Dieu pour lui. C’est une école permanente. Ai-je un conflit avec le voisin ? Est-ce un simple conflit ou l’occasion pour moi ou moyen d’apprendre à gérer un conflit, selon le caractère de Christ ?

Philippiens 4/9 ” Ce que vous avez appris, reçu et entendu de moi, et ce que vous avez vu en moi, pratiquez-le.”

Nous pouvons parler et enseigner à travers notre vie, notre comportement. Paul était ministre de Christ mais il était une personne avec un comportement et ce qu’il est devenu était un enseignement.

Apprendre et pratiquer, dit Paul. ” Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux.” (Matthieu 7/21)

Nous avons besoin aussi d’apprendre les uns des autres et de nous souvenir de ceux qui nous ont précédé et imiter leur foi.

Ephésiens 4/20 “Mais vous, ce n’est pas ainsi que vous avez appris Christ

Apprendre Christ est nécessaire, pas forcément sur Christ (connaissance). Il s’agit des expériences d’intimité avec Christ, du transfert de ce qui est en Christ par le Saint-Esprit, quand il nous transforme. Quand on prie, loue, adore, sert, on apprend Christ et on devient un témoignage qui glorifie Jésus.

1 Thess 4/9 “Pour ce qui est de l’amour fraternel, vous n’avez pas besoin qu’on vous en écrive ; car vous avez vous-mêmes appris de Dieu à vous aimer les uns les autres

Dieu est amour (cf. Jean 3/16), nous avons appris à nous aimer les uns les autres par son exemple. Expérimenter l’amour de Dieu et jusqu’où il est allé pour nous nous permet d’apprendre à aimer les autres.

Dieu ne cesse jamais de nous aimer malgré nos erreurs, nos désobéissances, nos errances ou quand nous franchissons toutes les lignes rouges.

2 Tim 3/14 “Toi, demeure dans les choses que tu as apprises, et reconnues certaines, sachant de qui tu les as apprises “

Ce qu’on apprend doit devenir permanent dans notre vie comme les leçons apprises à l’école et qui constituent des fondamentaux qu’on n’a pas oubliés.  Le Saint-Esprit nous rappelle même les leçons apprises. Demeurer dans ce qu’on a appris, des choses certaines (venant de Dieu, conformes à l’Ecriture).

1 Jean 1/5 “La nouvelle que nous avons apprise de lui, et que nous vous annonçons, c’est que Dieu est lumière, et qu’il n’y a point en lui de ténèbres.”

Nous apprenons par le message de l’évangile, sa Parole, par laquelle Dieu parle. L’intimité avec Lui et l’onction nous enseigne toutes choses également. La Parole de Vie renouvelle notre intelligence et transforme notre caractère. Ce que nous avons appris du Seigneur doit bouleverser notre vie et nous rendre semblables à Christ. Permettons ainsi aux circonstances de favoriser notre transformation.

Il est vrai aussi qu’il y a des silences de Dieu mais Dieu dirige toutes choses pour nous apprendre à marcher avec Lui.

“content” désignait une personne qui ne se laisse pas troubler par les circonstances de la vie.

C’est, en effet, une grande source de gain que la piété avec le contentement ” (1 Tim 6/6)

Tous les jours du malheureux sont mauvais, Mais le cœur content est un festin perpétuel.” (Prov 15/15)

Conclusion : Soyons contents dans la situation dans laquelle nous nous trouvons, apprenons à vivre l’abondance avec Dieu comme la disette, notre contentement étant d’être avec le Seigneur, de nous attacher à Lui, de nous cramponner à Lui.

Le secret de Paul était la force que Christ lui communiquait (je puis tout par celui qui me fortifie). Nous sommes le sarment et lui le Cep, il est la Tête et nous le Corps. Il est notre source (“Toutes mes sources sont en toi ! ” – Ps 87/7). Vivre cela nous permettra d’être comme Paul, dans le contentement.