Étude biblique – Les fêtes de l’Éternel ou la vie chrétienne normale

06/12/2016

Lecture : Lévitique 23

v.1-4 : ” L’Éternel parla à Moïse, et dit : Parle aux enfants d’Israël, et tu leur diras : Les fêtes de l’Éternel, que vous publierez, seront de saintes convocations. Voici quelles sont mes fêtes. On travaillera six jours ; mais le septième jour est le sabbat, le jour du repos […].”

Nous avons déjà parlé du Sabbat la dernière fois, lorsque Dieu va dire à Jérémie : « Prenez garde à vos âmes ; Ne portez point de fardeau », mais dans ce chapitre, Dieu va parler à Moïse des 7 fêtes qui doivent être célébrées annuellement par Son peuple. Je précise que l’interprétation que je vais en faire n’est pas la seule interprétation possible de ce passage, la pensée de Dieu est trop riche pour être limitée à un seul sens, mais une des interprétations possibles est que ces fêtes représentent notamment ce que devrait être la vie normale (et joyeuse : ce sont des fêtes !) du peuple de Dieu :

1) v.5 : « Le premier mois, le quatorzième jour du mois, entre les deux soirs, ce sera la Pâque de l’Eternel ».

=> La première fête qui devait être célébrée par le peuple de Dieu est la Pâque, qui rappelait que Dieu a épargné tous ceux qui étaient couverts par le sang de l’agneau en Egypte.

Exode 12 :13 : « Le sang vous servira de signe sur les maisons où vous serez ; je verrai le sang, et je passerai par-dessus vous, et il n’y aura point de plaie qui vous détruise, quand je frapperai le pays d’Egypte ».

 

C’est la toute première caractéristique de la vie chrétienne : il faut d’abord que nous soyons sauvés par le sang de Jésus :

Matthieu 26/28 : « ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés ».

Ephésiens 1/7 : « En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce »

1Pierre 1/18-19 : « ce n’est pas par des choses périssables, par de l’argent ou de l’or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache ».

1 Jean 5/11-12 : « Dieu nous a donné la vie éternelle, et cette vie est dans son Fils. Celui qui a le Fils a la vie ; celui qui n’a pas le Fils de Dieu n’a pas la vie ».

 

2) v.6 : « Et le quinzième jour de ce mois, ce sera la fête des pains sans levain en l’honneur de l’Eternel ; vous mangerez pendant sept jours des pains sans levain. […]”

=> La deuxième fête qui devait être célébrée par le peuple de Dieu est la fête des pains sans levain.

 

Le levain dans la Bible représente le péché, l’hypocrisie, la mauvaise influence : nous devons nous garder de cela :

Matthieu 16/6 : « Jésus leur dit : Gardez-vous avec soin du levain des pharisiens et des sadducéens. »

1 Corinthiens 5/6-8 : « Ne savez-vous pas qu’un peu de levain fait lever toute la pâte ? Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé. Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité. »

Galates 5/7-9 : « Vous couriez bien : qui vous a arrêtés, pour vous empêcher d’obéir à la vérité ? Cette influence ne vient pas de celui qui vous appelle. Un peu de levain fait lever toute la pâte. »

La 2ème caractéristique de la vie chrétienne normale, c’est donc que nous soyons sanctifiés par la Parole de Dieu.

Jean 17/17 : « Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité ».

Ephésiens 5/25-27 : « Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Église, et s’est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier par la parole, après l’avoir purifiée par le baptême d’eau, afin de faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible. »

 

Nous devons donc éviter toute nourriture malsaine qui pourrait nous corrompre, et préférer au contraire la nourriture de la Parole de Dieu qui nous sanctifiera pour Dieu, pour que nous puissions paraître devant Lui « sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais saints et irrépréhensibles ».

Psaume 101/3 : « Je ne mettrai rien de mauvais devant mes yeux »

1 Pierre 2/1-3 : « Rejetant donc toute malice et toute ruse, la dissimulation, l’envie, et toute médisance, désirez, comme des enfants nouveau-nés, le lait spirituel et pur, afin que par lui vous croissiez pour le salut, si vous avez goûté que le Seigneur est bon ».

 

Voulons-nous grandir dans la sanctification, dans la vie nouvelle que Dieu nous donne : alors nous devons nous nourrir de la Bible, la Parole de Dieu.

2 Timothée 3/15-16 : « dès ton enfance, tu connais les saintes lettres, qui peuvent te rendre sage à salut par la foi en Jésus-Christ.  Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice »

Certains chrétiens recherchent toutes sortes de livres pour trouver une solution à leurs problèmes… le problème est que parfois, ils ne veulent pas entendre la vérité, alors ils se tournent vers une foule de docteurs selon leurs propres désirs. Je ne dis pas qu’il ne faut pas lire des ouvrages chrétiens, mais ils ont été écrits par des hommes et certains contiennent des discussions stériles qui embrouillent l’esprit plus qu’elles ne l’édifient et d’autres contiennent des fausses doctrines : si nous voulons grandir avec Dieu : ne négligeons pas le temps passé à lire la Bible en demandant au Seigneur d’ouvrir vos yeux pour qu’Il nous parle et nous donne de la comprendre et de la mettre en pratique.

Soyons comme les chrétiens de Bérée qui « examinaient chaque jour les Écritures, pour voir si ce qu’on leur disait était exact. » (Actes 17/11).

 

Il faut enfin noter que cette fête avait lieu le lendemain du jour de la Pâque, ce qui nous enseigne la relation très étroite qui existe entre la rédemption et la sanctification. Une fois lavés par le sang, nous devons être sanctifiés par la parole de Dieu :

1 Thessaloniciens 4/3-4 : « Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification ; c’est que vous vous absteniez de l’impudicité ; c’est que chacun de vous sache posséder son corps dans la sainteté et l’honnêteté »

Hébreux 12/14 : « Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur ».

Psaume 15 : « Éternel, qui peut rester dans ton sanctuaire ? et qui donc peut demeurer sur ta montagne sacrée ? L’homme à la conduite intègre : il pratique la justice, et il dit la vérité qu’il pense au fond de son cœur, il n’insulte pas son frère, et il ne raconte rien qui déprécie son prochain ou lui cause un préjudice. Il méprise l’homme vil, mais il honore celui qui respecte l’Eternel. Il tient toujours ses serments même s’il doit en pâtir. Lorsqu’il prête de l’argent, c’est toujours sans intérêt, il refuse qu’on l’achète pour condamner l’innocent. Qui se conduit de la sorte rien ne pourra l’ébranler. »

 

3) v.10-12 : « Quand vous serez entrés dans le pays que je vous donne, et que vous y ferez la moisson, vous apporterez au sacrificateur une gerbe, prémices de votre moisson ». […].

=> La troisième fête qui devait être célébrée par le peuple de Dieu est la fête des prémices : la 1ère gerbe de la moisson devait être présentée à Dieu. Cette 1ère gerbe de la moisson représente nos vies rachetées, comme premier fruit dans nos vies de l’œuvre de Jésus Christ, le grain de blé qui est mort pour porter ce fruit (voir Jean 12/24)

Apocalypse 14/4 : « Ils ont été rachetés d’entre les hommes, comme des prémices pour Dieu et pour l’agneau »

 

Ainsi, la 3ème caractéristique de la vie chrétienne normale, c’est que nous choisissions de nous consacrer à Dieu.

Vous remarquerez aussi qu’au v.12, la gerbe et l’agneau étaient offerts ensembles à Dieu : ce n’est que dans la communion avec Christ que nous pouvons maintenant offrir nos vies renouvelées à Dieu.

Romains 12/1 : « Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable ».

 

4) v. 15-22 : « Depuis le lendemain du sabbat, du jour où vous apporterez la gerbe pour être agitée de côté et d’autre, vous compterez sept semaines entières. Vous compterez cinquante jours jusqu’au lendemain du septième sabbat ; et vous ferez à l’Éternel une offrande nouvelle. Vous apporterez de vos demeures deux pains » […] Quand vous ferez la moisson dans votre pays, tu laisseras un coin de ton champ sans le moissonner, et tu ne ramasseras pas ce qui reste à glaner. Tu abandonneras cela au pauvre et à l’étranger. Je suis l’Eternel, votre Dieu. […] »

=> La quatrième fête qui devait être célébrée par le peuple de Dieu est la Pentecôte, 50 jours après la Pâque (cinquante = pentëkanta en grec).

 

C’est le jour de cette fête que le St-Esprit est descendu sur les 120 disciples dans la chambre haute (cf. Actes 2/1-4) : la 4ème caractéristique de la vie chrétienne normale, c’est que nous soyons remplis du St-Esprit.

Actes 13/52 : « les disciples étaient remplis de joie et du Saint-Esprit ».

Ephésiens 1/3 : « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ ! »

Éphésiens 5/18 : « Soyez remplis de l’Esprit »

 

Comme cette fête suivait celle des prémices de 7 semaines, de même, le baptême dans le St-Esprit, ne peut venir qu’après notre consécration à Dieu.

 

Notez aussi que si Dieu nous donne Ses richesses spirituelles, Il se soucie aussi des « pauvres et des étrangers », c’est à dire de ceux qui sont malheureux et qui ne font pas partie du peuple de Dieu, car Dieu est un Dieu généreux qui « fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et qui fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes » (voir Matthieu 5/44-45).

 

5) v.23-25 : « Le septième mois, le premier jour du mois, vous aurez un jour de repos, publié au son des trompettes ». […]

=> La cinquième fête qui devait être célébrée par le peuple de Dieu est la fête des trompettes.

 

Lorsque l’on sonne de la trompette dans la Bible, c’est toujours que quelque chose de solennel doit être annoncé : la 5ème caractéristique de la vie chrétienne normale, c’est que nous proclamions l’évangile.

 

Cela n’est possible qu’après que nous nous soyons consacrés à Dieu et que nous ayons été remplis du Saint-Esprit. Pour souffler dans les trompettes, il faut la présence du Souffle, image de l’Esprit dans la Bible (« Esprit » et « souffle » traduisent le même mot en hébreux : « Ruach »).

Actes 1/8 : « vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre ».

 

C’est là le commandement de Jésus à Son peuple et le travail de l’Église sur la Terre : si nous nous préoccupons seulement de nos propres problèmes ou de notre confort sans nous soucier des perdus, alors c’est un signe que nous nous sommes éloignés de la volonté de Dieu et que nous avons besoin de nous tenir dans Sa présence pour retrouver une intimité avec Lui, afin qu’Il puisse tout à nouveau nous parler, diriger nos vies et nous utiliser pour accomplir « les œuvres bonnes qu’Il a préparé d’avance pour que nous les pratiquions » (Ephésiens 2/10).

Matthieu 28/19 : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ».

1 Timothée 2/4 : « [Dieu] veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité ».

Romains 10/13-14 : « quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. Comment donc invoqueront ils celui en qui ils n’ont pas cru ? Et comment croiront-ils en celui dont ils n’ont pas entendu parler ? Et comment en entendront-ils parler, s’il n’y a personne qui prêche ? »

Jean 15/14 : « Vous êtes mes amis [NDLR : c’est-à-dire intimes avec moi], si vous faites ce que je vous commande ».

 

6) v.26-32 : « L’Éternel parla à Moïse, et dit : Le dixième jour de ce septième mois, ce sera le jour des expiations […] Vous ne ferez aucun ouvrage ».

=> La sixième fête qui devait être célébrée par le peuple de Dieu est la fête des expiations.

 

La suite logique de la fête des trompettes et de l’annonce de l’évangile, c’est de voir le salut des perdus : lorsque l’évangile est annoncé par ceux qui sont remplis du Saint-Esprit, alors des âmes sont sauvées. C’est ce qui est arrivé le jour de la pentecôte lorsque Pierre a annoncé l’évangile : 3000 âmes ont été sauvées ! Et ce n’est pas dû à l’œuvre de la chair (« vous ne ferez aucun ouvrage »), mais à l’action du St-Esprit dans les cœurs.

Jean 15/4-5 : « Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi. Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. »

Ephésiens 2/8 : « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. »

 

7) v. 33-43 : « L’Éternel parla à Moïse, et dit : Parle aux enfants d’Israël, et dis : Le quinzième jour de ce septième mois, ce sera la fête des tabernacles en l’honneur de l’Éternel, pendant sept jours. […] vous vous réjouirez devant l’Éternel, votre Dieu, pendant sept jours. […]. C’est ainsi que Moïse dit aux enfants d’Israël quelles sont les fêtes de l’Éternel. »

=> La septième et dernière fête qui devait être célébrée par le peuple de Dieu est la fête des tabernacles : cette fête commémorait le temps ou tout le peuple d’Israël marchait littéralement avec Dieu dans le désert. Dieu était au milieu d’eux dans le tabernacle, la tente de la rencontre, comme une colonne de fumée le jour et une colonne de feu la nuit, qui les dirigeait, les éclairait et les protégeait (voir Exode 13/21-22 et Nombres 9/15-23).

La dernière caractéristique de la vie chrétienne normale, c’est de marcher continuellement avec Dieu.

 

Ce que Dieu veut pour nous dès ici-bas, c’est que nous soyons en communion constante avec Lui, marchant chaque jour dans la lumière, sans rien cacher, dans la justice et l’honnêteté en toute bonne conscience, avec un cœur ouvert et bien disposé pour laisser le Seigneur nous reprendre s’il y a lieu :

1 Jean 1/7 : « si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché ».

Michée 6/8 : « On t’a fait connaître, ô homme, ce qui est bien ; Et ce que l’Éternel demande de toi, C’est que tu pratiques la justice, Que tu aimes la miséricorde, Et que tu marches humblement avec ton Dieu ».

Colossiens 2/6-7 : « Ainsi donc, comme vous avez reçu le Seigneur Jésus-Christ, marchez en lui, étant enracinés et fondés en lui, et affermis par la foi »

 

Et c’est aussi ce qui sera notre avenir dans le Ciel :

1 Thessaloniciens 4/16-17 : « Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. Ensuite, nous les vivants, qui serons restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. »

Apocalypse 3/4 : « ils marcheront avec moi en vêtements blancs, car ils en sont dignes ».

Apocalypse 21/3-4 : « Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes ! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux. Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu ».

 

CONCLUSION :

Les standards de Dieu ne sont pas les nôtres, et la volonté de Dieu, c’est que nous vivions chaque jour joyeusement notre vie chrétienne de cette façon :

– couverts par le sang de Jésus-Christ et sanctifiés par la Parole de Dieu

– consacrés à Dieu

– remplis du Saint-Esprit

– comme des témoins qui proclament l’évangile de Jésus-Christ et voient des pécheurs se repentir, abandonner leurs mauvaises voies et être sauvés,

– en marchant continuellement avec Dieu.

 

Que le Seigneur nous y aide et manifeste encore Sa gloire dans notre génération !