samuelL’APPEL DE DIEU : DIEU PARLE ENCORE

(Pasteur Alain VETS – Message du 7 juin 2015)

 

Lecture : 1 Samuel 3/1-10 : ” Quant au jeune Samuel, il servait le Seigneur, sous la surveillance d’Héli. En ce temps-là, il était rare que le Seigneur parle directement à un homme ou lui accorde une vision.2  Une nuit, le prêtre Héli, qui était devenu presque aveugle, dormait à sa place habituelle.3  Samuel aussi dormait. Il était dans le temple du Seigneur, près du coffre sacré. Avant l’aube, alors que la lampe du sanctuaire brûlait encore, 4  le Seigneur appela Samuel. Celui-ci répondit : « Oui, Maître »,5  puis il accourut auprès d’Héli et lui dit : « Tu m’as appelé ; me voici ! »  — « Je ne t’ai pas appelé, dit Héli ; retourne te coucher. » Samuel alla se recoucher.6  Une seconde fois le Seigneur appela : « Samuel ! » L’enfant se leva et revint dire à Héli : « Tu m’as appelé ; me voici ! »  — « Non, mon enfant ! répondit Héli, je ne t’ai pas appelé ; retourne te coucher. »7  Samuel ne connaissait pas encore personnellement le Seigneur, car celui-ci ne lui avait jamais parlé directement jusqu’alors.8  Pour la troisième fois, le Seigneur appela : « Samuel ! » Samuel se leva, revint trouver Héli et lui dit : « Tu m’as appelé ; me voici ! » Cette fois, Héli comprit que c’était le Seigneur qui appelait l’enfant.9  Il lui dit alors : « Va te recoucher. Et si on t’appelle de nouveau, tu répondras : “Parle, Seigneur, ton serviteur écoute !” » Samuel alla donc se recoucher à sa place.10  Le Seigneur vint et se tint là ; comme les autres fois, il appela : « Samuel, Samuel ! » L’enfant répondit : « Parle, ton serviteur écoute. “

Nous voyons Dieu appeler le jeune Samuel, un adolescent sans doute, à son service. L’appel de Dieu est multiple, c’est un appel au salut, un appel à la sainteté, un appel au service.

Que faisons-nous de l’appel de Dieu ? Mieux vaut y répondre.

C’est lors du 4ème appel que Samuel va répondre et dire : “me voici”. Parfois, il y a le doute, la peur car l’appel est solennel. Chez Samuel, c’est surtout qu’il ne connaissait pas encore l’Eternel, il n’avait pas appris à reconnaître sa voix.

Jésus dira : “les brebis entendent sa voix ; il appelle par leur nom les brebis qui lui appartiennent, et il les conduit dehors. Lorsqu’il a fait sortir toutes ses propres brebis, il marche devant elles ; et les brebis le suivent, parce qu’elles connaissent sa voix.” (Jean 10/3-4)

Plusieurs voix existent dans ce monde mais la voix du Bon Berger est unique. Quand on dit Oui au Seigneur, alors tout devient possible.

Dieu avait suscité le dessein de susciter un homme selon son cœur, il avait prédestiné Samuel pour qu’il soit un libérateur pour son peuple apostat, infidèle. Cette époque était en effet une période sombre pendant laquelle chacun faisait ce qui lui semblait bon.

La Parole n’avait plus son autorité dans le cœur du peuple malgré un reste demeuré fidèle. Dans cette période difficile, Dieu Avit préparé un homme pour qu’il apparaisse en son temps.

Dieu a lancé cet homme sur la scène historique d’Israël avec plusieurs objectifs :

1/ Le secours divin dans un foyer : nous avons là un couple en souffrance, une femme stérile, une grande souffrance due au mépris et à la rivalité de la seconde épouse d’Elkana, Peninna. Mais à travers ces circonstances, Dieu travaille le cœur d’Anne et sa prière pour elle-même devient une promesse à Dieu que l’enfant qu’il lui donnerait, elle le consacrerait au Seigneur. Il lui donnera cet enfant.

2/ La réponse à la prière d’une femme

Samuel signifie “Dieu a exaucé”. Dieu est le Dieu qui répond à la prière.

Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions.” dira l’épître de Jacques 4/3.

Cette femme a prié dans la volonté de Dieu même si Dieu avait prédestiné Samuel. Par sa prière, elle a touché le cœur de Dieu.

3/ Réponse aux prières de ceux qui soupirent après un changement

Parfois, nous nous croyons seuls (comme Elie face aux prophètes de Baal). Or, Dieu a toujours en réserve un petit reste qui soupire après Lui, qui veut le voir agir. Ils n’acceptaient pas l’apostasie et Dieu avait pour réponse Samuel.

4/ Mise à l’écart d’une lignée indigne du sacerdoce

Il s’agissait du sacrificateur Eli et de sa famille. Il est vrai que tous peuvent avoir des manquements mais si l’on revient à Dieu dans la repentance, on lui permet ainsi de restaurer et de recommencer. Or, cette lignée d’Eli n’a pas eu à cœur de recevoir, elle a méprisé la Parole. La lignée d’Eli n’était plus qualifiée et à son grand regret, Dieu va devoir la mettre à l’écart. “Mais le pardon se trouve auprès de toi, Afin qu’on te craigne” (Ps 130/4).

Si tu gardais le souvenir de : « s fautes, Éternel, Seigneur, qui pourrait subsister ?” (Ps 130/3)

Nous avons là l’image d’une comptabilité (débit/crédit) mais Dieu n’est pas ce comptable. Quand on revient à Lui, par le sang de Jésus, il efface nos péchés. Même la repentance, c’est Dieu qui, dans sa miséricorde, l’accorde.

C’est pour cela qu’il faut écouter la voix de Dieu lorsqu’il nous parle et il nous parle par les dons spirituels : “ne méprisez pas les prophéties” (1 Thess 5/20)

5/ Poursuite des plans divins en vue de la rédemption

C’était la fin de la course pour Israël si Dieu n’intervenait pas. Le plan de la rédemption s’arrêtait. Or, le salut vient des Juifs. C’est le plan de Dieu. Il a donc fallu qu’il intervienne.

Dieu a suscité un homme pour que ce plan se poursuive afin qu’une femme soit bénie, qu’un foyer soit béni, qu’un peuple soit béni et, enfin, la terre entière.

Dieu n’est pas limité, sa bénédiction et ses plans s’étendent globalement. Il est Dieu !

Réalisons qu’il peut tout et qu’il écoute la prière. La prière est réellement une puissance, nous n’en avons pas toujours conscience. La prière dans le plan de Dieu provient souvent d’une prière faite pour soi-même puis à travers une aspiration personnelle, elle va s’étendre vers d’autres et s’inscrire dans le plan de Dieu.

Dans le monde et dans le monde surnaturel, bien des choses peuvent être bouleversées lorsque le peuple de Dieu se lève dans la prière, preuve en est la tentative constante du diable de nous empêcher de prier. Il sait que Dieu exauce les prières de son peuple.

Prenons à nouveau conscience du pouvoir que nous avons à travers le jeûne et la prière ! Dieu donne selon sa nature ” il n’y a pas de différence, en effet, entre le Juif et le Grec : ils ont tous le même Seigneur, qui est riche pour tous ceux qui l’invoquent.” (Romains 10/12)

Or, à celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons” (Eph 3/20)

3 expressions dans le texte de référence nous interpellent :

  1. La parole de l’Eternel était rare en ce temps-là, les visions n’étaient pas fréquentes.” (v 2)

Les conducteurs du peuple négligeaient la Parole car la crainte de Dieu n’existait plus et donc, plus d’obéissance et plus de réceptivité : chacun faisait ce qui lui semblait bon.

Aussi, la parole devenait rare. Beaucoup de choses dépendent du niveau de notre écoute. Dieu se révèle par la révélation générale mais aussi par sa Parole éclairée par l’Esprit. Il nous faut l’entendre, l’écouter. Plus il parle, plus il se révèle et plus nous le connaissons et nous l’aimons avec un amour débordant.

Revenons à notre premier amour et adorons, servons et témoignons ! Disons au Seigneur “parle, Seigneur, ton serviteur écoute”.

Samuel ne laissait pas tomber en terre aucune parole de l’Eternel.

Nous pouvons penser : “la prédication n’est pas à la hauteur, Dieu ne parle pas”. Dieu a parlé même à travers un âne. Quand Dieu voit les cœurs ouverts, attentifs, avec une faim de sa Parole, il parle et nous comprenons sa Parole.  Il nous un donne un cœur pour comprendre. C’est à nous d’ouvrir ce cœur, la clenche de la porte est à l’intérieur.

  1. la lampe de Dieu n’était pas encore éteinte, et Samuel était couché dans le temple de l’Eternel, où était l’arche de Dieu“. (v 3)

Au cœur d’une des nuits les plus sombres d’Israël, il y avait une lumière allumée dans le lieu du Temple où se situait l’arche de l’alliance, symbole de la présence de Dieu.

N’avons-nous pas nous aussi des nuits sombres (épreuves, difficultés, combats, souffrances, échecs…) ? Il y a un lieu où la lumière brille toujours : le lieu de la Présence du Seigneur. Quand Dieu le décide, il nous parle, nous interpelle, se révèle, il vient à nous par Sa Parole. Une lumière brille en sa présence, cherchons-là !

Mais il n’y aura pas pour toujours des ténèbres sur ce pays envahi par l’angoisse. Si, dans les temps passés, Dieu a couvert d’opprobre tout le pays de Zabulon et le pays de Nephtali, dans les temps à venir, il couvrira de gloire la route de la mer, au-delà du Jourdain, le district des nations païennes. Le peuple qui vivait dans les ténèbres verra briller une grande lumière : la lumière resplendira sur ceux qui habitaient le pays dominé par d’épaisses ténèbres.” (Es 9/1-2)

Ce peuple de Nephtali et de Zabulon avait connu les ravages de la guerre et était mentalement, psychologiquement ravagé, dans la région de l’ombre de la mort. Or, c’est là que Jésus a commencé son ministère. Le peuple a alors vu la lumière paraître, il a chassé les démons, guéri les malades, apaisé les souffrances. Ces gens ont repris vie. Il veut la même chose avec nous. Toute la vie de Samuel sera marquée par sa rencontre personnelle avec Dieu quand il s’est révélé à lui.

C/ “Parle, Seigneur, ton serviteur écoute !” (v 10)

Ne nous faisons pas rares devant le Trône. Ainsi, Dieu peut nous parler. Il a fallu du temps d’ailleurs à Eli pur qu’il réalise que Dieu peut parler même à un enfant. Que ce soit notre prière, que Dieu puisse nous parler ! Si nous le faisons, Dieu va nous exaucer ? Samuel n’a alors pas laissé une seule parole de l’Eternel en terre.

Jeune pasteur, je visitai un chrétien aveugle, il ne pouvait plus lire la Parole mais il récitait tout ce qu’il en savait et ce que lui avait procuré ses lectures et son oreille écoutait ce qu’il récitait et le Saint-Esprit allait chercher au fond de sa mémoire ce qu’il avait lu et entendu. Il nourrissait s foi par la Parole qu’il avait lue autrefois et qui lui était rappelée. Donnons à l’Ecriture sa juste autorité sur notre vie !

Le simple oui de Samuel voulait die que Dieu pouvait à nouveau agir par l’homme qu’il avait suscité pour un réveil. Samuel a été un homme hors pair dans le domaine de la foi et du Ministère.

Plus tard, il demandera la pluie dans un temps inapproprié de moisson afin de démontrer la puissance de Dieu au-dessus de l’autorité du roi qu’ils avaient choisi. Cela provoquera la repentance du peuple.

Ouvrons nos cœurs pour que Dieu nous parle et fasse sa volonté dans nos vies, afin que comme Samuel, nous devenions des hommes du Réveil. Revenons à la Parole, aux pieds du Seigneur ! Dieu travaillera avec nous et l’évangile triomphera !